Le test du rouleau de massage Grid Triggerpoint

Le test du rouleau de massage Grid Triggerpoint
Le

Depuis quelques années, on les voit partout : d’abord aperçus dans les mains de quelques athlètes de haut niveau, les rouleaux de massage viennent désormais compléter l’attirail des sportifs amateurs.

Au premier abord, ça ne semble pas compliqué : le rouleau de massage Grid est un tube de 33 cm de long et 14 cm de diamètre entouré d’une petite couche de mousse qu’il faut faire rouler pour se masser. Jetons tout de même un œil à la notice. « Foam roller », littéralement « rouleau de mousse ». Massage, mousse, il ne manque que les huiles essentielles et j’aurai l’impression d’avoir signé pour un programme bien-être !

« Trigger point ». Là, ça se complique. Les triggers points sont en quelque sorte des nœuds de fibres musculaires que nous avons tous. Les rouleaux de massage comme le Grid servent à libérer ces tensions en s’automassant, afin de prévenir les blessures, mais aussi de limiter les gênes musculaires et tendineuses. Pas une minute à perdre, allons redonner un peu de souplesse et de fluidité à mes pelotes de muscles ! 

Prise en main

Lorsqu’il faut passer à l’action, on peut être un peu perdu. Heureusement, les tutoriels disponibles sur le site Internet de la marque TriggerPoint sont très bien faits. Certes, on passe quelques minutes à se contorsionner et à trouver une position efficace, mais on y parvient. Je privilégie mes ischios pour commencer, car je sais que j’ai une faiblesse à ce niveau. Mon kiné me dit tout le temps qu’ils sont en béton. Mollets, quadriceps, ça semble bien adapté, je vais finir avec des jambes toutes neuves. Et pourquoi ne pas faire aussi le bas du dos, qui me fait souffrir depuis quelques semaines ?

Prêt ? Massez !

Tout se fait avec le poids du corps, le rouleau est entre le sol et les muscles, on module la pression pour masser plus ou moins en profondeur. Ça peut vite devenir douloureux, mais ça ressemble en fait au travail effectué habituellement par les kinésithérapeutes. Dans le sens de la longueur des muscles, je fais rouler le Grid en prenant soin de faire bien passer les petites rainures à chaque fois sur les parties les plus charnues. Elles sont là pour oxygéner les tissus et favoriser le flux sanguin. J’effectue plusieurs séries de 30 secondes à 1 minute de massage en alternant les différents muscles sur lesquels je souhaite travailler.

Difficile de s’en passer

Après quelques semaines, le Grid est adopté. Je m’organise pour coupler des séries d’auto-massage d’une dizaine de minutes en complément des étirements. Je crois vraiment en la prévention des blessures par le massage, et les rouleaux sont une excellente solution, puisqu’il est difficile d’imaginer aller chez un thérapeute professionnel deux fois par semaine. Le Grid est doté de zones où la mousse est plus ou moins dense. Cette technologie appelée Distrodensity permet de reproduire le massage à la main. Après quelques essais, c’est agréable, et la sensation de détente des muscles est réelle.

Verdict

La récupération, le repos et la prévention sont les clefs d’une implication durable dans la pratique de la course à pied. Avec ce type d’équipement, on prend soin de son capital physique et on limite les risques de blessure lorsque les séances deviennent plus intenses. Le Grid est adapté aux transports et sa conception est parfaite pour apprivoiser ce type de massage de façon progressive ou traiter des zones sensibles en profondeur. En tant que coureur en quête de performance, je ne pourrai plus m’en passer. J’étais souvent sujet aux pépins physiques, j’ai intégré l’utilisation du Grid depuis plusieurs mois, et avec les étirements ainsi qu’un plan d’entraînement raisonné, les résultats sont sans équivoque : je m’entraîne plus, je suis moins blessé...je suis plus performant!