Test chaussures : Kalenji Kiprun SD 2017

Test chaussures : Kalenji Kiprun SD 2017
Le

Changement de millésime pour Kalenji, et la SD n’échappe pas au renouvellement. Bonne nouvelle : elle qui remplit le contrat fixé. Place à la vélocité sans (trop) sacrifier le confort.

Dans la famille Kiprun, il y a d’un côté la LD, qui a fait du confort et de l’amorti ses raisons de vivre. Et, à l’autre bout du spectre, la Race, dont le but avoué est d’affronter les efforts les plus brefs. Puis, on trouve, à mi-chemin, cette SD. SD comme « short distance », courte distance donc. Qui peut, en fait, emmener les coureurs les plus rapides (disons ceux qui peuvent avaler 42,195 km en moins de 3 h 30 min) jusqu’au marathon. Les autres pourront la chausser jusqu’au semi.

Pas de souci, le cahier des charges est bel et bien respecté : dynamique au possible, malgré son poids pas vraiment plume, la SD se prête particulièrement bien à une attaque avant-pied, même avec un drop de 10 mm à donner une crise cardiaque à un fan de la chose « minimaliste ». À vitesse soutenue (à partir de 13-14 km/h environ), ça déroule tout seul, avec juste ce qu’il faut d’amorti. Sur une attaque talon, on perd bien entendu de la vélocité, mais on gagne en confort avec le « K-ring », cet anneau en EVA placé à l’arrière de la SD, dans la semelle intermédiaire.

L'amie du fractionné

On est donc là face à un modèle parfaitement adapté à des séances de fractionné court et long, ou à du seuil, sur lesquelles vous ressentirez une sensation de vitesse, de liberté et de légèreté plus qu’agréable. En contrepartie, la SD ne sera pas une compagne de choix sur les sorties longues ou les footings, où le coureur recherche surtout le confort. Autre point important : avec son chaussant un peu étroit, elle sera plus adaptée à des sportifs aux pieds fins, les autres pouvant ressentir des points de pression désagréables eu fur et à mesure des kilomètres.

En compétition, comme évoqué plus haut, la SD pourra vous accompagner au minimum jusqu’au semi, qui est sans doutes la distance parfaite pour elle. Pour du marathon, les coureurs lourds ou prévoyant de couvrir la distance en plus de 4 h pourront se tourner vers la LD. C’est d’ailleurs un problème dans la nouvelle gamme Kalenji : avec la disparition de la MD (« moyenne distance »), les coureurs de poids « moyen supérieur » (70 à 90 kg) visant entre 3 h 30 min et 4 h se retrouve un peu dépourvus, entre une SD sans doute trop peu confortable, ce qui poserait des problèmes en fin de course, et une LD qui leur semblera un peu pataude sur le premier semi. De l’art difficile du compromis…

Les notes de Jogging International

  • Amorti : 3/5
  • Stabilité : 4/5
  • Dynamisme : 4/5
  • Flexibilité : 4/5
  • Confort : 4/5
  • Rapport qualité-prix : 5/5

Usage et terrain : entraînement et compétition route. Jusqu’au marathon pour coureurs valant moins de 3 h 15 min, jusqu’au semi pour les autres.

Type de pied : universel

Poids constaté : 291 g en 44

Prix : 69,99 €