Le test de la veste Saucony Sonic Reflex Jacket

Le test de la veste Saucony Sonic Reflex Jacket
Le

Ce mois-ci, Pat a testé la veste Sonic Reflex Jacket, proposée par Saucony et dédiée à la course de nuit. Mérite-t-elle une mise en lumière ?

Avant, la nuit, aussi sûr que tous les chats étaient gris, les coureurs étaient jaunes. Fluorescents comme du krill de l’Antarctique au clair de lune. Vous trouvez la comparaison capillotractée ? Bon, alors, disons qu’ils étaient fluos. Comme le look « travaux publics » préconisé par Karl Lagerfeld, chantre de la mode que ça ne dérange pas de nous attifer comme des ploucs pour faire la promo de la sécurité routière. Non, cher Karl, le gilet jaune n’est pas classe, même glamourisé par vos soins. Heureusement que les fabricants se sont cassé la nénette pour nous sauver de cette misère et nous mettre joliment en lumière. Aujourd’hui, plus besoin de jouer le sapin de noël ambulant pour réfléchir à la campagne comme à la ville. Grâce aux différents procédés, marquage à l’encre, tissus rétro-réfléchissants, diodes intégrées, on peut désormais être visible avec style. Tenez, cette veste blanche, par exemple. Quand je l’ai enfilée avec la ferme intention de courir de nuit dans les rues mal éclairées de ma proche banlieue, on m’a ricané au nez : « Mais, cette veste est blanche, chère amie ! Croyez-vous que vos pauvres petites zébrures réfléchissantes suffiront à vous faire voir dans le noir de tous les chauffards ? » Tu vas voir, espèce de ringard, je vais aller galoper du côté le plus sombre, là où le risque de se faire écraser est le plus important. Et toc ! Je suis revenue vivante, m’extirpant de la brume et de la pluie qui rendit cette virée nocturne encore plus dangereuse. Et l’ami sceptique fut ébahi.

Esthétique et réfléchissante

Non seulement j’avais survécu grâce à mes discrètes bandes réflectives à 360° qu’il avait tant décriées, mais dessous, j’étais sèche comme du bois mort. Preuve que le Graal était quasi atteint, question coupe-vent. J’émis juste trois bémols. Un : sur l’absence de passe-pouces auxquels je suis devenue, je l’avoue, addicte. Deux : sur la coupe pas assez cintrée. Trois : sur le dos rallongé en bas, certes efficace pour protéger ses lombaires du froid, mais que j’abhorre sur le plan esthétique. De ce côté-là, d’ailleurs, la marque a osé des choses, comme la fermeture éclair décalée à gauche jusqu’au col. Valable les cheveux attachés (sinon, ils se coincent systématiquement dedans, quand ce n’est pas la peau du cou qui y reste). Bref, c’est joli, mais pas pratique. Et répété plusieurs fois, ça fait mal. Je ne suis pas forcément une lumière, mais quand on fait des vêtements dit réfléchissants, il faudrait tout de même penser à tout, hein ?

Les notes de Jogging International

  • Confort 3/5
  • Réflectivité 4,5/5
  • Respirabilité 4/5
  • Look 3/5
  • Rapport qualité/prix : 3,5/5

Fiche technique : Saucony Sonic Reflex Jacket Réflectivité à 360°. Impression à rayures réfléchissantes à l'avant et l'arrière. Revêtement DWR (voir zoom) pour une protection contre le vent et la pluie. Poches zippées sur les côtés. saucony.eu/fr

Prix : 130 €

Zoom : En version française, un DWR est un apprêt déperlant durable. Les fibres du textile sont enduites d’un liquide qui pénètre dans le tissu, puis se durcit pour former une sorte d’écaille ou film protecteur qui boute la gouttelette hors du vêtement, la faisant perler sur le tissu. Une bonne barrière contre l’humidité, qui hélas, pour le moment, n’est pas garantie à vie...