Froid, pluie, chaleur : que porter ?

froid que porter ?
Le

Les (mauvaises) surprises climatiques sont toujours possibles le jour du marathon. Il faut s’adapter et surtout prévoir le bon équipement au cas où… Un bon conseil : encore plus si vous allez faire un marathon hors de nos frontières, mettez dans votre sac de voyage plusieurs tenues, car si les prévisions météo sont accessibles dans la plupart des pays, mieux vaut, malgré tout ne pas partir sous équipé à l’étranger…

Que mettre s’il fait froid ?

S’il fait froid munissez-vous, pour l’échauffement puis pour l’attente dans le sas de départ, d'une couche en coton supplémentaire ou d’un poncho (qui sert de coupe-vent, avantageusement remplacé par un sac poubelle troué aux bons endroits) que vous conserverez sur vous en attendant le départ et dont vous vous débarrasserez après le début de la course.

Une fois dans le sas, vous ne pourrez plus courir. Pratiquez alors, toujours avec votre sur-couche ou poncho, quelques étirements activo-dynamiques, sautillez, et si possible n’hésitez pas à vous asseoir un peu par terre afin de ne pas piétiner. Le marathon parti, vous jetez donc votre poncho - l'utilisation du sac poubelle prend alors tout son sens - sur le côté de la chaussée mais pas en plein milieu, afin de ne pas faire trébucher les coureurs qui vous suivent.

Courez avec un tee-shirt manches longues, mais pas plus car vous aurez vite trop chaud et serez perturbé, mal à l’aise pour continuer votre effort dans de bonnes conditions. En revanche en cas de grand froid, gants et bonnet sont indispensables. Vous vous demandez ce que vous ferez de ces accessoires si vous avez trop chaud ? À chaque problème, son système D : vous pourrez astucieusement les bloquer dans l'élastique de votre caleçon/short quand ils ne vous serviront plus.

S’il pleut ?

Au départ, le poncho vous protégera. En cas de pluie fine, ces précipitations favoriseront votre régulation thermique, pas désagréable de courir sous une petite pluie rafraîchissante, et vous pourrez simplement porter un tee-shirt (en fibres techniques) sous votre débardeur.

S’il s’agit d’une pluie plus soutenue avec des températures fraîches, vous devrez protéger votre musculature. Optez alors pour un collant long ou un corsaire et pour un maillot à manches longues en fibres «respirantes», le coton, à éviter, se comporte comme une véritable éponge.

Vous compléterez par une casquette et une paire de gants, si nécessaire, afin de limiter les déperditions de chaleur. Si vous n’avez pas d’objectifs très « pointus » vous pouvez garder un coupe-vent respirant léger que vous nouerez autour de votre taille à mi-course par exemple.

S’il fait très chaud ?

Dans ce cas casquette obligatoires pour vous protéger : casquette de couleur claire, lunettes de soleil, tee-shirt léger et, c’est conseillé, système d’hydratation (camel-back, porte bidon…) performant qui vous permettra de boire très régulièrement. Et pensez à la crème solaire ! Vous allez passer plus de trois heures sous les rayons du soleil, vous le feriez à la plage, n'y renoncez pas sur marathon.

Pendant la course, ne manquez aucun point d’eau. Buvez quelques gorgées et arrosez-vous afin de diminuer votre chaleur corporelle, les éponges sont là pour ça. Même si vous êtes équipé d'un camel-back, ne vous dispensez pas de prendre une petite bouteille d'eau aux ravitos, elle vous permettra de vous arroser en route, ce que votre sac ne sait pas faire.

Enfin, adaptez votre allure de course à ces conditions particulières avec, dès le départ, un rythme plus lent que prévu. Quelle que soit la tenue, la chaleur diminuera sans doute notre aptitude à réaliser une bonne performance, ce qui n’est pas très important, le but étant de gérer au mieux ces conditions pour bien finir.