Courez bien chaussé

chaussure
Le

Courir bien chaussé est une évidence mais il est bon de temps en temps de réviser.... Voici quelques conseils pour bien choisir vos runnings !

L'idéal est de passer tout d'abord chez un spécialiste –de préférence un podologue du sport– qui déterminera votre type de pied. Vous disposerez alors d’une information essentielle pour orienter le choix de vos chaussures. Reste néanmoins d’autres paramètres à prendre en compte.

  • Un peu, beaucoup… à la folie !

Il faut savoir, avant votre achat, le temps que vous allez consacrer dans la semaine à la course à pied, en nombre de séances comme en durée ou en distance, si vous le pouvez. De ces paramètres dépend en effet le type de chaussures à envisager, prenant en compte notamment les capacités d’amorti, de stabilité de chacune d’elles. Un « détail » qui peut aussi vous amener à choisir deux types de chaussures, l’une pour l’entraînement longue distance, privilégiant l’amorti et la protection de vos tendons et articulations, l’autre plus légère et « tonique » pour les séances de fractionné et la compétition.

  • Sur quel terrain ?

Selon que vous courez exclusivement sur macadam, sur sentiers et chemins ou encore en choisissant de « varier les plaisirs », votre choix de chaussures ne sera pas le même. Ceci peut jouer sur la notion d’amorti, mais plus encore sur la typologie de la semelle dite « de contact », dont on exigera des qualités d’accroche bien différentes dès lors que l’on quitte la route pour les sous-bois. D’aucuns conseilleront le cas échéant un modèle spécifique pour le hors macadam, ou chaussures de trail par exemple.

  • Essayer avant d’acheter

On ne fait pas l’acquisition d’une chaussure de running sans l’avoir essayée au préalable. Le premier essayage est primordial ; vous ne devez ressentir aucune gêne, aucun frottement. Votre pied doit se sentir tenu, mais pas comprimé. Demandez à effectuer quelques foulées sur tapis roulant ou à proximité immédiate du point de vente, pour confirmer votre première sensation et éliminer le moindre doute.
Quelle pointure ? En général, on recommande une pointure de plus que pour les chaussures de ville, ce qui se résume aussi à ce petit truc qui consiste à pouvoir glisser un doigt derrière son talon lorsqu’on a chaussé ses runnings. Ne prenez pas trop grand tout de même, outre le flottement de votre pied dans la chaussure, qui deviendra vite synonyme de frottements et d’ampoules, le risque est aussi que votre pied ne soit plus systématiquement à sa place dans la chaussure ; les différents concepts mis en œuvre dans la structure même de la semelle (renfort d’arche plantaire, inserts amortissants au niveau des métatarses…) n’officiant plus correctement. Ne négligez pas cette possibilité trop rarement offerte de pouvoir choisir la largeur de sa chaussure : particulièrement pour les marathoniens dont les pieds enflent au fil de l’épreuve.

  • Le bon entretien…

Les chaussures de running étant intégralement conçues en matériaux synthétiques –même certains renforts façon cuir–, leur entretien régulier est assez facile. Un brossage à l’eau et au savon peut suffire ; le cas échéant, sachez que vos chaussures supportent un passage en machine à 30°C, semelle de propreté enlevée. Évitez toutefois un séchage par trop rapide, sur un radiateur ou devant la cheminée. Préférez un séchage à température ambiante en bourrant la chaussure de papier journal que vous remplacerez régulièrement.

  • Quand changer ?

L’usure de la chaussure étant très progressive, on ne perçoit pas forcément l’altération de son efficacité, autrement que par l’usure plus ou moins rapide de la semelle de contact. Le bon sens recommande de changer de chaussures régulièrement –ne pas dépasser 2 000 km–, sans attendre le dernier moment. Ainsi, vous éviterez le désagrément qui peut conduire à la blessure, de passer brusquement d’une chaussure usée à une neuve. D’où l’intérêt de mettre en service les chaussures neuves avant la fin de vie des anciennes, en alternant les séances par exemple.

  • Comment lire nos fiches chaussures

Pour chaque marque citée dans ce numéro spécial, nous vous proposons en préambule à la liste des chaussures un rapide tour d’horizon des principaux concepts mis en œuvre dans la gamme. Vous constaterez qu’il s’agit généralement d’un concept d’amorti, éventuellement associé à un soutien d’arche plantaire (médio-pied).
Notre liste de chaussures démarre systématiquement par les modèles exclusivement réservés à la compétition. Des modèles légers, qui pourraient certes supporter aussi vos séances d’entraînement, mais au détriment de leur durée de vie.
Suivent les modèles à vocation mixte entraînement et compétition, pour lesquels nous précisons éventuellement, une vocation prédominante, puis les modèles strictement réservés à l’entraînement, vocation souvent associée à un usage plus occasionnel, voire réservé aux débutants. Précisons que même pour ce dernier cas, nous avons toujours privilégié dans notre sélection des chaussures d’entrée de gamme technique chez les fabricants.
Sauf lorsque le modèle est dit unisexe, soit sans distinction de présentation, nous vous présentons systématiquement le modèle homme et le modèle femme d’un même modèle.