Courez comme vous respirez !

Courez comme vous respirez !
Le

Débutant, en reprise ou à l'attaque d'un nouveau cycle d’entraînement, les premières sorties demandent volonté et détermination. Puis, ce qui pouvait être une corvée devient une habitude, voire un besoin. Encore faut-il avoir tenu jusque-là. Jogging International va vous y aider…

Vous vous réveillez. Prenez une collation légère puis enfilez votre short, votre tee-shirt, chaussez vos runnings. Quelques minutes plus tard, vous voilà sur votre circuit d’entraînement, prêt à en découdre avec votre séance de fractionné. Si tout ceci s’est déroulé sans que vous ayez à y réfléchir, par automatisme, alors courir est devenu pour vous une habitude. Les neuroscientifiques définissent les habitudes comme le moyen qu’a trouvé le cerveau pour se libérer afin d’être disponible pour gérer les situations… inhabituelles. Des chercheurs du MIT ont même découvert qu’une petite région du cortex préfrontal était responsable de la gestion de ces comportements habituels. Cependant, une fois le constat fait, en quoi cela va-t-il changer votre vie de coureur ? Comment faire pour que, quel que soit votre niveau et votre objectif, vous n’ayez plus à tergiverser avant de vous lancer dans vos entraînements et que vous ne trouviez plus la moindre excuse pour y couper ?

Les trucs du docteur Guibard

Gilles Guibard, psychologue du sport, est amené à travailler avec des « intermittents du sport : « Ce sont des personnes, coureurs débutants ou confirmés, qui ne se laissent pas le temps de prendre une habitude. Ils vont commencer un nouveau plan de façon scrupuleuse puis, assez rapidement, vont diminuer le nombre ou la durée des séances, jusqu’à un abandon total. Et ils recommenceront ce “manège” six mois plus tard. » Le professionnel nous donne quelques trucs pour ne rien lâcher !

  • Soyez du matin : « D’expérience, les coureurs qui programment leurs sorties de bonne heure ont 50 % de chance de plus de se tenir à leur programme que les autres. Ils n’ont pas le temps de réfléchir et ne peuvent trouver l’excuse de la journée harassante pour reporter leur sortie. Or, une sortie reportée est, presque toujours, une sortie finalement annulée. »
  • Partagez : « Si vous n’arrivez pas, dans un premier temps, à courir pour vous, courez pour les autres. Le simple fait de faire partie d’une communauté sur Internet, où vous détaillerez après chaque sortie votre kilométrage, vos temps, vos séances, vos sensations et d’obtenir, en retour, les commentaires et les félicitations des autres membres, est un catalyseur formidable. »
  • Restez groupés : « Prévoir des sorties à deux ou en groupe vous met presque dans l’obligation de répondre présent. Autant il est facile de rester sur votre ordinateur alors que vous aviez prévu votre sortie longue du dimanche, autant cela devient compliqué si vous vous savez attendu. »
  • Équipez-vous : « Les coureurs aiment les chiffres : dénivelé, distance, vitesse, tempo, calories brûlées… Si vous pouvez vous le permettre, investir dans un cardio-GPS vous permettant de collecter ces données et, ainsi, de suivre votre évolution, sera un facteur motivant. »
  • Fixez-vous des objectifs précis : « Il faut absolument que vos objectifs, quels qu’ils soient, soient dotés d’une contrainte temporelle. Si vous courez pour vous aider à perdre du poids, ne dites pas “Je veux perdre 3 kilos”, mais “Je veux perdre 3 kilos d’ici le 31 août”. Cela peut paraître futile, mais se fixer une échéance est un formidable moteur pour ne pas lâcher l’affaire. L’avantage du coureur à pied est que, étant donné l’offre en matière de compétitions, les échéances se créent d’elles-mêmes. »

Après deux mois, c’est gagné !

De nombreux spécialistes du développement personnel affirment que, si l’on s’oblige à effectuer certaines actions pendant 21 jours de suite, celles-ci se mueront alors en habitude. Mais un groupe de chercheurs de l’University College London (UCL), ne retrouvant rien de probant sur la réalité de ces 21 jours, a décidé de mener sa propre étude, dont les résultats ont été publiés en 2010. 96 volontaires se sont engagés à suivre une habitude alimentaire pendant 84 jours. Sur l’ensemble des résultats exploitables, il est apparu que la moyenne de prise d’une habitude se situerait plutôt aux environs de 66 jours. Il va falloir être encore plus fort que prévu, désolé…