Élargissez votre horizon ! (1/2)

Élargissez votre horizon ! (1/2)
Le

Pour beaucoup de coureurs, finir un marathon constitue le but ultime de leur pratique. Mais il y a tant d’autres objectifs à atteindre et d’expériences à vivre. Choisissez le(s) vôtre(s) !

 

Courrez après vos années !

Un petit jeu sympa : la semaine de votre anniversaire, courez votre âge en une sortie. Euh, ils sont sympas chez Jogging International, mais ce n’est quand même pas très français, « courez votre âge ». Bon, on traduit : courez le nombre de kilomètres correspondant à votre nombre d’années. 30 ans, 30 km, 42 ans, un marathon, et ainsi de suite. Il faudra juste attendre vos 170 ans pour vous offrir l’équivalent de l’UTMB… Si le challenge est trop dur, convertissez en minute : une heure de course correspondra à 60 ans, par exemple.

Devenez majeur !

Première épreuve pour inscrire les six marathons « Majors » à votre palmarès : réussir à s’inscrire, surtout pour ceux qui, à l’image de Boston (voir page suivante), demandent des temps qualificatifs (ou, à défaut, de récolter de l’argent pour des associations caritatives). Cependant, dites-vous que vous avez toute une vie de coureur pour faire partie du club de ceux qui ont passé la ligne d’arrivée à Tokyo, Boston, Londres, Berlin, Chicago et New York.

Offrez vous le Guinness !

« Marathon le plus rapide couru déguisé en leprechaun » ; « Mile le plus rapide en courant à l’envers » ; « Couple ayant couru le plus de marathons ensemble »… En matière de course à pied, le Guinness des records est gâté. Et pourquoi pas vous ? Le plus simple est de tenter quelque chose que personne n’a jamais fait auparavant. Selon les investigations plus que poussées de la rédaction de Jogging International, personne n’a jamais essayé de boucler un semi-marathon déguisé en hamster… Pour savoir comment vous y prendre, allez sur le site guinnessworldrecords.com, qui explique précisément les démarches à effectuer pour figurer dans le prestigieux ouvrage. Dernière chose : si vous voulez battre le record du leprechaun, il faudra enfiler votre beau costume vert et boucler les 42,195 km en moins de 2 h 59 min 30 s (Adam Jones, au marathon de Londres 2015).

Boston, vous voila !

Boston vous fait rêver ? Crachez-vous dans les mains, car voici les temps minimums à réussir si vous souhaitez vous qualifier. Enfin, en théorie. Dans les faits, pour 2018, il fallait réussir un chrono de 3min23s inférieur au standard pour décrocher une place dans le sas de départ du mythe.

Retrouvez ici la 2ème partie de cet article.