Cassez votre routine et améliorez votre tactique de course !

Cassez votre routine et améliorez votre tactique de course !
Le

Travaillez votre tactique de course avec cette séance inspirée de celles de Thierry Pantel, recordman de France du 10 000m en 1990.

Vous pouvez réaliser cette séance une fois par semaine en période de préparation spécifique en démarrant par l’échauffement suivant :

  1. 10 à 15 min à 60-65 % de VMA ou 65-70 % de FCM
  2. 3 x 15 m de montées de genoux, talons-fesses, course jambes tendues et foulées bondissantes
  3. 3 à 5 lignes droites sur 80 m à l’allure visée lors du corps de séance

Cœur de séance

Pour un objectif 10 km

  • Réalisez trois à cinq fois ce bloc : 1 000 m à allure 10 km (85-90 % de VMA ou 90-94 % de FCM )/1 min 30 s de récup/500 m à allure 5 km (93-95 % de VMA ou 95-97 % de FCM).
  • Récupération de 4 min entre chaque bloc.

Pour un objectif 5 km :

  • Réalisez trois à cinq fois ce bloc : 600 m à allure 5 km (93-95 % de VMA ou 95-97 % de FCM)/1 min 30 s de récup/300 m à allure 3 km (95-100 % de VMA ou 97-100 % de FCM).
  • Récupération de 4 min entre chaque bloc.

Retour au calme : 10 à 15 min à 60-65 % de VMA ou 65-70 % de FCM.

Les bénéfices

  • Améliorer la vitesse spécifique de course et le temps de soutien.
  • Une préparation aux différentes tactiques de course.
  • Casser la routine des séances spécifiques.

À noter

La séance Pantel tire son nom de l’athlète français Thierry Pantel qui s’était vu concocter cette séance spécifique par son entraîneur Bernard Brun à partir de 1988. Deux ans plus tard, Thierry Pantel signait le record de France du 10 000 m en 27 min 31 s 16, temps qui reste aujourd’hui la deuxième performance française de tous les temps sur la distance.

Pour Bernard Brun, les objectifs sont clairs : travailler le temps de soutien de l’allure spécifique de course, sa vitesse de base, les changements de rythme et réclamer au coureur « un effort supplémentaire qui lui demande de rentrer dans le rouge ». Afin de rendre la séance la plus qualitative possible, Bernard Brun a modulé la récup de sorte qu’elle soit incomplète entre le travail du temps de soutien et le travail de vitesse, et suffisante entre deux blocs de travail.