L’arthrose du genou : ne courez pas après !

étirements
Le

La gonarthrose, alias arthrose du genou, est fréquente chez les coureurs. La bonne nouvelle, c’est qu’elle n’est pas une fatalité. Alors, prenez les devants.

A chaque impact au sol, les tendons et articulations de vos genoux encaissent l’équivalent de cinq fois votre poids… Et si vous êtes trop lourd, c’est notamment cette forte contrainte mécanique qui, à terme, va potentiellement user votre cartilage (tissu permettant aux articulations de glisser l’une sur l’autre) et faire le lit de l’arthrose. Premier réflexe, donc : vous alléger. Surtout en cas d’antécédents familiaux d’arthrose, qui constituent un facteur de risque supplémentaire. Si vous êtes en surpoids, révisez votre hygiène alimentaire (en supprimant impérativement les graisses saturées aux effets pro-inflammatoires : charcuteries, plats industriels, viennoiseries…) et alternez un peu de jogging avec des activités portées comme la natation ou le vélo, le temps de retrouver un poids apte à encaisser les impacts répétés de la course sans générer trop de microtraumatismes. Même si vous n’êtes pas en surpoids, pratiquez aussi l’entraînement croisé afin de moins peser sur vos articulations et évitez de multiplier les séances menées exclusivement sur bitume : les pieds heurtant le sol 160 à 180 fois/min, plus celui-ci est meuble, moins le cartilage s’use.

Gainage et assouplissement

Soulager vos articulations, c’est aussi bien vous tenir : les mauvaises postures sont presque autant responsables de l’arthrose que le surpoids et le surentraînement. Indispensable, donc, de bien gainer vos abdos et dorsaux pour maintenir le haut du corps, et de travailler quadriceps et muscles jambiers pour bien tonifier et verrouiller le genou. N’oubliez pas non plus d’entretenir votre souplesse par des exercices de stretching. Pratiqués à distance d’une séance (jamais avant) et de préférence sous la houlette du kiné pour ne pas vous retrouver “hyperlaxe”, ils optimisent la longévité de l’articulation.

Veillez avant tout à la qualité de vos runnings, qui doivent être adaptées à votre poids, à la fréquence de vos sorties, au terrain pratiqué, et changées tous les 1 000 km maxi. Une genouillère (souple) peut parfois être indiquée, mais prenez toujours un avis médical avant de vous équiper afin de ne pas entraver votre système articulaire naturel. Idem pour les semelles plantaires : seul un vrai bilan postural permettra de déterminer l’existence d’un défaut de statique plantaire susceptible d’aggraver l’érosion du cartilage et d’y remédier efficacement (par orthèses ou renforcement). L’arthrose est une pathologie à part entière. N’hésitez donc jamais à consulter pour bénéficier d'une prise en charge médicale globale et personnalisée (conseils pour le sport, kinésithérapie, médicaments renforçant les cartilages, injections…).