42 raisons pour savoir si on peut courir un marathon

42marathon
Le

En quelques années, le marathon est devenue l’épreuve reine du coureur ! Poussé par la pression sociale, on se motive en effet à courir un marathon… avant ses 30 ans, ses 40 ans, son prochain job, le changement de saison... Tous les prétextes sont bons. Et on en oublie les 42,195 km, la fatigue et les heures d’entraînement que courir cette course représente. Car devenir marathonien fait tellement rêver. Pour savoir si vous êtes prêt, faites le point avec les 42 motivations exposées ci-dessous :

1. 42,195 km, c’est tout de même pas rien

2. Il existe d’autres moyens qu’un marathon pour visiter une ville

3. Vous n’avez pas assez de sujets de discussions pour tenir 42,195km avec vous-même

4. D’autres courses vous donnent aussi de très belles médailles

5. Non ce n’est pas « juste » 2 semi-marathons

6. Vous êtes un peu sensibles aux odeurs de transpiration

7. Votre prof d’EPS du collège ne se souvient même plus de vous, vous n’avez rien à lui prouver.

8. Vous risquez de vous blesser.

9. Expliquer à votre voisine que vous vous entrainez à un marathon ne l’impressionnera pas. Tout le monde court des marathons de nos jours.

10. Pour pouvoir continuer à accepter les apéros, la Galette des Rois, la Chandeleur, la raclette, les chocolats de la St Valentin…

11. Les leggings moulant, c’est gênant

12. Pour pouvoir prolonger les grasses matinées du dimanche matin

13. Parce que vous n’avez pas envie de vous ruiner dans une nouvelle paire de baskets

14. et encore moins dans un dossard hors de prix

15. Parce que vous êtes un peu agoraphobe et courir parmi autant de coureurs en même temps, c’est un peu trop pour vous.

16. Vous pouvez trouver une meilleure occasion pour faire votre demande en mariage

17. Vous n’allez jamais autant détester les pâtes

18. Vous entrainez à courir un marathon ne va pas vous permettre de manger tout et n’importe quoi

19. Courir un marathon pour perdre ces derniers 2kg en trop est une très mauvaise idée

20. Vos ongles de pieds sont tellement (enfin) jolis en ce moment

21. Vous qui adoriez courir vite, vous risquez de devenir un vrai diesel !

29. Parce que vous tenez à vos tétons !

30. Vous n’avez vraiment pas envie de rencontrer le fameux mur du 30ème kilomètre

31. Les gels énergétiques, c’est vraiment pas bon

32. Vous ne regarderez plus jamais comme avant les toilettes de course

33. Il existe tant d’autres objectifs à vous fixer.

34. Vous n’avez pas besoin de courir un marathon pour motiver votre entourage à venir courir avec vous.

35. Vos amis aimeraient juste avoir une vraie grasse matinée

36. Vous n’avez pas besoin de justifier votre budget sport en courant un marathon

37. Vous pourrez dire à tout moment je l’ai fait : vider le lave-vaisselle, monter les pack d’eau. Il n’y a pas de petite victoire.

38. Le marathon ne vous fera pas tant progresser que ça.

39. Vous n’avez pas besoin de courir un marathon pour vous dépasser.

40. Pas besoin de courir un marathon pour craquer sur un bon repas à 3000kcal

41. Vous pouvez être fier de vous sans avoir à courir un marathon

42. Car la famille des coureurs ne se limitent pas aux marathoniens

Alors, toujours convaincu ? Le rêve d'être finisher est plus fort que tout. Inscrivez-vus, vous êtes prêt !

2 Commentaires
tom75 - entorse de la cheville

Cette pseudo course inutile et stupide s'est terminée pour moi aux urgences avec une sale entorse à la cheville... Certes, j'assume mon imbécilité d'avoir participé à cette épreuve commerciale sans intérêt (si l'on veut visiter le SDF il existe des visites guidées) mais j'en veux un peu à la négligence des organisateurs. En effet, il est concevable d'organiser une épreuve avec obstacles mais il faut que ceux-ci soient étudiés, bien placés, testés pour ne pas être inutilement dangereux. Or là c'était du grand n'importe quoi... Je me suis blessé sur la 1ère série d'obstacles en retombant sur le prolongement d'une barrière (blanc/rouge) : ces rebords sont dangereux et les barrières étaient bien trop rapprochées, qui plus est de travers... Sachant que l'on découvre ces obstacles au dernier moment, et même s'ils ne sont pas très hauts, ils sont dangereux par rapport à une allure de course. En fait il ne fallait pas faire cette épreuve en courant...d'ailleurs la plupart des participants ne sont pas des coureurs d'épreuves classiques. Le dernier obstacle (rivière du 3000m steeple à l'envers) était lui aussi mal étudié et a été fermé après de multiples chutes... Bref, quelle honte pour un magazine comme Jogging, si prompt à donner des leçons de professionnalisme, de se fourvoyer dans une telle mascarade. Quant à moi j'espère que cette blessure ne laissera pas trop de séquelles et que je pourrai recourir à peu près normalement de vraies épreuves honnêtement organisées.

le 15/07/2012
lypoun - Crazy jog

Je n'ai pas participé à la première édition mais j'étais là pour la deuxième et franchement, je me suis éclatée. J'ai fait le voyage avec une équipe de joyeux lurons. Ils nous ont fait rire jusqu'au bout avec leurs facéties. J'ai d'ailleurs perdu un peu de mon souffle. De plus, j'ai eu le privilège de suivre les chaussures de notre courageuse Marie qui n'a pas perdu les effets kiss cool de son coach. Bravo Marie et merci pour tes encouragements j'en avais bien besoin. L'année prochaine je prendrai mon stylo pour l'autographe promis pendant la course (il ne faut pas que ce soit toujours les mêmes en haut de l'affiche ) et il manque quelque chose sur mon dossard souvenir. Par contre, la grande marche, sans aide, je n'aurai pas pu la franchir. Merci à la copine de Marie. A l'année prochaine Cathy dossard 855

le 09/07/2012