Les meilleurs soins pour performer

soin
Le
Pour un coureur qui se met à tousser, avoir le nez bouché ou qui coule,et la tête dans un étau... Il faut réagir vite et bien, c’est la clé pour continuer à performer.

> Hydratation supplémentaire
L’hydratation aide à la performance. Et permet aussi de rapidement soulager la congestion nasale et de faciliter l’élimination du virus. En cas de rhume, il faut donc boire davantage : de l’eau, du thé, des tisanes et des jus de fruits frais. On évite en les sucres ajoutés (frein à la production de globules blancs) et l’alcool (qui déshydrate).

> Sérum physiologique et humidificateur

Pour vite évacuer une rhinite avant qu’il n’y ait surinfection et évolution vers otite, sinusite ou bronchite… le plus efficace reste le lavage des fosses nasales au sérum physiologique. Radical pour dégager les muqueuses et leur permettre de jouer à nouveau leur rôle de barrières préventives. Via un humidificateur, maintenir le taux d’humidité de la maison à 50% : si l’air est trop sec, les sinus s’irritent et produisent plus de mucus.

> Paracétamol et vitamines

Face à un virus, le paracétamol permet de faire baisser la fièvre donc de limiter la déshydratation. Et, prise dès les premiers symptômes, la vitamine C de réduire la durée de la maladie et lutter contre la fatigue engendrée par l’attaque virale. Mais si ce cocktail allié à une bonne alimentation ne suffit pas à faire céder les symptômes en 3-4 jours, il faut consulter.

> Granules et granions

Homéopathie et oligo-éléments sont deux moyens, au choix, d’accélérer sans risque la sortie de rhume. Côté granules : Allium cepa composé (5 granules trois fois par jour). Côté granions : une cure de deux à trois jours granions de cuivre, oligo-élément aux propriétés anti-inflammatoires. Autre bon coup de pouce naturel : le sureau noir, en gélule ou infusion, réduit la durée des symptômes et de stimule l’immunité.

MQ

* Précaution : En cas de syndrome grippal (fièvre, même modérée + frissons + courbatures), ou de surinfection (fièvre + sécrétions nasales jaunâtres + respiration sifflante ou douleur au niveau des sinus ou de l’oreille)... on ne court pas jusqu’à guérison complète ! En favorisant la circulation sanguine dans tout l’organisme, le sport peut faire migrer le virus dans le muscle cardiaque et provoquer douleurs dans la poitrine, troubles du rythme avec malaise et parfois même arrêt cardiaque.