Viser la qualité, pas la quantité...

qualité
Le

Que les sédentaires doivent viser les 10000 pas/jour, soit. Mais quand on court, on en fait bien plus et parfois trop. Erreur. Démonstration en 3 points.

> La qualité, ça soigne
Meilleure santé cardio-vasculaire, osseuse, cérébrale ; moins de risques de cancer, de maladie d’Alzheimer... c’est prouvé, courir est le meilleur des traitements. La dernière étude menée sur 4 décennies attribue même aux joggers une espérance de vie augmentée de 6,2 années. Condition : pratiquer régulièrement, 1h30 à 3h, sur 2 à 3 séances/ semaine.

> La quantité, ça rend malade
Le surentraînement est à la fois facteur de blessures physiques (accidents musculaires, tendineux, cardiaques) et de blessures psychologiques (obsession, dépression). La bigorexie, addiction aux sports d’endurance (plus de 10h de mono-pratique/sem) est une maladie reconnue par l’OMS.

> Le bon tempo, ça se calcule
Oui, les footings de 45min 2 à 3 fois/semaine maxi en entretien suffisent à progresser tout en évitant la fatigue. Non, une bonne séance de fractionnés sur stade ne doit pas durer 2h. Beaucoup trop, sauf on y intègre de la PPG. L’idéal : une séance d’1h avec un seuil max de 1h30 à allure d’endurance, à caler le week-end pour pouvoir se reposer ensuite. Important aussi : varier les plaisirs avec vélo et natation à la place d’une séance pour ne pas trop solliciter les articulations et éviter l’addiction.

MQ