Courir de nuit sans se blesser

nuit
Le

Déjà le passage à l'heure d'hiver et de fait, des sorties running nocturnes.

Découvrez nos 3 conseils pour courir et performer sans encombre.

Aiguiser sa vue

Passage à l’heure d’hiver + nouvelle tendance running = on court de plus en plus de nuit. Pour éviter les accidents dus au manque de visibilité, d’abord, s’équiper ad-hoc pour être vus (tenues réfléchissantes) et pour bien voir, (lampe frontale bien arrimée). A table, miser sur les alliés de la vision nocturne : vitamine A (beurre, jaune d’œuf, thon, carottes, épinards), vitamine C (agrumes et surtout la myrtille qui en plus diminue la fatigue oculaire) et oméga-3 (noix, saumon).

Travailler son équilibre
Une acuité visuelle diminuée se répercute toujours sur l’équilibre. A l’échauffement augmenter la part d’exercices de proprioception : pointes des pieds et quarts de tours pour éveiller sa stabilité. Surtout si on a un passif d’entorses de cheville ou que l’on présente une hyperlaxité (notamment les femmes), prédisposant aux entorses.

Booster sa vigilance
La nuit, en ville ou sur piste, doper sa vigilance évite de buter bêtement dans une marche ou une racine. L’après-midi, programmer une sieste-flash de 5-10min pour recharger les batteries. Et ne jamais filer sans ravitos (amandes, noix, gel maintien de la vigilance Overtsims) pour contrer l’hypoglycémie qui déconcentre.

MQ