3 stratégies pour se fixer des objectifs réalistes

objectif
Le

Se fixer des objectifs, rien de plus facile pour le coureur ? Détrompez-vous. Il ne suffit pas de se dire un beau matin : « tiens, cette saison, mon objectif running est de passer sous les 3h30 au marathon. » Encore faut-il que l’objectif soit réaliste !

Etre ambitieux… mais pas trop

L’une des erreurs les plus courantes consiste à multiplier les objectifs à outrance. Cette démarche présente un avantage : quand on rate un objectif, on peut toujours se dire qu’on réussira le suivant. Pourtant il n’y rien de pire pour détruire la confiance en soi, diluer la motivation et finalement se lasser. Résultat : on s’aligne souvent au départ d’une compétition sans en avoir réellement envie et, surtout, sans être assez frais physiquement et moralement. Dans ces conditions, difficile d’atteindre le but que l’on s’est fixé ! Le principal danger d’une mauvaise programmation est donc la saturation avec tout son cortège de conséquences négatives : perte de motivation et d’envie, baisse des performances, impact sur la vie tout entière.

Apprendre à se fixer des objectifs

L’étape préalable à toute démarche par objectifs consiste en une auto-évaluation. Quelles sont vos disponibilités ? Combien de temps pouvez-vous consacrer chaque semaine à la course à pied sans hypothéquer votre vie familiale, professionnelle et amicale ? Sur le plan sportif, quelles sont vos forces et faiblesses ? A quelles courses avez-vous réellement envie de participer cette année ? Dresser un tel bilan – de préférence par écrit – vous permet non seulement d’avoir une vision synthétique de vos contraintes mais aussi de pointer les compétences à améliorer au cours de la saison. En vous fixant des objectifs difficiles mais réalistes (qui correspondent finalement à des challenges) à court, moyen et long termes, en variant le type d’objectifs (de compétence, de performance, de résultat : cf. encadré), vous nourrissez votre envie et votre motivation. Ignorer la dégradation de la qualité, c’est privilégier la quantité et, à terme, s’épuiser physiquement et mentalement. Ainsi, on s’attachera non seulement à la poursuite d’un objectif à moyen terme (finir son premier marathon, par exemple), mais aussi à la réalisation d’objectifs intermédiaires tels que le développement d’une compétence (maintenir une allure sur 10 fractions à l’entraînement, par exemple). Pour ce faire, l’attention portée à la qualité du travail réalisé et à vos sensations se révèle tout simplement essentielle. Un objectif, ça se prépare chaque jour !

Etre un runner… mais pas que

Vous fixer des objectifs réalistes doit vous permettre de rester motivé et d’avoir envie de vous engager dans votre pratique sportive. La stratégie destinée à atteindre vos buts doit vous placer dans une situation confortable et ne pas vous donner le sentiment de subir l’entraînement. Rien de tel que l’envie pour atteindre un objectif ! L’équilibre global de l’individu constitue un autre paramètre essentiel à la réussite. Savoir définir des objectifs qui ne soient ni des rêves irréalisables ni des défis incompatibles avec les contraintes quotidiennes permet de s’inscrire dans une perspective de progression durable tout en préservant son capital physique et mental. Et si votre prochain objectif était d’apprendre à vous fixer de bons objectifs ?