On s’hydrate quand et comment ?

hydratation
Le

Découvrez les meilleurs conseils pour courir et s'hydrater. Car entre un petit jogging d’entretien et une bonne séance d’entraînement en vue d’un marathon, les besoins en hydratation ne sont évidemment pas les mêmes.

De l’eau dès le réveil

Ne jamais attendre d’avoir soif pour boire et s’hydrater régulièrement tout au long de la journée : c’est la règle d’or à respecter quelque soit son niveau et l’intensité de l’effort à venir. Idéalement, on démarrera l’hydratation par ½ litre d’eau, 1 à 2 heures avant la séance. Mais pour éviter d’entendre l’estomac faire « floc-floc » dès les premières foulées, on peut en revanche arrêter de lever le coude 30 minutes avant.

Une heure avant pour un jogging inférieur à 1h30

Pour une petite sortie ou un décrassage sous une température inférieure à 25°C, inutile de s’astreindre à boire pendant la course : le degré de déshydratation est peu impactant au regard de la pénibilité de trimballer gourde ou camelback ! Mais rien n’empêche toutefois de profiter de ces mini-séances pour s’entraîner à boire pendant la course en vue d’un marathon...

Avant et pendant pour une sortie supérieure à 1h30
Là, on va attaquer l’opération-hydratation deux heures avant le départ et on ne coupera pas aux gorgées régulières pendant la course. Le bon timing : 2 gorgées toutes les 10 minutes. De préférence en marchant plutôt qu’en courant pour éviter l’apparition d’un point de côté chez moins aguerris.

Du lait pour récupérer

L’hydratation post-séance est tout aussi primordiale. Surtout si l’effort a été intense. Pour reconstituer au mieux le stock hydrique et de sels minéraux, mais aussi de glucides et protéines, on cumule eau et grand verre de lait-fraise (ou yaourt à boire), selon tolérance digestive perso. Idéalement dans les 30 minutes qui suivent la fin de la course.

18°C La gorgée
Boire glacé quand il faut chaud, c’est tentant. Mais c’est une erreur. La température interne du corps est d’environ 37,5°C. Une arrivée d’eau glacée demande des efforts inutiles à l’organisme, obligé du coup dépenser des calories pour la réchauffer avant de l’absorber. Sans compter qu’une eau trop froide donne illico une telle sensation de réhydratation que l’on ne se désaltère pas à la juste mesure. Enfin, elle génère des risques de douleurs gastro-intestinales. La bonne température de l’eau ? 18°C.