Courez, c'est l'été

été
Le

Nous ne parlons pas de la météo estivale qui, à elle seule, est un argument de poids pour vous faire chausser vos runnings. Non, il s'agit ici de profiter de votre emploi du temps allégé pour envisager votre entraînement autrement. Par exemple en vous lançant dans le biquotidien. Une pratique qui peut paraître un peu folle de prime abord mais qui, bien mise en place, est d'une efficacité redoutable.

Le but est d'augmenter votre charge globale de travail tout en évitant tout surentraînement. D'autre part, il permet un travail pus précis sur les allures, les zones de FC, etc. Les vacances sont l'occasion d'une première approche du biquotidien. Et là, les possibilités sont multiples.

Si vous préférez vous limiter à la course à pied, la séance du matin pourra être faite en endurance fondamentale et durera de 45 minutes à 1 heure. Contrôlez au mieux votre allure en vous empêchant toute accélération et concentrez-vous sur la qualité de votre foulée.

La seconde sortie, à faire en fin d'après-midi/début de soirée, sera consacrée à un échauffement de 20 minutes (15 minutes en endurance fondamentale + 5 minutes d'éducatifs de course). Puis, liberté estivale oblige, 6 à 8 fois 4 minutes en fartlek (1min30 à 2 minutes de récupération entre les séries). Pour ce « jeu d'allures » (traduction littérale du suédois fartlek), profitez au mieux d'un environnement que vous ne pouvez avoir à disposition le reste de l'année, que ce soit en montagne, à la plage ou à la campagne. Vous finirez ensuite par 15 minutes de retour au calme.

La sortie du matin peut être remplacée par 1 heure de vélo à allure relativement facile (mettez de l'intensité sans pour autant vous plonger dans le rouge) ou par de la natation (là encore, vous ne devrez ressentir aucun essoufflement important).

Conseil pratique : une sieste très courte (pas plus de 20 minutes) en début d'après-midi sera un allié précieux à votre nouvel ami, le biquotidien. Dans une pièce la plus sombre possible, allongé sur le dos, contrôlez votre respiration, faites baissez votre FC, décontractez-vous : le sommeil devrait arriver sans problème. Si vous craignez de commencer votre nuit en plein après-midi, programmez un réveil ou demandez à un proche de venir vous réveiller... de manière douce de préférence !