Comment jogger sans risquer sa peau ?

Crème
Le

En juillet et en août, on peut bien évidemment s'entraîner mais crémés. Car les vacances et le temps ensoleillé sont un doublé de rêve pour le runner, mais une période à risque pour sa peau. Dix minutes de course à pied en ville suffisent à attraper un coup de soleil et multiplier les risques de mélanome (cancer de la peau). Important donc d’appliquer une protection solaire (SPF 50, résistante à la transpiration) en insistant sur les zones sensibles : mollets, arrière des genoux, nuque, oreilles, mains. Sans oublier casquette et lunettes.

Tabler sur les antioxydants
Double raison de miser sur les aliments antioxydants : contrer le stress oxydatif induit par la course et limiter les effets des UV sur la peau (vieillissement cellulaire prématuré et à terme risque accru de cancer). Tabler donc sur les fruits et légumes, riches en vitamines protectrices. Avec mention spéciale pour les abricots, carottes ou mangue, dont la teneur en bêta-carotène (pro-vitamine A) teinte la peau en plus de renforcer ses défenses. Penser aussi aux gélules de préparation au bronzage (Doriance, Oenobiol).

S’auto-examiner dans les règles
Tout nu, face au miroir, 4 fois par an : c’est la recommandation des dermatos. Surtout pour les profils à risque : peau et cheveux clairs et beaucoup de grains de beauté. Sur ceux existants, checker les changements de forme, de taille. Et guetter l’apparition de toute nouvelle lésion cutanée, dessous des oreilles et plantes des pieds inclus. Consulter au moindre doute.

MQ