Prévenir et faire disparaître le point de côté

point de côté
Le

Qui ne l’a jamais rencontré en course, le trop fameux point de côté. Celui qui coupe la respiration, fait mal au point de réduire son effort. Comment l’éviter, et réagir quand il survient ?

Le point de côté reste un mystère ! Survenant au niveau du ventre (estomac ou intestin), il se positionne souvent à droite, mais aussi sur la gauche ou au milieu du ventre.

Les scientifiques eux-mêmes sont réservés quant à la cause exacte émettant donc plusieurs hypothèses pour expliquer cette douleur du coureur : le manque d’entraînement, une mauvaise circulation sanguine au niveau de l’abdomen, manque d’échauffement avant un effort intense (départ trop rapide), une hyper ventilation, une mauvaise digestion, une trop grande nervosité, les conditions climatiques…

Mais à défaut d’en connaître la cause, on peut agir pour éviter ou soulager la douleur.

En amont

- échauffez-vous avant une course à allure intensive,

- modérez votre allure au départ pour éviter le surrégime

- prenez votre dernier repas complet d’avant course 4h avant, surtout si vous prenez à cœur votre course (le stress ralentit les fonctions digestives)

- mangez des aliments facilement assimilables pour ne pas encombrer le système digestif

- prenez cette habitude de boire un ou 2 verres d’eau chaque matin à jeun pour faciliter le transit intestinal

Lorsque la douleur s’annonce

Si vous ne voulez pas vous arrêter, il faut stimuler le système vasculaire de la zone abdominale dès les premiers signes en faisant l’exercice respiratoire suivant : expirer en creusant bien le ventre, inspirer en gonflant le ventre

Pour bien le maîtriser et être efficace, entraînez-vous à le faire en marchant puis en footing léger lors de vos entraînements. Respirez profondément et exagérez bien le mouvement du ventre.

L’exercice pourra ensuite être réalisé en course en prévention ou lorsque le point apparaît.

En fait, cet exercice fait travailler le diaphragme, muscle respiratoire à actions multiples sur notre organisme. C’est un muscle très puissant situé entre le thorax et l’abdomen, qui descend à l’inspiration (pour le remplissage d’air des poumons) et monte à l’expiration (repousse l’air).

En descendant, il comprime les organes intra abdominaux, en remontant, il relâche sa pression. Ce mouvement agit comme un massage régulier des intestins, du foie, du pancréas, de la rate, des organes génitaux, des reins. Un massage que vous allez stimuler par l’exercice proposé.

Par Annette Sergent-Petit, sophrologue.