Récupération : Un bilan de santé s’impose

Nicolas Bompard, médecin du sport
Le

Découvrir la présentation du dossier :Récupérer… pour remettre son corps à neuf
Suivant :Comment gérer son mois de «récup»

Sachant que plusieurs mois de course laissent obligatoirement des traces sur l’organisme, pourquoi ne pas en profiter pour faire un bilan de santé et de forme chez votre médecin.

Comme les champions, nous aussi, avons terminé notre saison. Les derniers mois ont été suffisamment chargés pour laisser bien des traces de fatigue dans nos organismes. Au terme de plusieurs mois rythmés par des marathons, des semi, des 10 km, des trails, des raids qui ont nécessité un gros investissement en amont, nos muscles et tendons devenus douloureux demandent, exigent même un repos bien mérité. Certaines fibres musculaires sont forcément atteintes, des micro-traumatismes sont apparus et, plutôt que d’être vaincu par une importante fatigue générale, il vaut bien mieux prévenir qu’avoir ensuite à guérir.

D’abord une visite médicale est souhaitable. Elle aura lieu chez le médecin ou dans un centre de médecine sportive. On pourra alors vous faire passer un examen approfondi en forme de bilan. Avec notamment :
a) un électrocardiogramme, excellent révélateur d’un surentraînement en cas d’apparitions de troubles de la repolarisation comme disent les spécialistes. Une période de récupération allongée sera alors sans doute nécessaire. Cet « électro » est vivement recommandé aux coureurs vétérans.
b) une analyse de sang, encore plus si l’on s’est entraîné quatre à cinq fois par semaine. Cette analyse permet de vérifier :
- le dosage des tryglicérides et du cholestérol (également important pour les coureurs vétérans). Un taux de cholestérol trop élevé est un facteur de risque cardio-vasculaire (ne pas dépasser 2 à 2,3 grammes par litre).
- l’état des réserves en fer (carences fréquentes chez les femmes), en calcium, en magnésium…
- le taux d’urée pour le bon fonctionnement des reins
- le taux de CPK (créatine phosphokinase) qui indique l’état de la destruction musculaire et qui, de toute façon, augmente après une course ou un entraînement difficile.

Sans oublier de vérifier qu’une perte de poids importante ne doit pas être synonyme de perte de masse maigre, c’est-à-dire de muscles… Vous pouvez compléter cet examen médical par un autre bilan en pédicurie qui vous permettra d’éliminer ongles noirs, incarnés, cors, durillons et autres ampoules qui ont pu apparaître au fil des kilomètres. Cela peut peut-être vous sembler fastidieux, mais ce n’est jamais inutile. Il s’en faut.

Sachant que, si vous n’êtes pas licencié FFA, vous avez de toute façon besoin d’un nouveau certificat médical pour vos compétitions à venir, profitez-en pour vous le faire renouveler, non pas pour la forme, entre deux portes, mais bien en sollicitant conseils, bilans et prescriptions éventuelles de la part de votre médecin et autres spécialistes. Faites de votre mois de récupération, un moment efficace de régénération pour tout effacer et remettre votre corps à neuf. Vous ne le regretterez pas au printemps et serez surpris par votre efficacité.

Précédent :Récupérer… pour remettre son corps à neuf

Suivant :Comment gérer son mois de «récup»