Récupération : Quel est l’intérêt d’un footing après un 10 kil’ ?

Récup après 10 km
Question - Réponse
Le

La question de Serge R. : Je vois certains coureurs faire un footing de récupération juste après leur 10 km. Est-ce vraiment bénéfique ? Les effets seront-ils les mêmes si on le pratique le lendemain d'une course ?

La réponse de Rodolphe Bier, entraîneur :

Un footing en endurance permet d’éliminer l’acide lactique.

Un petit footing en endurance après un 10 km (où l’on exploite une grande part de sa VMA) est tout à fait judicieux. Il fait office de récupération active (on parle aussi de retour au calme).

Lors d'une épreuve de type 10 km, l'intensité de l'effort fait que nous produisons plus d'acide lactique que nous n'en utilisons. Un footing en endurance fondamentale (à 65-70 % de FCM) après une course permet d'éliminer une grande partie de cet acide.

Plus ce retour au calme est proche de la fin de votre effort, plus son efficacité est importante. Au lendemain d'une compétition, l'idéal est de faire un léger footing de 30 à 40 mn pour compléter cette récupération ou de pratiquer un sport porté comme le vélo ou la natation.