Premier marathon : Comment vaincre le doute ?

1er marathon
Question - Réponse
Le
J'avais prévu de faire mon premier marathon dans un an. Je courrais facilement un semi et je viens de me faire un arrachement ligamentaire au genou. Les médecins me disent que mon objectif reste réalisable mais sur le plan mental, je ne suis pas au top et j'ai des doutes sur ce premier marathon.

Visualisez votre réussite…à l’envers

Le préalable indispensable à toute décision est le diagnostic et pronostic médical. Sur le plan physique, votre médecin vous dit que votre objectif est réalisable, c'est important. Pour le mental, la balle est dans votre camp. Pour atteindre votre objectif qui est de courir votre premier marathon dans un an., il vous faut conserver l'envie, la motivation et surtout la confiance en vos capacités. Aujourd'hui, vous devez vous mettre au repos, pas facile pour un coureur et pourtant il faut accepter. Accepter ce temps nécessaire à la consolidation de votre genou; voir cet "espace temps" différemment, le relativiser, le mettre en perspective. Il existe en sophrologie une technique, souvent utilisée avec les athlètes de haut niveau devant subir une intervention chirurgicale. Elle consiste à visualiser les différentes étapes de la prise de décision à l'objectif atteint, mais à l'envers, c'est à dire en partant du jour "J" pour revenir au moment présent. Son effet? Renforcer la confiance et la motivation.

Voilà le descriptif du déroulement:
1 - Après une phase de relaxation, visualisez-vous, dans un an, votre objectif atteint. Vous vous voyez ce jour là, vous avez réussi, vous avez parcouru la distance mythique, vous vivez cette sensation de réussite, de satisfaction. Un conseil, si vous visualisez un temps, il faut qu'il corresponde à votre niveau, à de votre véritable potentiel. Il ne s'agit pas de rêver mais de renforcer votre motivation.
2- Vous faites marche arrière dans le film, vous vous voyez à 10 mois de l'objectif, en phase d'entraînement spécifique, vous avez de bonnes sensations.
3- Vous remontez encore le temps, juste près la rééducation, vous êtes sur le stade, c'est votre reprise, vous retrouver le plaisir des foulées qui s'enchaînent, le souffle qui s'allonge, le rythme cardiaque qui se stabilise.
4- Marche arrière encore, vous êtes en rééducation, cela se passe bien, vous réagissez en coureur, vous acceptez l'entraînement, vous respectez le rythme de progression, les limites. Vous êtes confiant.
5 - Vous revenez à l'instant présent, vous vivez avec confiance cette parenthèse qui n'est qu'un moment dans le processus de votre réussite future.

Certains préfèrent dérouler le film à l'endroit, à vous de voir.