A l'assaut du record du GR10

Erik Clavery (à gauche) et Aurélien Sanchez s'attaquent tous les deux, chacun de leur côté, au record de la traversée des Pyrénées.
Le

En quelques jours d'intervalle, deux tentatives de record de la traversée des Pyrénées via le GR10 vont être tentées. D'un côté, on retrouve l'ultra expérimenté Erik Clavery. De l'autre, le jeune Audois, récent vainqueur du Dernier Homme Debout Vendée, Aurélien Sanchez.

Pour les deux athlètes, le défi est de taille. Il s'agit de relier Banyuls-sur-Mer sur la côté méditerranéenne à Hendaye sur la côte atlantique. Le tout représente plus de 900 km pour 55 000 mètres de dénivelé positif. Le record actuel est de 12 jours et 10 heures. Il est détenu par Thierry Corbarieu depuis 2018.

Une logistique optimisée pour Erik Clavery

Erik Clavery a déjà presque tout connu dans sa carrière: l'UTMB, la Diagonale des Fous ou encore le marathon des Sables. Champion du monde de trail, recordman de France des 24h sur route font aussi partie de son palmarès. C'est donc tout logiquement que le traileur nantais s'est tourné vers une nouvelle tentative de record, celle de la traversée des Pyrénées sur le GR10, d'est en ouest. "Je souhaitais allier l'aventure à la performance. C'est pourquoi je me suis basé sur un temps de 10 jours. Le choix de ce défi n'est pas anodin. J'ai très peu couru dans ces montagnes que j'ai pourtant souvent arpentées en famille étant plus jeune." Pour parvenir à son objectif, Erik Clavery a donc tenté d'optimiser au maximum les questions de logistique. Le but est de perdre le moins de temps possible sur ses temps de rotation (tous les moments où il ne courra pas : douche, sommeil, repas).

Départ prévu le 5 juillet à 18h.

Une tentative de record en autonomie pour Sanchez

De son côté, le jeune traileur originaire d'un petit village près de Carcassonne, Aurélien Sanchez, va lui aussi s'attaquer à ce record. Mais la grande particularité, c'est qu'il réalisera cette traversée seul, en autonomie complète. "Je prendrai un sac de couchage et un tapis de sol. Je dormirai à la belle étoile ou dans une cabane de berger si j’en trouve une s’il pleut". Moins connu en France, il a pourtant remporté en début d'année l'épreuve du Dernier Homme Debout en Vendée. (Jogging y était, reportage à retrouver dans le numéro 425). Longtemps exilé aux Etats-Unis, il y a réalisé de sacrées performances sur le long court. Il détient donc une base solide.

Départ prévu le 11 juillet à 18h.