Marathon des Sables 2018 : Retour sur la 3ème étape

Marathon des Sables 2018 : Retour sur la 3ème étape
Le

La troisième étape du Marathon des Sables s’est avérée très montagneuse, offrant de superbes crêtes aux 965 concurrents usés par une nuit tempétueuse.

Les visages des 965 concurrents au départ de la troisième étape du Marathon des Sables, ce matin à 8h30 au cœur du Sahara marocain, étaient marqués. La chaleur ? Le manque de confort ? La fatigue ? La nourriture insuffisante ? Peut-être un peu de tout ça, mais aussi et surtout la terrible nuit qu’a vécu le bivouac du 33e MDS. Vers 23 h, une véritable tempête a commencé à balayer le désert, emportant tout ce qui n’était pas solidement fixé au sol. Sous leurs tentes berbères, les concurrents ont serré les dents, au sens figuré mais aussi au sens propre, pour ne pas avaler trop de sable... Cette manifestation de la puissance de la nature a duré plus de quatre heures, des heures prélevées sur le précieux temps de repos des participants, déjà bien usés par les deux premières étapes. Et l’étape du jour n'était pas de tout repos avec : 7 km de crêtes acérées, de la rocaille et du caillou, une ascension de 250 mètres de dénivelé dans un sable avec un final rocailleux où une corde fixe aide les concurrents à se hisser au sommet...

Pas de changement en tête de course

Royal, le trio de Marocains Rachid El Morabity, Mohamed El Morabity et Abdelkader El Mouaziz domine l’épreuve de la tête et des jambes. Les trois hommes de l’équipe TGCC gèrent parfaitement leur course d’équipe qui va selon toute logique mener Rachid El Morabity vers sa sixième victoire, comme il l’indiquait à son arrivée : « On a fait une bonne stratégie - prendre la tête sans trop forcer pour garder l’énergie pour l’étape longue de demain. Nous sommes partis tranquillement jusqu’au deuxième CP, puis j’ai augmenté mon rythme. Aujourd’hui il a fait plus chaud qu’hier mais nous, on aime bien cela... ». Mohamed, le petit frère, confirme : « L’objectif, c’est de bien tenir, ne pas se blesser. Pour l’instant on se repose avant un départ dans 24 heures. »

Victorieuse de sa troisième étape d’affilée, Natalia Sedykh, elle, ne se repose pas pour autant sur ses lauriers, puisqu’à cause de sa pénalité d’une heure (défaut de matériel obligatoire le premier jour), elle ne pointe qu’en cinquième position au général : « Cette étape a été très dure mais très intéressante. Comme je le dis souvent, je garde un esprit positif. La dernière ligne droite était longue et la température très chaude. J’avoue que je n’ai pas vraiment eu le temps de regarder le paysage qui était pourtant magnifique m’a-t-on dit ! »

Merile Robert fait de la résistance

Le premier Français, Merile Robert, se hisse à une superbe quatrième place au général à l’issue de l’étape 3. Si son objectif était un Top 10, il est lui-même surpris de se retrouver si haut dans le classement : « L’étape était dure aujourd’hui, beaucoup de dénivelé, de descentes très techniques. Pourtant j’arrive avec les Marocains, ce qui est pour moi très étonnant. J’ai même fait quelques kilomètres en tête, seul, mais je sais que les Marocains m’ont laissé partir avant de me rattraper quand ils l’ont souhaité ». Il se dégage de cette course masculine comme un petit air de jeu du chat et de la souris...