Marathon des Sables 2018 : Retour sur la 1ère étape

Marathon des Sables 2018 : Retour sur la 1ère étape
Le

Le top départ du Marathon des Sables a été donné dimanche 8 avril et 977

concurrents se sont élancés sur les 30 km d’une première étape annonciatrice d’une superbe 33e édition.

« C’est génial, franchement, c’est... ». Quelques minutes après son arrivée, Sabine De Marne n’arrive pas à terminer sa phrase. On ressent dans ces points de suspension l’émotion, l’émerveillement et la joie simple qu’un enfant pourrait ressentir après une super après-midi de jeux avec ses copains. Et c’est un peu ça le Marathon des Sables : de grands gamins qui s’amusent, qui prennent un plaisir immense à parcourir ces étendues désertiques, animés par l’envie de savoir ce qui se cache derrière les dunes, mais aussi derrière la fatigue, derrière l’épuisement, derrière les limites de leur propre corps. Et les limites arrivent vite dans les conditions extrêmes du désert : « J’ai des ampoules aux deux pieds, sous la voûte plantaire. J’ai dû marcher 15 km. Je vais me reposer un peu puis aller voir les Docs ». Le cas d’Amadou Kone n’est pas unique. Raphael Bernigaud, après un premier MDS en 2003, a trouvé cette première étape « particulièrement difficile. J’ai été vite dans le dur, entre les dunes et les passages étouffants. J’ai dû freiner un peu plus que prévu. » Si certains concurrents ont été éprouvés, beaucoup, tel le Britannique Steven Shipp, n’ont pas perdu leur sens de l’humour : « Mon meilleur moment aujourd’hui ? Quand j’ai vu la ligne d’arrivée depuis le sommet des dunes ! » plaisante-t-il deux minutes après son franchissement de l’arrivée.

Les favoris aux avants-postes

Du côté des favoris, les spectateurs qui suivent avec attention le Marathon des Sables auront remarqué une étrange ressemblance entre le déroulement de cette première étape et de celle de l’année dernière. En début de course, les favoris marocains sont restés en retrait, laissant les Européens s’exprimer, tel Merile Robert, parti en tête : « J’espère entrer dans le Top 10 à l’issue de la course, l’année dernière j’ai fait quatorzième ». Puis le talent et les capacités physiques des coureurs marocains, Rachid et Mohamed El Morabity ont repris le dessus, avant qu’enfin dans les derniers hectomètres Rachid laisse s’envoler son petit frère vers la victoire.

Chez les femmes aussi la course s’est calquée sur 2017, l’impériale Natalia Sedykh remplaçant la non moins impériale Elisabet Barnes, tenante du titre. Très affutée, la Russe a pris l’étape à son compte devant l’Américaine Magdalena Boulet, mais les écarts restent faibles : la course ne fait que commencer !

Photo @Josuefphoto