Championnats de France de cross-country : La passe de deux pour Duarte et Amdouni

Championnats de France de cross-country : La passe de deux pour Duarte et Amdouni
Le

Sophie Duarte et Morhad Amdouni ont décroché, à Plouay , leur deuxième titre de champion de France du cross long. Sous les trombes d’eau et devant 20 000 spectateurs ils ont fait parler leurs qualités spécifiques de spécialistes des labours.

« Je suis l’éternelle cadette. » Sophie Duarte en sourit. Mais la recordwoman de France du 3000 m steeple n’en menait pas large à quarante minutes du départ, du haut de ses 36 ans, lorsqu’elle a abordé la future championne de France espoirs Mathilde Sénéchal (AJ Blois-Onzain, épatante cinquième Française au scratch). « Je lui ai demandé avec quelles pointes elle allait courir, rembobine la sociétaire de l’Athlétic Trois Tours. Je ne savais pas ce qu’il fallait mettre. Je parle du type, même pas de la taille ! » Elle a finalement trouvé chaussures à son pied, avec des clous de quinze millimètres sous les semelles. Et une fois sur le terrain, elle a fait parler à la fois son talent et son expérience.

Pas du genre à calculer, Sophie Duarte prenait vite les commandes françaises d’un course dominée au scratch par les coureuses africaines (première place pour l’Ethiopienne Chaltu Negasa, devant la Kényane Beth Muthoni Karanja et l’Erythréenne Mekdes Woldu). Alors que Cassandre Beaugrand mettait rapidement le clignotant, c’est une autre triathlète qui allait créer la sensation du jour, en la personne de Léonie Periault. L’athlète de l’EA Saint-Quentin-en-Yvelines, 24 ans, s’accrochait admirablement à Sophie Duarte et n’hésitait pas à la relayer.

© KMSP / FFA

C’est finalement dans la dernière bosse que la seconde nommée faisait la différence, pour s’offrir son deuxième titre sur cross long après 2015. « Je voulais montrer qu’une crosswoman pouvait gagner sur ses terres et je suis fière de l’avoir emporté. C’était un très beau spectacle, savourait celle qui en est désormais à huit podiums dans l’épreuve reine. Le profil long était nécessaire pour avaler les neuf bornes aujourd’hui. Je suis partie d’entrée, en mettant beaucoup d’à coups. Vous me connaissez, je cours comme ça. Je suis irrégulière, je suis une crosswoman ! »

Morhad Amdouni, 7 ans plus tard

Parti sur des bases très élevées, Hassan Chahdi a rapidement baissé de rythme. Au bout de deux kilomètres, la course était déjà décantée avec quatre athlètes en tête : Morhad Amdouni, Hassan Hirt, Yoann Kowal et Jimmy Gressier. Le champion d’Europe espoirs, en manque d’entraînement après une préparation perturbée par un petit pépin de santé, a fini par coincer. Tout le contraire du trio de tête, qui n’a finalement pas évolué.

De sa foulée puissante et interminable, Morhad Amdouni a progressivement creusé l’écart, après avoir bien observé ses adversaires. Forfait de dernière minute suite à une blessure l’an dernier, le Corse de Val d’Europe retrouve enfin la première marche du podium, sept ans après l’avoir emporté à Paray-le-Monial. Sous les yeux de 20 000 spectateurs et alors que la pluie redoublait, après s’être interrompue lors des courses jeunes, le pistard-crossman a pu savourer sa victoire dans la dernière ligne droite, encadré par des nuées de drapeaux bretons. « Je suis hyper content d’avoir pu gagner devant ce public chaleureux, appréciait-il à l’arrivée. Je voulais montrer que Morhad existe, qu’il n’est pas mort. On disait que je n’étais pas bon dans la boue. Mais dès que je suis fluide, je suis léger. Et quand je suis sérieux et professionnel, je suis là. Aujourd’hui, j’étais le king. » Une expression osée, même s’il l’a emporté avec douze secondes d’avance sur Hassan Hirt et trente sur Yoann Kowal, alors que Florian Carvalho termine au pied du podium.

Chez les espoirs, Hugo Hay, dixième Français au scratch, est sacré pour la première fois champion de France et confirme sa progression après sa deuxième place lors des Europe de Samorin, en décembre dernier.

Crédit photo ©KMSP/FFA