Trail des Hauts-Forts 2017 : mon premier trail

Trail des Hauts-Forts 2017 : mon premier trail
Le

Florian Painset, 22 ans, est le nouveau community manager de Jogging. Pistard et routier, il vient d’effectuer sa première expérience trail. Rien moins que 51 km et 3800 m de D+. Il nous raconte !

Le 12 août avait lieu la 8ème édition du Trail des Hauts Forts à Morzine-Avoriaz. Quoi de mieux pour s’aventurer sur mon 1er trail ! Un défi qui pouvait sembler audacieux si ce n’est un peu fou au vu du parcours (51km/3800m de dénivelé positif). Habitué des courses sur piste et route (34min10sec au 10km) ce défi était pour moi un challenge de fin de saison pour sortir de ma zone de confort.

Une prépa bien spécifique

Un trail nécessite une préparation très différente de celles auxquelles je suis habitué pour mes courses sur route/piste. Pour affronter ce premier trail, je n’avais pas négligé une préparation longue et rigoureuse. J’ai très fortement augmenté mes charges de foncier avec des sorties longues de 35-40 km et des séances spécifiques de dénivelé. Ce qui pour un parisien, se traduit par d’interminables séances d’escaliers. J’ai aussi pu expérimenter la station trail de Bures sur Yvette qui est très agréable et vous fera ressentir les premiers prémices de votre trail ! Côté équipement j’ai investi dans les New Balance Hierro V2 pour leur faible drop ainsi que des manchons de compression et un sac Salomon ADV SKIN 12 NH pour sa légèreté.

Une course en dents de scie

Samedi 12 août, 6h du matin : le départ est donné avec la présence de Carlos Sà (4ème de l’UTMB 2012 et 8ème en 2014). C’est à ce moment que j’ai réalisé la difficulté du parcours et le challenge qui m’attendait ! J’ai profité de mes qualités de routard pour bien me placer dès le début de course et ne pas être gêné à l’approche des premiers sentiers sinueux. La météo des jours passés ne nous a pas rendu tâche facile, le parcours était très gras et boueux. Après une première partie de course très bien gérée et rapide, mon corps commence à faire mal et une douleur me bloquant le dos devient insupportable au kilomètre 30. Heureusement pour moi, un point de ravitaillement me permet de m’étirer et de relâcher un peu les muscles avant les prochains km qui sont en réalité…un km vertical. La deuxième partie de course sera bien plus compliquée avec cette douleur au dos qui s’intensifie et le plus dur du parcours à venir. Au km 39 avant dernier point de ravitaillement l’envie d’abandonner me traverse l’esprit mais la fin me semblant si près, je décide de continuer l’aventure. Un choix payant et un regain de forme qui me permettra de finir avec des sensations retrouvées.

Samedi 12 août, 15h : Je franchis la ligne après 9 heures et 3 minutes d’effort. Un peu déçu de ma performance générale car les sensations n’ont pas été toujours là et que la barre des 8 heures me semblait accessible. Néanmoins le podium espoir (2ème ES) viendra conclure ce défi en beauté.

Plus fort qu’un chrono

Aujourd’hui la satisfaction de ne pas avoir abandonné et d’être allé au bout de cette course domine tous les autres souvenirs de cette journée. Ce trail est clairement très exigeant de par son dénivelé et sa distance mais vous emmènera dans les paysages et panoramas incroyables des Portes du Soleil, avec en prime une vue sur le Mont-Blanc. Le plateau y est très relevé et beaucoup de coureurs viennent terminer là leur préparation à l’UTMB. D’un point de vue matériel, mes chaussures ont parfaitement répondu à mes attentes de légèreté et de dynamisme. Un de mes regrets restera de m’y aventurer sans bâtons. Le terrain boueux m’a mis à rude épreuve et des bâtons auraient possiblement soulagé mon dos , bloqué en pleine course.

J’ai pu réaliser que le trail n’était pas aussi accessible que je le pensais. Les descentes m’ont clairement mis à mal ; j’y ai perdu des places à chaque fois. De plus mes acquis de routard n’ont que très peu influencé ma performance tant ces deux disciplines sont différentes. Une chose est sûre la sensation post course n’est pas comparable et vaincre un défi trail m’a apporté beaucoup plus de satisfaction que de battre un défi chronométrique. Je vais dorénavant m’accorder une période de repos avant de préparer mon prochain objectif, les championnats de France de 10km à Aubagne le 22 octobre.