24eme marathon des sables : la course aura bien lieu

Patrick Bauer
Le

Lire précedemment

Tout semblait comme avant, à ceci prêt, que le marathon des sables compte une journée de retard et que les contrôles se déroulaient dans un hôtel et non au bivouac.

Mais LA GRAND QUESTION que se posait l’ensemble du peloton réuni autour de la piscine pour le briefing-coureurs de Patrick Bauer (en photo) était, est ce que le départ allait être donné ?

Au micro Patrick, la voix serrée, annonce qu’il y a deux choix :
- Soit d’annuler l’épreuve
- Soit de s’adapter aux conditions en acceptant les aléas que cela représente inévitablement.
Pour première fois, le Marathon des Sables doit modifier son déroulement.

La partie est-elle gagnée ?
Le silence se fait.

Certains regardent déjà leurs chaussures de course, les lèvres serrées, pensant que la cause est jouée.
Qu’ils vont devoir repartir chez eux sans avoir pu se brûler les yeux des étendues magnifiques de ce Maroc sauvage qu’ils attendent depuis si longtemps, après tant de sacrifices d’entraînement, financier et de temps qu’ils ont sacrifié…parfois au détriment de leurs proches…

« Je sais que vous avez fait d'énormes sacrifices pour venir, alors nous devons relever ensemble ce défi. Ca ne va pas être facile, mais on va y arriver si on s'y met tous! C’est nous, tous ensemble, qui devons prendre cette décision… Il y aura des modifications dans le road-book, des moments ou il faudra s’adapter aux aléas mais sachez que l’ensemble de l’équipe du Marathon des Sables travaille sans relâche pour vous offrir une épreuve parfaite…Etes-vous toujours partants à nos côtés pour cette aventure ? »

Une immense clameur retentie. Comme une seule voix, un « oui » venu du fond du cœur de chaque compétiteur s’élève avec force.

Patrick Bauer a les larmes aux yeux : le marathon des sables ne s’arrête pas.

Oui, le marathon des Sables 2009 aura lieu. Il sera particulier mais il aura lieu. Il partira donc demain matin, lundi 30 mars, du lieu prévu dans l’Erg Chebbi avec un départ situé là où devait se dérouler celui de la deuxième étape. Les coureurs y seront emmenés en bus après une dernière nuit d’hôtel.
Plus que jamais, chacun d’entre eux, surtout ceux qui viennent pour la première fois, a compris la première leçon du Sahara.

Le désert ne se vainc pas. Il se traverse.
Avec humilité.
« In’ch Allah » ; « Si Dieu le veut » comme disent les Touaregs avec philosophie….