Mon premier Jogging

Le

Nostalgique ces temps-ci l’ami Dominique ! Comment lui en vouloir, il revient sur ses années quatre-vingt, pour fêter avec nous les 20 ans de Jogging…

Lors de ma dernière chronique je vous racontais mon premier marathon de Paris, nous étions en 1982. Je me sens tellement bien dans cette époque que j’y reste le temps d’une page. Cette période évoque la naissance de mes enfants, ma réussite professionnelle dans une banque et la confirmation de mon statut de coureur de haut niveau. Cette nostalgie se justifie par une certaine euphorie de l’époque. Le plein essor économique. Ce vent de nouveauté qui souffle dans le monde de la communication avec l’arrivée des radios libres. La publicité évolue, la santé et la remise en forme deviennent des vecteurs de communication, le jogging une mode… « mais cela ne durera pas » prédisaient certains sceptiques, agacés par ce nouvel engouement venu d’outre-Atlantique ; comme d’hab…

Avant il y a avait « le Miroir de l’athlétisme » et « Athlétisme Magazine »

1983 : À cette époque les seules revues spécialisées en athlétisme s’appellent « le Miroir de l’athlétisme » et « Athlétisme Magazine », qui vivent hélas leurs derniers instants, leurs derniers numéros. Dans la course à pied, il y avait la référence « Spiridon », d’origine suisse. D’autres passionnés franciliens se lancent dans la création de « Courir », de « Footing » qui disparaîtront au bout de quelques années ou après quelques numéros seulement. Parfois encore, je retrouve leurs créateurs, ils s’appellent Tamini, le Suisse, Guy Jouvenelle, l’adjoint aux sports de Pierrefitte, Yves Seigneuric le coopérant d’Afrique, Léon-Yves Bohain, l’animateur et le poète militant pour la francophonie… 20, 30 ans après leur passion est intacte, ils œuvrent toujours pour la course à pied chacun dans leur propre milieu. Je respecte ÉNORMÉMENT ces précurseurs, des vrais, des purs et durs, ce sont ces personnages qui m’ont donné la fibre… cette même fibre que j’espère maintenant vous transmettre sur le terrain ou par l’intermédiaire de Jogging.
Dès mon adolescence je me procurais tous les documents liés à la course. Toutes ces revues sont rangées, répertoriées, je ne voulais rien laisser échapper de mon milieu, de ma passion. Sans entraîneur, j’avais soif de renseignements, de techniques d’entraînement, de chiffres, de statistiques, de photos… vous voulez le numéro 1, 50, 100 de telle ou telle revue, je vous le trouve dans les cinq minutes qui suivent…

1983, le premier numéro de Jogging International

Lorsque sort le premier numéro de Jogging en mai 1983, je prépare le marathon des premiers championnats du monde d’athlétisme. Il se déroulera trois mois plus tard à Helsinki, pays légendaire de l’histoire de la course à pied et pays de mes idoles d’ado : Nurmi, Viren… Vingt années passent, vous lisez le numéro 223 alors que se préparent, chez nous en France, à Paris, les neuvièmes championnats du monde d’athlétisme avec un nouveau marathon de Paris en août réservé à l’élite mondiale. L’histoire est la même deux décennies plus tard avec des acteurs différents, c’est tout.
La particularité de Jogging à l’époque était d’offrir la couleur dans un magazine de course à pied… Un effet comparable à l’arrivée de la télé couleurs quelques années plus tôt.

Pour l’anecdote à la redécouverte des numéros, je m’aperçois que je faisais la une du numéro 19 ; j’avais des cheveux et je ne m’en souvenais plus ! Bon, je vais ranger une nouvelle fois mes 223 numéros de Jogging. Ils sont lourds… de souvenirs !
Bon anniversaire à « Jog »