Compte-rendu des courses du weekend des 7 et 8 septembre

_N7T8741
Le

Le lundi, sur Jogging-international.net, retrouvez une sélection des courses du week-end avec toutes les infos et les résultats. Le tout concentré en un article, mis à jour toute la journée.

Les 400 coureurs au départ du 62 km sont partis dès 8h à l'assaut du Cap Blanc-Nez, première difficulté du jour. Photo : Vincent Lyky

Trail de la Côte d’Opale (62)

Samedi 7 et Dimanche 8 septembre 2013 à Wissant

Sous le soleil du Nord, 4000 trailers ont participé à la septième édition du Trail National de la Côte d’Opale avec la superbe Terre des Deux Caps pour terrain de jeu. Durant deux journées aux profils bien distincts, Wissant a connu l’effervescence d’un grand rendez-vous de la course à pied. Samedi, programme court avec les parcours de 7 et 14 km. Dimanche, le long et l’élite avec les courses de 18, 31, 42 et 62 km.

Sur le 62 km, Thierry Breuil (4h30mn52s), longtemps deuxième, a fini par griller Sébastien Spehler sur la fin pour aller chercher seul sa 5e victoire sur le Trail de la Côte d’Opale. Spehler, récent vainqueur de la 6000D, se classe finalement cinquième après avoir mené la course d’un train d’enfer durant près de 3h. En 4h37mn01s, Jérémy Pignard a pris la deuxième place devant Romuald De Paepe (4h38mn43s) qui complète le podium.

Seul véritable spécialiste en course sur le 42 km, Benoit Holzerny a dominé l’épreuve d’une main de maître et fini par s’imposer en 3h07mn51s. Le coureur du team Adidas a devancé Samuel Brequeville (3h26mn17s) et Laurent Sleghem (3h28mn33s).

Plus d’informations sur : www.trailcotedopale.com

Trail du Sancy - Mont Dore

Samedi 7 et Dimanche 8 septembre 2013 à Mont Dore

Quelque 1500 coureurs ont investi ce weekend les chemins du Massif Central. Pour sa 11e édition, le trail du Sancy – Mont Dore aura connu des conditions pour le moins automnales… Pluie, pluie et pluie. Quatre courses au programme cet année : un 14 km féminin le samedi, 18, 34 et 60 km mixtes le dimanche.

L’épreuve majeure du 60 km a été remportée par Sylvain Court. Le trailer du team Adidas est venu à bout des 3350m de dénivelé pour s’adjuger une victoire nette en 5h42mn01s. Il a devancé le coureur local du team Asics Thomas Lorblanchet (5h59mn11s). Derrière eux, Frédéric Laureau (6h13mn39s) a pris la troisième place.

Chez les femmes, Sylvie Négro s'est imposée après 7h58mn12s d'efforts. Au coude à coude durant la course, Caroline Benoit (8h30mn22s) et Marlène Vigier (8h31mn47s) complètent le podium.

Plus d’infos sur : www.xttr63.com

3 Commentaires
kv000 - Je ne demande qu'à vous croire...

... mais votre français approximatif et les raccourcis techniques (inconnus des profanes) que vous utilisez empêchent la compréhension de vos théories. Pouvez-vous m'expliquer en langage simple et compréhensible d'un non initié (avec des notions d'anatomie cependant) pourquoi j'ai des courbatures deux jours après un marathon alors que je suis habitué à cet effort, que je suis entrainé de façon à peu près adéquate et que je cours au niveau de mon record? Jusqu'ici, j'étais persuadé qu'il s'agissait d'une accumulation d'acide lactique né des réactions chimiques associées à l'anaérobie dans le muscle. Une bonne hydratation, quelques étirements, surélever les jambes, l'usage de bas de contention ainsi qu'un micro footing de 15 minutes permettant de chasser cet acide lactique des muscles, celui-ci étant véhiculé jusqu'aux reins par le sang, filtrés à ce niveau et évacué par l'urine. Ce schéma me convenait parfaitement, il parait cohérent et compréhensible. Quelle est votre théorie?

le 01/10/2009
FER - courbatures

le 1° commentaire est très instructif. ET UNE BONNE CLAQUE AUX IDÉES REÇUS.

le 09/06/2009
VO2MAXFORM - courbatures et efforts!!!

Quand on peut lire de telles affirmations que les courbatures viennet de l'acide lactique,je pense que le responsable ou le bouc emissaire,si développé et cité à tort d'ailleurs car trop de méconnaissance à ce sujet,n'est en aucun cas cette acide lactique, car il s'agit de contractions musculaires développées sur des tensions '' anormales'' dans un 1er temps sur le sédentaire ou le sportif qui n'est pas habitué à cet ou ces efforts...(2ème temps) Ensuite, faut aussi savoir que des tensions internes au niveau ligamentaire et musculaire ont été enregistrées et que la manifestation de la douleur est le côté receptif des ces efforts(tension haute) via les élements proprioreceptifs dans ces tendons et muscles,les cellulues nociceptives que nous possèdons et qui nous renseignent sur la douleur, car de plus, si il y a eu des efforts en dénivelé, ne cherchez pas plus loin,les conséquences directes du lendemain et de 2 jours après++++,mais en aucun cas la cause de l'acide lactique, qui plus est sur ce que j'ai lu ici,va s'effacer 30 minutes après l'effort!!je crois que ceux qui écrivent ça ne maîtrise en rien les notions énergétiques des efforts, et les effets de efforts à différents niveaux de vma,ce qui engendre une consommation d'énergie si différente des uns et des autres mais une relation directe sur sa consommation et sa production d'énergie ;à renouveler... ensuite. En se posant la question:QUAND ET COMMENT???tout est dans la programmation de ses séances et objectifs visant à mettre en place un calendrier d'entraînement sans arriver à la fatigue,ou en restant avec de la fraîcheur physique et mentale,ce qui est au vu des lectures de bon nombre d'articles du site,des données aussi vieilles que NAPOLEON...Hélas!!!on utilise encore ce qui est très ancien!!mais tout a évolué,faut juste savoir ce qui se fait aujurd'hui et non d'hier...:heureusement!!!bien à vous(marc:MAITRISE EN préparation physique,spécialisé sur le haut niveau)

le 03/05/2009