Makau bat le record du monde du marathon à Berlin

makau berlin
Le

Le Kényan Patick Makau a battu le record du monde du marathon ce dimanche 25 septembre à Berlin, avec un temps de 2 h 03 min 38 sec.

De notre correspondant à Berlin, Philippe Maquat, avec Matthieu Clavel

Le parcours plat du marathon de Berlin autorise tous les records depuis une décennie (Paul Tergat 2003, Haile Gebreselassie 2007 et 2008). L'édition 2011 confirme la règle.

Déjà vainqueur l'an passé, Patrick Makau (26 ans), a bouclé les 42 km 195 en 2 h 03 min 38 sec. Il améliore de 21 secondes la marque précédente, établie par le roi Gebre sur la même chaussée il y a trois ans (2h03'59").

Ses compatriotes Stephen Kwelio Chemlany (2h07'55) - l'un des six lièvres de l'épreuve - et Edwin Kimaiyo (2h09'50), complètent le podium.

Gebreselassie à la peine

En plus d'avoir perdu son record du monde, Haile Gebreselassie a, comme à New york en 2010, été obligé d'abandonner. Cloué sur place par l'accélération du futur vainqueur au 27ème km, il s'est arreté en se tenant les côtes, avant de repartir à allure modérée. pour finalement arracher son dossard à 5 km de l'arrivée.

Revenu sur les routes après une première annonce de retraite en novembre 2010, la légende éthiopienne compromet ici fortement ses chances de se qualifier pour les jeux olympiques de Londres 2012, ce qui était son principal objectif.

Selon son manager, interrogé en conférence de presse immédiatement après la course, l'ancien recordman souffrait d'asthme depuis quelques temps, et aurait manqué d'oxygène pendant l'épreuve.

Toujours selon son manager, l'athlète souhaiterait courir Dubaï (27 janvier 2012) comme une dernière chance pour la qualification aux J.O.

Dans la grande confrontation entre les deux éternels rivaux du fond mondial, le Kenya semble donc définitivement prendre l'ascendant sur son voisin Ethiopien. Le record du monde du marathon qui vient de voler en éclats était le dernier rempart à une impressionnante suprématie Kenyane. Les derniers championnats du monde ont vu la patrie de Gebre repartir avec une seule médaille quand les compatriotes de P. Makau ramenaient 18 trophées.

Radcliffe tient la route

La qualification pour Londres était égalemlent l'objectif du jour pour Paula Radcliffe, et la britannique a, elle, connu une fin plus joyeuse. Sans victoire, mais avec une troisième place en 2 h 23 min 46 sec, un an après avoir accouché de son deuxième enfant.

La route vers "ses" J.O. lui semble désormais ouverte, la concurrente britannique restant très éloignée du niveau de la détentrice du record du monde féminin (2h17'18").

Elle a été devancée par la Kényane Florence Kiplagat (2h19'44") et l'Allemande Irina Mikitenko (2h'22"18).