Tout dans les chaussettes

chaussette de compression sur le LUT
Le

Apparus en premier lieu aux jambes des footballeurs, les bas de contention-compression accompagnent aujourd’hui de plus en plus de coureurs, misant sur leurs principes physiques et les effets "hémodynamiques". Explications.

Il paraît avant toutes choses important de rappeler que les artères apportent l’oxygène aux muscles et tendons et que les veines éliminent les toxines et produits de déchets. L’angiologie (science des vaisseaux) par son approche clinique statique et surtout dynamique, et ses moyens d’investigations précis (comme l’écho-doppler couleur) ont permis de mieux comprendre les mécanismes aboutissant aux pathologies liées à la circulation sanguine, chez le sportif et le non- sportif et surtout de mettre en place des moyens efficaces pour la prise en charge médicale et la prévention.

Lors de l’effort, le débit sanguin peut être multiplié par 20 au niveau musculaire. Lorsque la dilatation du système veineux est à son maximum, la pompe musculaire et articulaire doit pouvoir tolérer le débit nécessaire à l’effort et le système permettant le retour sanguin (aponévrose, fascia et valvules veineuses) doit être de qualité.

sport et système veineux

L’activité physique est bénéfique sur le système veineux, certains sports sont même jugés bénéfiques sur le retour veineux (marche, natation, cyclisme sur terrain peu accidenté, jogging sans forcer et sur sols souples ou ski de fond…) à la condition qu’ils soient effectués dans certaines conditions, malheureusement rarement retrouvées dans la pratique courante. Ainsi, le sport pratiqué, son intensité, sa durée, l’insuffisance de temps de récupération sont autant de paramètres qui détériorent ou aggravent l’état veineux !

D’autre part, dans la vie de tous les jours, toute personne exerçant une activité professionnelle, familiale ou de loisir, à base de piétinements, stations debout prolongées, est soumise aux mêmes contraintes veineuses que le sportif. C’est pourquoi dans un but de confort, de prévention et de récupération, il est également conseillé de porter une contention spécifique par intermittence lors des périodes à risque, pendant un transport ou en fin de journée.

la contention – compression c’est quoi ?

La contention élastique du sportif se différencie des contentions traditionnelles car elle doit être spécifique et adaptée à sa physiologie particulière. Si, pour les maladies veineuses, il existe un principe de dégressivité des pressions de bas en haut, chez le sportif, l’effet doit être différent et progressif avec des pressions plus faibles au niveau du pied et de la cheville, et des pressions maximales au niveau du mollet, sans exercer d’effet garrot (cette contention spécifique est appelée Booster Veine Sport). Chez certains sportifs prédisposés, de haut niveau, ou exerçant des sports à fortes contraintes veineuses, il est parfois nécessaire d’adapter précisément la contention et de prendre des mesures des pressions des veines du mollet par échographie avec un brassard à tension spécifique®. En effet, le réservoir veineux principal qui se dilate chez le sportif est le mollet, véritable éponge vasculaire et musculaire et non la cheville.

Une étude IRM a confirmé la nécessité de pressions de contentions fortes (20 à 25 mm Hg) au niveau du mollet, pour avoir une action significative sur la réduction du calibre des veines et sur l’accélération du flux veineux.

En cas d'effort est intense, le système veineux musculaire se remplit... puis se dilate

Ce concept de contention-compression, spécifique au sportif par ses pressions calculées et adaptées et son effet booster (ou dégressivité inversée) agit sur l’éponge vasculaire et la musculature du mollet comme une aponévrose supplémentaire. Pendant l’effort, elle améliore la tonicité musculaire, repousse les phénomènes de jambes lourdes, de ‘’barres’’ dans les mollets et de crampes. En période de récupération, elle diminue le risque de blessures dues à la mauvaise oxygénation de la fibre musculaire.

En pratique ; il est important de mettre en place le plus tôt possible après l’effort les chaussettes de récupération et de les porter au minimum pendant 2 heures, surtout en cas de retour en voiture ou en avion.

1 Commentaire
Mike974 - MDS 2009

Merci Marc pour ces articles et ces photos ! A bientôt sur Facebook ...

le 03/04/2009