Carmen Oliveras : une coureuse de Haut niveau sur "La Parisienne"

Carmen Oliveras
Le

Carmen Oliveras qui pratique le cross à haut niveau, est arrivée 4ème en 22 minutes à « La Parisienne » dimanche dernier.

Age : 39 ans
Taille : 1.62m, Poids : 48 kg

Palmarès :
2010 : 4ème à la Parisienne en 22.00’
2003 et 2007 : 1ère à la Parisienne
2006 : Membre de l’Equipe de France sur marathon, champion d’Europe à Gotebörg (25ème)
2002 : Championne de France de 3000m Indoor.


Votre objectif à « La Parisienne » ?
Me tester ! J’ai eu une blessure lourde en 2008 (greffe du tendon) et je voulais réussir à suivre les meilleures. Recoller au haut niveau était essentiel.

Objectif atteint ?
Oui, malgré des doutes et un stress immense qui s’étaient installés.

Comment s’est déroulée votre course ?
Un groupe s’est détaché dès le premier kilomètre et j’ai décidé de ne pas le lâcher. Au 2ème kilomètre, Christelle Daunay (ndlr : 20.42’) s’est échappée avec deux autres concurrentes. J’ai essayé de les suivre mais aujourd’hui, elles étaient un peu trop rapides pour moi.

A quoi pensez-vous à ce moment là ?
A me battre contre moi-même ! Et à donner le meilleur. Pas le temps de regarder les monuments : l’esprit de compétition est en moi. Je n’avais qu’une idée : aller le plus vite possible et tenir.

« La Parisienne » est-elle une course différente des autres ?
Oui, l’ambiance est très chaleureuse et c’est appréciable de courir entre femmes. Plus qu’ailleurs, le public est particulièrement reconnaissant. Chaque année il se souvient de mes performances et me soutient énormément.

Qu’avez-vous fait le lendemain de « La Parisienne » ?
Un footing de récup de 45mn. Et une séance de 8x200m le surlendemain.

Votre entraînement pour préparer un 6 km?
J’ai repris l’entraînement de façon régulière depuis 6 mois avec Jean de Latour, mon mari et coach à la fois. A raison de 6 à 7 entraînements par semaine à l’étang de La Minière (Yvelines), un cadre magnifique, ce qui est appréciable quand on court beaucoup. Il y a du plat et des côtes, l’idéal pour la préparation. Jean ne mesure pas mes entraînements en kilomètres mais en nombre de sorties. Il me fait simplement travailler les allures. Cette année, il a axé mon entraînement sur la reprise du cycle VMA.

Des nouveaux objectifs d’entraînements après « La Parisienne » ?
Oui, faire jusqu’à 9 sorties par semaine.

Depuis quand courez-vous ?
Depuis que je suis en 6ème ! Un professeur d’EPS a remarqué que j’avais des prédispositions pour la course : je gagnais tous mes cross ! Et il y a dix ans, j’ai rencontré Jean qui m’a permis d’accéder au haut niveau.

Est-ce que l’âge est un problème ?
Un peu, dans le sens où on supporte moins les changements d’allure.

Et le fait d’être maman ?
Au contraire ! Je n’ai jamais été aussi forte qu’en 2001, après mon accouchement ! Ce doit être lié au repos d’un an ou à mon taux de globules rouges alors plus élevés !

Que vous apporte le sport ?
Une reconnaissance que je n’ai pas socialement. On peut dire que je vis de ma passion et c’est fantastique.

Vos prochains défis ?
La qualification aux championnats d’Europe de Cross en décembre prochain.
Auteur : Anne-Charlotte Laugier

En savoir plus sur la Parisienne :

Voir la fiche de la course
Voir les résultats 2010

Lisez les avis des coureuses
et partagez le vôtre !

Photos et vidéos de la course

1 Commentaire
jmirun - Semi-Marathon de Paris : mon petit compte-rendu !

Nous sommes le dimanche 04 mars, et comme 30 000 autres coureurs, j'ai rdv sur l'esplanade du Château de Vincennes à 10h00 pour effectuer le Semi-Marathon de Paris, avant dernier épreuve de mon calendrier dans le cadre de ma préparation au Marathon de Paris. Normalement, cette distance ne me pose plus de problème et j'ai pour objectif de terminer ma sortie longue en 01h50...mais le stress de l'évènement va me faire perdre une partie de mes moyens, et surtout va m'empêcher de profiter pleinement de ma course : douleur de dernière minute au pied gauche (c'est psycho !!!), très mauvaise nuit et ventre qui gargouille. 10h00, le starter donne le départ aux premiers tandis qu'il me faudra env. 15 min avant de faire mes premières foulées; j'avale à petite vitesse mes premiers km avec déjà la tristesse de voir s'éloigner mon meneur d'allure (plus question de battre mon record). Les ravitaillements s'enchaînent et je répète les gestes en prévision de l'épreuve suprême dans 6 semaines, mais le coeur et les sensations n'y sont pas...je n'arriverai à accélérer que légèrement entre le 20ème km et l'arrivée (la p'tite gorgée de boisson bleue bue au 18ème a fait son effet !). Dernière ligne droite et déjà (enfin !) la ligne d'arrivée : 01h53min27sec...cela aurait pu être pire. Et dire que dans 1 mois 1/2, la distance sera double !!! Il me reste 6 semaines et le Semi-Marathon d'Antony pour peaufiner les "règlages",et retrouver du plaisir en courant sans oublier de relire mes n° de Jogging et le Hors Série Spécial Marathon dans tous les sens ! ...mais P..... que c'est dûr quand même la course à pied ! Je pense que je ne suis pas le seul en en avoir un peu bavé aujourd'hui, et j'ai eu une pensée pour Marie, votre journaliste dont c'était le premier Semi...heureusement le public (très nombreux du côté de Bastille), les bénévoles et les musiciens m'ont mis du beaume au coeur et m'ont donné très envie de prendre le départ du Marathon de Paris le 15 avril. JmiRun

le 04/03/2012