Dernière ligne droite avant le départ

Julie fait la Parisienne
Le

Depuis plusieurs semaines nous suivons dans Jogging International, Julie qui participera à sa première course, le 12 septembre prochain, lors de La Parisienne... Dernier regard sur son entraînement et son état d'esprit avant le compte rendu de sa première course !!!

Nous sommes déjà en septembre et le grand jour approche. Julie est désormais impatiente de courir "La Parisienne" mais ses entraînements, plutôt intensifs, ne sont pas au goût de ses articulations…

Comme beaucoup Julie s’est octroyé quelques jours de vacances… sportives. La première semaine, direction la Turquie, ses grandes randonnées et ses dénivelés positifs allant jusqu'à 950 m. Les marches de 3 à 7 heures ont ainsi mis son souffle et son endurance à rudes épreuves. La deuxième semaine, quant à elle, était plus cool. « Nous étions à Chypre où nous avons visité des citadelles. Nous avons bien fait quelques "grimpettes" mais c'était moins intensif que vers le mont Taurus. » De retour sur Paris Julie, très sérieuse, a repris ses entraînements. Cependant, au-delà de la volonté parfois le corps ne suit plus. Le problème ? Ses genoux qui la font encore souffrir. La douleur dure même jusqu'au lendemain. Du coup, elle ne peut courir que 35 min. Le pharmacien, qui lui a donné des anti-inflammatoires, lui a même conseillé de stopper le jogging pendant plusieurs semaines. « C'est au niveau des ménisques. J'ai dû trop forcer. Je vais essayer d'aller voir mon médecin au plus tôt. A priori même en ayant mal je pourrai courir les 6 km car la douleur commence après 20 minutes de course donc je ne devrais souffrir que 10-15 minutes environ. Il va falloir être raisonnable et ralentir les entraînements, voire ne courir qu'une seule fois avant la course et à une semaine d'intervalle. »

Mais Julie ne baisse pas les bras. Pour compenser, elle compte faire davantage de fitness notamment des exercices cuisses, abdos, fessiers et poursuivre ses déplacements en vélo. Malgré ces gros ennuis physiques, Julie garde le moral. Contrairement à certaines baroudeuses du bitume, elle n’a pas prévu de stratégie particulière. « Cette course ne me stresse pas tellement. Si c'était un semi voire un marathon, peut-être que j'y réfléchirais davantage mais là, je reste sereine. J'ai hâte ! J'espère qu'il fera beau. »

Julie a même déjà prévu de sa tenue de combat : un short noir et un t-shirt blanc. Un costume sobre à l’image de cette athlète discrète… mais pas solitaire. En effet, pour sa première Parisienne, Julie sera accompagnée d’une amie, celle-là même qui lui avait parlé de la course au printemps dernier. Ironie du sort, elle s’appelle également Julie ! Cependant, notre joggeuse en herbe est réaliste « comme nous n'avons pas le même niveau, je ne pense pas que l'on pourra courir côte à côte. » Qu’importe ! Rendez-vous est pris sur la ligne d’arrivée.Alors le 12 septembre prochain, si vous croisez une jolie jeune fille en T-shirt blanc et short noir aux abords de la Seine, encouragez la avec ferveur car c’est peut-être notre Julie…

Texte Alexandra Debret-Deyra - Photo Vincent Lyky

Vous avez déjà couru la Parisienne, commentez-la !
Voir la fiche de la Parisienne