Tour d’Europe, Serge Girard : La Pologne sous le soleil

14 avril
Le

Serge Girard a quitté Paris le 17 octobre dernier pour tenter de battre le record du monde de la plus grande distance parcourue en courant en un an. Objectif annoncé : 25 000 km, soit l’équivalent d’environ 600 marathons.

Ljubljana (Slovénie), le soleil scintille de mille feux. En ce début avril, Serge Girard retrouve toute son énergie même si le parcours proposé est difficile avec de « belles grimpettes » et que son genou le fait toujours souffrir. Mais il refuse de se faire soigner et court donc sous aucun médicament, si ce n’est du paracétamol par moment et refuse même les massages ou tout complément alimentaire. Les deux seules substances qu’il ingurgite, outre l’eau et le coca sont : un Redbull en cas de coup de pompe, vers le 45-50ème kilomètre, et une boisson qu’il supporte très bien l’Hydrenergy4. Sa solution pour continuer : dormir entre 9 et 11 heures par nuit.

C’est donc tant bien que mal que Serge a quitté la Slovénie le 7 avril et découvert l’Autriche avec des paysages que l’ultra runner apprécie particulièrement. Mais voilà, cette aventure est faite de haut et de bas et le 9 avril, Serge qui n’aime pas se plaindre annonce (après 75.05 km parcourus en 11 heures) : « demain, on part plus tard, je suis exténué, je ne dors pas assez, j’ai besoin de récupérer». A table, alors que son entourage essayait de faire au plus vite, il calme gentiment leurs ardeurs : « j’ai besoin de prendre du plaisir à table, car si je ne me sors pas la tête de ma course, je finirai par péter un plomb ». Il ira se coucher à 20h et dès le lendemain fêtera le 300e marathon parcouru en 25 semaines sachant que ce n’est pas encore la mi-course et qu’il reste à toute l’équipe 190 jours soit 27 semaines + 1 jour d’effort. Au fait, Serge avait parlé de grasse matinée ! Il l’a faite… jusqu’à 7h00 (au lieu de 6 h) et à 7h41 il était sur la route… C’est ça une grasse matinée pour le champion !

Le 14 avril, passage des 13 000 km en 179 jours 06 heures 43 minutes. La météo est exécrable depuis des jours avec de la pluie mais aussi une baisse des température : Serge est obligé de courir avec blouson et bonnet. Et pour agrémenté le tout, il connait des jours difficiles à cause d’une douleur pubienne, qui, sournoise survient tel un coup de poignard. Il marche dans les descentes et nous demande à son équipe « ne pas perdre de vue l’objectif : Arriver à Paris le 17 octobre prochain : record ou pas, les 25 pays prévus, touchés ou pas… Serge cherche là à faire comprendre à son entourage que lorsqu’il va mal ou qu’il court difficilement sur des profils vallonnés, il faut adapter l’itinéraire, choisir du plat quitte à faire des tours et détours. Et si la bonne nouvelle est certainement que son genou ne le fait plus souffrir, cette douleur au pubis le renvoie quelques années en arrière et il n’aime pas ca. Alors il s’adapte et en début de journée il marche afin d’échauffer son organisme. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir quelques coups de folie. Ainsi le 17 avril, malgré la fatigue, il offre à son équipe une spéciale ! En fin de journée alors qu’il vient de prendre un bain et qu’il s’est changé, il annonce « je repars. Si je ne fais pas mes 72,2km, je vais mal dormir cette nuit ». « Je lui ai dis qu’il était dingue, explique, sa femme, Laure « mais il est parti »!!! Serge à donc ainsi ajouté 3.1 km à son compteur afin d’atteindre le chiffre de 73.1 km !

Serge Girard 2

18 avril 2010. Voici six mois que Serge court…. Ce matin là, tout va bien. Serge court dès les premiers kilomètres et va avaler plus de 74 km en 9h20. La compagnie de deux coureurs polonais lui a donné des ailes et dès le lendemain il repart sur le même rythme. « Je cherche le rationnel dans tout cela, et ne le trouve pas. Les courses de grande distance touchent à mon sens l’irrationnel, car le mental et le moral sont plus forts que tout. La possibilité de transcender la douleur, de passer outre, est parfois possible et parfois impossible, on ne sait jamais » conclut Laure encore toute perplexe mais revigorer de voir son « homme » retrouver la pleine mesure de ses moyens.
Depuis le soleil brille, les bobos vont et viennent, il faut encore tenir six mois….

Les chiffres

• Nombre de Marathons courus : 320,5
• Nombre Total de Km courus : 13 518,46 Km

Serge court depuis 187 jours soit une moyenne de 72.3 Km/jour
Le record du monde à battre : 22 581 Km en 365 jours soit une moyenne de 61.9 Km/jour (détenu par Tirtha Kumar Phani, Inde)

Le road book depuis le 6 avril 2010

J187 - Mercredi 21 avril: Strzegom – Kietczow - 74,10km – 9H42
J186 - Mardi 20 avril: Szklarska Poreba – Strzegom (Pologne)- 74,19km – 9H23
J185 - Lundi 19 avril: Mnichovo Hradiste – Szklarska Poreba - 75km – 9H33
J184 - Dimanche 18 avril: Prague – Mnichovo Hradiste - 74,63km – 9H20
J183 - Samedi 17 avril: Chotysany – Prague 70km + 3,1km – 10H07mn + 23 mn
J182 - Vendredi 16 avril: Dobronin – Chotysany 74,83km – 10H48
J181 - Jeudi 15 avril: Rosice – Dobronin 72,30km – 10H49
J180 - Mercredi 14 avril: Breclav – Rosice 73,47km – 10H31
J179 - Mardi 13 avril: Bratislava – Breclav (Rep. Tchèque) 74,01km – 10H26
J178 - Lundi 12 avril: Vienne – Bratislava (Slovaquie) 73,53km – 10H46
J177 - Dimanche 11 avril: Pertersbaumgarten – Vienne 75,76km – 10H54
J176 - Samedi 10 avril: Hirnsdorf – Pertersbaumgarten 72,44km – 10H32
J175 - Vendredi 9 avril: Voitsberg – Hirnsdorf 75,05km – 11H00
J174 - Jeudi 8 avril: St Andrä – Voitsberg 73,71km – 10H35
J173 - Mercredi 7 avril: dans la montagne – St Andrä (Autriche) 73,05km – 9H59
J172 - Mardi 6 avril: Kresniske Poljane - dans la montagne 73,45km – 9H59

Voir aussi

Voir la présentation du tour de l'Europe en courant
Le road book du 17 octobre au 9 novembre 2009
Le road book du 10 au 26 novembre 2009
Le road book du 26 novembre au 31 décembre 2009
Le road book du 1er au 10 janvier 2010
Le road book du 10 au 26 janvier 2010
Le road book du 27 janvier au 10 février 2010
Le road book du 11 au 21 février 2010
Le road book du 22 au 2 mars 2010
Le road book du 3 au 15 mars 2010
Le road book du 16 mars au 5 avril 2010

Visiter le site de Serge Girard