Récit : le marathon de Paris dans tous ses états

témoin marathon de Paris - Martial COULON
Le

Martial COULON a participé au marathon de PARIS, le 11 avril 2010. Il nous a envoyé son récit... émouvant

Le marathon de PARIS 2010 est fini,… vive le marathon de PARIS 2011.
Il me restera une saveur toute spéciale… je tiens à saluer très chaleureusement et sportivement mon compagnon Patrice CHARPIN (Adc, chancelier au 402 RA et ancien de la DRHAT)… vous aurez la suite après. Pas après mais plus loin après.

Tout d’abord (et comme toujours) par l’ambiance régnant sur cette épreuve. Le temps d’un week-end, on a l’impression que le monde entier se rassemble dans la ville organisatrice. Paris reste Paris pour ce que nous connaissons mais là, il faut le voir et le vivre… Tout le monde est présent. Jeune et plus âgé, couple et famille, bien sûr des milliers d’anonymes et quelques personnes plus connues. Enfin, un plateau qu’il faut connaître (même en spectateur). Et que dire du moment du départ. Heureusement que l’avenue des Champs-Elysées et large sinon les spectateurs rentreraient allègrement dans les bâtiments pour participer à cette journée. Même dans la peau d’un coureur, cela reste INCROYABLE… Passons a autre chose car je pourrais encore en raconter quelques lignes mais ce n’est pas le principal intérêt, vous l’avez compris.

Le commentateur nous fait monter la pression

Il y a le préparatif et la mise en place dans les sas. Le premier reste très important (il ne faut rien oublier) et laisser ses affaires avenue Foch (zone d’arrivée) si tu oublies = trop tard, il faut savoir t’en passer. Ensuite, quelques foulées de chauffe dans les rues adjacentes des Champs, parmi les nombreux coureurs qui font de même. Que de regard de coin afin de se jauger, de se reconnaître ou de se défier… Puis la mise en « cage » (sas de départ). Heureusement, pouvant avoir une place préférentielle (très proche de la ligne de départ), nous profitons d’une bonne proximité et d’une vue que d’autres nous envient. Là, les esprits se ferment, les talons claquent. Heu, non ce n’est pas dans ce cadre. Donc, les esprits se ferment et pensent au parcours, points de passage, amis et famille, petit gri-gri, chrono, tempo,... le commentateur nous fait monter la pression, pas la bière mais le stress… c’est comme ça, rien ne change. Lorsque le coup de canon retentit (celui-ci est inoffensif), il libère les furieux. Plus qu’une marée humaine, Attila et sa horde, les légions de Jules, c’est une troupe bien disposée à se faire plaisir et mal à la fois. Evidemment, les troupes ne partent pas en même temps mais la puce électronique (comprenait système électronique et personnalisé de contrôle du temps et anti fraude – pas un nouvel insecte pour nos animaux de compagnie = humour !!!) corrige ce phénomène (pas moi mais le dispositif).

Donc, les coureurs (et non les fauves) sont lâchés. Chacun découvre l’avenue libre… et libéré d’obstacle (voiture, promeneurs,…). C’est envoûtant. D’ailleurs, beaucoup s’essayent dans un galop rapide mais qui leur vaudra bien des péripéties sur la fin du parcours. Je retiens comme je peux mon compagnon.
« Patrice, profite de ci et ça, t’inquiètes pas la route est longue. Apprécies, c’est ça aussi la course. 4’33 ‘’au premier kilo, ah ou se trouve nos meneurs ». Un peu plus loin, nous les apercevons. Pas de tracas, à la fin du deuxième, nous les avons rejoints. Il ne reste plus qu’à bien trouver son souffle et ses foulées. Normalement de la routine. Ici et maintenant, rien ne ressemble à de la routine. Nous nous encourageons mutuellement tellement nous souhaitons voir l’arrivée ensemble. Cette … arrivée qui hante bien des esprits.

Patrice n’a plus son fougue du début de course

Le premier ravito (ravitaillement bien sûr) arrive (les 5 premiers kilomètres). Nous le prenons avec les solutions course à pied. Tout est capital j’ai dit et le ravito en fait parti. Les meneurs prodiguent ici et là des messages positifs et plein de bon sens à l’attention de tous les coureurs qui veulent faire le parcours en trois heures. Leur rôle est de donner l’allure mais aussi de « conduire » (en le ramenant à la course à pied, c’est assez étrange tout ça, mais oui je suis à jeun) leur troupe dans tout les paramètres qui l’entoure. On enchaîne. Je freine un peu mon compagnon. Il faut rester calme et concentré mais pas fermé. Cela serait une erreur. Le 10ème s’annonce. Les mêmes éléments pour le ravito. Le tempo est parfait. C’est important. Pour autant, bon mathématicien que je suis, j’annonce : 42 – 10 = plus que 32 kilo à faire… fastoche. Enfin, presque mais il faut bien se détendre un peu. En passant, et j’espère que tous le monde me suit (pas que Patrice), nous passons à 100 mètres de mon bâtiment. Pourtant, pas le droit de s’arrêter là. Ce serait presque une trahison. Quelques travaux sur le parcours habituel (pour cause de tram je pense) ont obligés les organisateurs à modifier certaines portions. Après avoir fait notre tour sur les abords du bois de Vincennes (passage entre porte Dorée, le parc floral, l’hippodrome de Vincennes et la porte de Charenton) nous revenons au sein des habitations et autres magasins – le cœur de Paris. Le quinzième kilo, le ravito (comme tous les 5 kilo). Mais je perçois un changement. Patrice n’a plus son fougue du début de course. Quelques centaines de mètres plus loin, nous discutons mais un premier constat doit se faire : il ressent quelques douleurs le conduisant à ralentir. Se n’est jamais un moment agréable mais le sport passe par des états de méforme. Je lui donne des messages positifs, essaye de le dérouter des milliers de pensées négatives qu’il s’abreuve. La forme ne revient pas. Pire, son genou le trahit. Tout en poursuivant notre route, la conclusion s’impose à nous. DUR, SAINGNANTE, DRAMATIQUE mais inéluctable. Il me pousse à poursuivre seul. Je ne peux pas, je ne suis pas au marathon 2010 pour ça. Nous devions le réaliser ensemble. De mon coté, je le pousse à l’abandon. Je n’aime pas ce mot, lui non plus. C’est très frustrant de passer par cette direction mais il est préférable d’arriver à ce fait. Continuer encore 27 kilomètres dans cet état reste très délicat. Dans l’hypothèse ou l’état physique ne se dégrade pas, ce risque ne peut se mesurer. La première moitié du marathon arrive. Voici 21.5 km, Patrice me force à continuer. A tort ou à raison, la question n’a pas de solution.

Le train lancé par les meneurs ne peut m’attendre

A 22 kilomètres, je choisis la solution de partir MAIS tout seul. Mon esprit pèse deux cents kilos ou deux tonnes. Il faut que je me reconcentre. Le reste du parcours est long et Patrice qui veut se résigner à terminer. Le mal dans le pis je me lance vers un nouveau but : rattraper nos meneurs d’allure « trois heures » et terminer tout en pensant à Patrice qui se verrait bien avec moi.
Vers le 28ème kilo, je rencontre la famille de Patrice. Vers le 28ème kilomètre, je croise la famille de Patrice. Je m’arrête et leur raconte rapidement les évènements. Je les force à faire abandonner Patrice. C’est une folie de terminer tant un état physique comme le sien. Je repars à l’assaut des meneurs d’allure. 30ème kilo, 2h10 environ de course et c’est maintenant que tout se gagne ou se perd. Je m’en fiche, l’important est de finir pour deux personnes. Solidarité, solidarité. A 35 kilo, j’aperçois les meneurs devant moi. Je juge que trente à quarante secondes nous séparent. Le bois de Boulogne se dessine devant les dernières avenues que nous empruntons. Me voilà dans la dernière phase. Je le croyais facile mais le train lancé par les meneurs ne peut m’attendre. A ce moment de la course, bien des positions se dérèglent dans notre façon de courir. Je me rends compte que je tape fort du pied gauche et un début de douleur me remonte du même mollet. Je connais bien celle-ci mais je veux m’accrocher, le but n’est pas bien loin. Il ne reste que 7 kilomètres, plus que 7. Mince, se serait dommage de finir ci près du chrono. Entre 39 et 40 kilomètres, je suis devant les meneurs d’allure et je double notre JAJA national.

"Je n’y suis plus"

Mais la malchance me poursuit, une douleur intestinale m’envahit qui me demande le plus humblement possible de m’arrêter. Fort heureusement, et comme nous sommes au bois de Boulogne, je trouve un arbre salvateur. Pas de dessin, tout le monde à compris. Je regarde (de nouveau) partir les meneurs d’allure. Je croise les doigts pour que cet arrêt soit le plus court possible et me redonne la confiance pour rattraper mes compagnons d’infortune. Allez, je repars mais je n’y suis plus. La douleur est toujours là et le moral est ailleurs. Tant pis, je finis comme je peux mais sans avoir baissé les bras, de tout manière je ne sais pas faire. Le 41ème et bientôt le 42ème. Je connais très bien ces derniers hectomètres. « Allez la DRHAT » … Tiens quelqu’un qui me connait. Je regarde et je distingue une tête connue mais je poursuis les derniers mètres avant la ligne d’arrivée.
Avenue Foch, me voilà. Je regarde le chrono de la ligne d’arrivée qui affiche 3h 02’ et quelques secondes. Bon, pas de quoi en rajouter. Mes pensées sont ailleurs. J’aurais volontiers tapé dans des centaines de poubelles (un objet parmi tant d’autre mais qui ne redonner pas les coups …) pour éponger une certaine rancœur.

Je me retourne et je vois Patrice.

Je retrouve un protocole d’arrivée bien huilé. Les personnes assissent pour retirer les puces (NDLR : plus haut), les personnes pour donner les souvenirs et les personnes pour remettre la médaille du souvenir. Je pense toujours à Patrice. S’il n’a pas pris la décision d’arrêter, je ne sais pas dans quelles conditions il va finir. Je prends un peu de ravito mais je n’ai jamais faim après un marathon. L’activité gastrique est trop forte. Je vois la tente « abandon », je fais un bref saut mais je vois personne de connue. Bonne ou mauvaise nouvelle ??? Comme toujours les spectateurs, venus accueillir leurs coureurs ou tout simplement les voir, ferme un partie du sas d’arrivée rendant difficile le flux des arrivants. Je fulmine intérieurement. Me voilà devant les consignes pour récupérer mes affaires et me changer. Au bout de quatre à cinq minutes d’attente, quelqu’un me tape dans le dos. Je me retourne et je vois Patrice. Avec toute la force que cela représente, il m’annonce qu’il a abandonné à 28 kilomètres. Je lui lance que c’est bien ainsi. Le plus difficile dans ce type d’épreuve n’est pas de s’inscrire mais d’abandonner. Moralement, la décision n’est jamais sans conséquence. Bravo quand même d’avoir réalisé toute cette distance. Bien sûr, le physique est aussi marqué. Il lui reste à accomplir la phase d’abandon officiel afin de remplir le déroulé du marathon.

Ainsi se termine le marathon de Paris2010. Une dernière chose (je vous fais grâce du changement – je ne suis pas une star et ne ressemble à aucun sexe symbole dans une tenue d’Eve), je tiens à REMERCIER mon épouse, mes camarades de travail et autres anonymes pour leur encouragement d’avant, pendant et d’après course. Je ne m’étendrais pas beaucoup plus sur ce périple que ce que vous pourrez lire (même si ce n’est que le début et la fin). Mon état d’esprit est comme cela.

MERCI, MERCI et ENCORE MERCI
Vous êtes tous tenaces, courageux et sportifs
Ne comparez pas nos performances mais votre courage
Et abnégation pour vous faire plaisir dans votre quotidien.
CONTINUEZ

1 Commentaire
jmirun - Fêts du Running au parc des Buttes Chaumont à Paris

L'évènement était annoncé depuis qelques semaines déjà : - dans ma revue préférée - sur votre site web - sur Facebook ...le tout sponsorisé par Intersport et en présence de Stéphane Diagana. Bref, de quoi noté la date sur l'agenda afin de ne pas rater un tel évènement ! Hélas, même si le soleil était de la partie, même si l'équipe organisatrice était sympathique, même si j'ai ramené un tee-shirt collector de cet évènement.....l'ambiance n'était quand même pas top ! Pas de Stéphane Diagana à l'horizon, mais la présence d'un membre de l'équipe de France (désolé je n'ai pas retenu son nom) appelé sans doute à la dernière minute afin d'organiser une mini séance d'échauffement et d'étirement....mais qui n'a pas fait l'effort de courir avec le groupe ! ....le tout pour une trentaine de coureurs un peu perdus comme moi et sûrement déçus de se retrouver aussi seuls. Je m'attendais à un grand évènement c'est raté, mais je ne vous en veux pas : tee-shirt, ravitaillement et apéro offert (auquel je ne suis pas allé), après tout cela partait d'un bon sentiment. Si nous avions été plus nombreux, cela aurait sûrement eu plus de gueule. J'attends avec impatience la mise en ligne des photos prises par votre photographe : je veux pouvoir dire que j'étais à la 2ème édition quand dans 5 ans cet évènement rassemblera des milliers de runners !!! J'espère quand même qu'il y aura plus de monde à la Crazy Jog en juillet, sinon le Stade de France va nous paraitre bien vide. Allez, sans rancune et pressé de lire un petit compte-rendu sur votre site et dans votre journal avec une belle photo de groupe. Bonne course et rdv l'année prochaine. Jmirun

le 17/04/2011