25e Marathon des Sables 2010, du 2 au 12 avril : cinquième étape

ouverture
Le

Vendredi 9 avril : Etape 5 : Oued El Jdaid – Erg Znaigui : 42,2 km

« Fais de ta souffrance un chant d’amour pour l’oublier. »

Ce matin à 08h45, les 936 coureurs encore en cours se sont élancés pour l’étape marathon d’exactement 42,2 km, traditionnellement l’avant-dernière de l’épreuve.
Si certains attendent cette journée, qui est d’ordinaire assez roulante, pour exprimer leurs qualités de coureurs sur route dans une distance mythique, un certain nombre de concurrents rejoignent la ligne de départ d’une démarche hésitante et trébuchante et l’on ne miserait par un dirham marocain sur leur possibilités de courir ou marcher plus que quelques mètres.
Qu’importe, ils ont le sourire, après tout, quarante deux kilomètres et des poussières ne sont ils pas qu’une portion de l’ensemble de la distance qu’ils ont déjà parcouru ?

Ceux qui finissent cette étape sont quasi assurés de renter avec la médaille.
Les vétérans leur ont dit : « C’est le dernier gros morceau à avaler. Celui qui termine cette étape est quasiment certain de rentrer à la maison avec la fameuse médaille de « finisher » autour du cou. »
Raison de plus pour s’accrocher pour les plus lents des marathoniens des Sables, qu’ils soient épuisés ou blessés.
Devant, évidemment, ce n’est pas la même vision des choses. Mohamad Ahansal (D 1 – MAR) compte bien mettre la pression pour franchir une fois de plus la banderole d’arrivée en tête et ajouter ainsi une victoire d’étape de plus durant cette édition qui restera dans les mémoires comme l’anniversaire d’un quart de siècle du Marathon des Sables.
C’est d’ailleurs une nouvelle explication qui se profile entre lui et le jordanien Salameh Al Aqra (D 391 -JOR), dès le début de l’étape à la sortie de la gorge qui donne accès à l’oued Djaid au milieu de palmiers et d’acacias.
Après la traversée de l’oued Outanouel, le CP 1 au Km 13,2 ouvre sur une vallée sablonneuse puis sur la traversée de l’Oued Ziz.

Une grosse marche à franchir à mi-parcours.

marathon ds sables 2010

Plus loin arrive une zone accidentée qui se termine par une grosse crevasse équipée par l’organisation indiquant une sortie dans un goulet constitué par une série de grosses marches très hautes. Dans ce passage, après presque 20 km de course au train, les rictus de douleur se nouent sur les visages des coureurs qui se tiennent les cuisses en surchauffe dans ce qui est un véritable mur dont certains s’extraient à quatre pattes. Pour déboucher dans un bosquet de tamaris très verts qui tranchent sur le blanc quasi immaculé du lac asséché sur lequel ils enchaînent leur parcours.
L’itinéraire est toujours plutôt roulant, par rapport aux journées les plus difficiles de cette édition jusqu’au CP 2 ( Km 23,9) puis au CP 3 (Km 36) avec un nouveau franchissement d’oued sec, de passages vallonnés et de plateaux légèrement caillouteux.
Il ne reste alors que 6,2 km de zones de dunettes plantées de tamaris, qu’il faut soit traverser soit longer, pour arriver, enfin, au sixième bivouac du Marathon des Sables.

Mohamed Ahansal gagnera t’il toutes les étapes de cette édition-anniversaire ?
C’est à nouveau Mohamad Ahansal (D 1 - MAR) qui s’impose en 03h 10’ 34’’ devant Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) qui décroche en deuxième moitié de parcours pour signer 03h 19’ 30’’ puis Abdelaziz Aît Abdelouahed (D 9 –MAR) qui atteint sa première place d’honneur sur une étape en 03h 29’ 46’’.
Sur le bivouac, alors que le jour commence à décliner, les coureurs profitent, pour la majorité qui est déjà arrivée, du décor grandiose de l’Erg Znaigui, qui servira ce soir d’écrin au concert qui sera donné ce soir non loin des tentes des concurrents par une cantatrice accompagné de 12 musiciens de l’Opéra de Paris.
L’occasion d’oublier les souffrances des jours passés, de ne pas penser aux nombreuses dunes de la dernières étapes, dont les immenses et mythique de Merzouga et leur ocre rouge.
Et aussi de se laisser aller à la mélancolie propre à la poésie nomade, et de mieux comprendre la maxime touareg : « Fais de ta souffrance un chant d’amour pour l’oublier. »

Classement provisoire de l’étape :
1) Mohamad Ahansal (D 1 - MAR): 03h 10’ 34’’
2) Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) : 03h 19’ 30’’
3) Abdelaziz Aît Abdelouahed (D 9 –MAR): 03h 29’ 46’’

Classement général provisoire :
1) Mohamad Ahansal (D 1 - MAR): 18h 21’ 48’’
2) Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) : 19h 11’ 04’’
3) Michael Wardian (D 698-USA): 21h 20’ 28’’

Classement féminin provisoire de l’étape :
1) Jennifer Salter (D 936 – GBR) : 04h 42’ 26’’
2) Monica Viladomiu Aguilera (D 1020-ESP) : 04h 46’ 41’’
3) Jolanda Linshooten (D 90-NDL) : 04h 47’ 02’’

Classement général provisoire féminin :
1) Monica Viladomiu Aguilera (D 1020-ESP) : 27h 33’ 55’’
2) Jolanda Linshooten (D 90-NDL) : 28h 06’ 49’’
3) Jennifer Salter (D 936 – GBR) : 29h 29’ 06’’

Découvrez le Marathon des Sables en vues satellites :
Reconstituez l’itinéraire de l’étape 5, grâce aux points GPS, en les reportant facilement par simples copiés -collés sur la fenêtre de recherche sur des sites Internet comme Google Maps ou Google Earth
Bivouac 5 : N30 49.891 W4 12.977
Point de contrôle 1 : N30 54.809 W4 07.588
Point de contrôle 2 : N30 51.934 W4 02.355
Point de contrôle 3 : N30 55.832 W3 56.809
Bivouac 6 : N30 58.073 W3 54.662