Article 25e Marathon des Sables 2010, du 2 au 12 avril : quatrième étape

Etape 4 : Taourirt Mouchanne –Oued El Djaid – 82,2 km
Le

Mercredi 7 avril : Etape 4 : Taourirt Mouchanne –Oued El Djaid – 82,2 km

Une étape longue exceptionnellement belle.

Si le kilométrage, 82,2 km, est plutôt au dessus de la moyenne pour le Sultan Marathon des Sables, ce qui est notable cette année, pour cette édition anniversaire, c’est la diversité des paysages rencontrés qui restera dans les annales.

Jour 1
Le principe de cette étape longue, qui se déroule sur deux jours maximum, est simple. Les cinquante meilleurs au classement général sont partis à 12h15, alors que les autres des 956 concurrents encore en course ont franchi la ligne de départ à 09h15.
Ce décalage est rendu nécessaire pour la gestion de la sécurité afin d’éviter que la course ne s’étale sur trop de kilomètres et de pouvoir concentrer les possibilités d’aide et d’assistance de l’organisation.

Partir avec les meilleurs est une fierté sportive.
Certains, qui sont à la limite entre les deux groupes, ayant parfois cherché par stratégie à être plutôt au départ tôt le matin, n’avaient pas calculé, dans leur évaluation des coureurs avec lesquels ils se trouvent habituellement en course, que certains parmi les 20 meilleurs avaient abandonné durant la désormais mythique étape 3.
C’est le cas de Mohamed Faraj (D 436 – MAR) de l’équipe Terres d’Aventures qui se retrouve 49ème ce matin au classement général, donc bon pour un départ à 12h15 alors qu’il pensait avoir tout calculé pour partir à la fraîche.
« Ce n’est pas trop grave, je serai avec les meilleurs, c’est aussi une vraie fierté, après, pour le déroulement de cette étape, nous verrons bien… » annonce t’il avec son grand sourire habituel.
La journée commence par 12 kilomètres d’un espace totalement plat, pour rejoindre le CP 1, un tronçon qui d’ordinaire aurait désespéré les concurrents, mais après la journée d’hier constituée d’enchaînements interminables de ce genre, ils ont tous acquis une véritable philosophie de ces progressions typiquement sahariennes.

Une immense vallée de toute beauté.
Et puis, ils savent, à la lecture du road book que c’est le prix à payer pour accéder aux espaces magnifiques de l’immense vallée entre le Jebel Zireg et le Jebel El Mziouda. Après une ascension de col, ils découvrent émerveillés, cet espace extraordinaire, entre plage de sable ocre au pied des montagnes, ondulations pierreuses, champ d’acacias et d’herbes à chameaux et larges étendues de pierres noires qui brillent au soleil.
A la sortie de cette vallée se trouve le CP 2 au Km 26,1, qui donne accès au lac asséché de l’oued El Mader. Sa traversée permet de remonter ensuite vers l’oasis d’El Maharch, avec son auberge et surtout ses palmiers qui permettent pour certains un repos ombragé réparateur. Plus loin le CP 3 au km 38,7 ouvre la porte à l’est pour le passage de l’Oued Rhéris et d’atteindre le CP 4 et le 51ème kilomètre.

Parmi l’élite, partie donc à 12h15, c’est Mohamad Ahansal (D 1 - MAR) qui est passé premier à 16h30 (soit 4h15 de course), suivi d’une centaine de mètres par Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) et Mustapha Aït Amar (D 4-MAR) à 17h32.

Les temps de référence des meilleurs des deux groupes.
A ce point de la course, alors que la nuit tombe, pour donner une idée de la vitesse de progression des meilleurs, les premiers à avoir passé ce point de contrôle, parmi les concurrents de la première vague, c'est-à-dire ceux partis à 09h15, ont été José Miota Ibarrra (D 1060 – Esp) à 14h54 (soit 5 h 29 de course) puis Karim Belhamadi (D 315 – FR) à 15h43, Ferdinando Hardouin Monroy (D 603 – ITA) à 15h53, ex æquo avec Xavier Renault (D 183 –FR), puis le vétéran français emblématique, Karim Mosta (D 13 –FR) à 15h59.
Dans cette série, la première femme à être passé à ce contrôle des 51 km est Jennifer Vogel ( D 696 – USA) à 16h22.

marathon des sables 2010

La majorité de la course sera longtemps sur la piste durant la nuit.
C’est dire donc, que la grande majorité des coureurs est encore très loin de ce point, et qu’il faudra bien multipler les temps de course par au moins trois pour voir la plus grande partie de la course se trouver dans les 30 derniers kilomètres.
Avec la nuit, les frontales s’allument, marquant encore les reliefs des visages marqués. Les stratégies se dessinent ; poursuivre malgré tout, s’arrêter juste pour manger, ou dormir quelques heures à un point de contrôle.
Une chose est certaine avec l’obscurité la vitesse tombe encore. La nuit va être longue pour la quasi-totalité des marathoniens des sables. Une nuit parsemée des lumières de lucioles qui semblent danser sur la piste. Il ne s’agit que des bâtons lumineux que les concurrents doivent casser pour se signaler.
Mais une nuit saharienne, même dans l’effort, vaut bien une hallucination poétique…

Découvrez le Marathon des Sables en vues satellites :
Reconstituez l’itinéraire de l’étape 4, qui se déroule sur deux jours, grâce aux points GPS, en les reportant facilement par simples copiés -collés sur la fenêtre de recherche sur des sites Internet comme Google Maps ou Google Earth

Bivouac 4 : N30 37.937 W4 44.666
Point de contrôle 1 : N30 37.178 W4 36.690
Point de contrôle 2 : N30 42.752 W4 33.919
Point de contrôle 3 : N30 48.463 W4 31.448
Point de contrôle 4 : N30 44.625 W4 26.402
Point de contrôle 5 : N30 43.544 W4 20.737
Point de contrôle 6 : N30 45.371 W4 15.279
Bivouac 5 : N30 49.891 W4 12.977