25e Marathon des Sables 2010, du 2 au 12 avril : deuxième étape

Khermou – Jebel El Oftal – 35,5 km
Le

Lundi 5 avril - Etape 2 : Khermou – Jebel El Oftal – 35,5 km

Une deuxième étape d’enfer

Les coureurs du 25ème Sultan Marathon des Sables, après une nuit très chaude qui a forcé beaucoup d’entre eux à dormir dans des duvets ouverts, étaient un peu inquiets avant le départ. La plupart l’ont deviné : une nuit chaude annonce souvent une journée de même nature. Et aujourd’hui le programme de la journée est loin d’être de tout repos. Une étape résolument sous le signe de la montagne, puisque près des 8 dixièmes du parcours s’y déroulent.

La montagne, omniprésente
Dès les premiers kilomètres, deux petites ascensions calment les ardeurs trop optimistes, mais permettent, juste après les cols, aux descendeurs amoureux des trails de s’exprimer avec bonheur.
Après Le CP 1, au kilomètre 11,4, le profil montagneux s’accentue encore avec notamment l’ascension, du Jebel Hered Asfer, qui mène à un sentier de crête absolument magnifique que l’ensemble des coureurs plébisciteront lors des narrations de leurs meilleurs souvenirs de cette journée une fois arrivés au bivouac.
Mais pour l’heure, la fin de l’étape est encore loin d’être là.
Il faut d’abord traverser l’Oued Rheris, sur un gué de pierres, occasion de chutes dans l’eau sans gravité, mais rafraîchissantes, mais aussi pour de nombreux coureurs de s’asperger le visage, voir d’enlever les chaussures pour s’immerger en entier.

Le « désert de la mort »

25e Marathon des Sables 2010, étape 2

Ils devront aussi franchir ce que les concurrents appelleront le « désert de la mort », une étendue totalement plate et dépourvue du moindre arbre, sous une chaleur qui devient étouffante dès le kilomètre 22,6.
De plus durant ces 7 kilomètres interminables, la vue se porte immanquablement vers la grosse difficulté de la journée, juste après le CP 3 au Km 28,8, le franchissement du Jebel El Otfal, dont les majestueuses crêtes masquent l’horizon
Il s’agit alors pour l’ensemble des marathoniens des sables de monter jusqu’au sommet, dans une pente à 25 % de moyenne, en grimpant marche à marche dans des rochers, et, dans la dernière partie dans un tronçon sableux particulièrement raide, à l’aide d’une main courante cordée.
Mohamad Ahansal passe ce point avec quelques minutes d’avance sur l’américain Michael Wardian, puis ensuite, un peu plus loin par le jordanien Salameh Al Aqra. Ce classement ne changera pas lors de cette étape.
Chez les filles, Didi Touda et Monica Viladomiu Aguilera se tirent la bourre dans la montée, mais Didi Touda, en tête de peu au sommet semble marquée alors que l’espagnole apparaît plus fraîche, avec un grand sourire. Elle passera d’ailleurs la marocaine dès la descente.

Le Jebel El Otfal, aussi terrible en montant qu’à la descente
Une porte vers la fin de parcours assez technique, pleine de marches piégeuses dans un chaos de rochers.
Le plateau en pente douce qui suit est une véritable libération pour les concurrents et même les quelques dunes qui les séparent du bivouac, qu’ils ont pu apercevoir depuis trois kilomètres, ne les effrayent pas.
Néanmoins ceux qui auront pris cet ultime obstacle à la légère, en pensant pouvoir forcer le train pour rentrer plus vite reconnaîtront tous s’être lourdement trompés.
Sur le bivouac, l’ambiance n’est pas à la fête ce soir, mais à l’épuisement un général. Les vétérans reconnaissent que cette journée était très dure, comme de celles qui resteront dans les mémoires, et les néophytes, qui prennent vite de l’expérience, comprennent que finalement l’important dans cette course est la gestion quasiment à l’heure près, plus qu’une quête absolue de performance qui reste ici un peu illusoire.
Mais une chose est certaine, à la tombée de la nuit, tous sont impatient de se retrouver autour de leurs feux pour le dîner qui précède un sommeil sûrement réparateur. Là retentiront des éclats de rire, des exclamations de joie, car finalement, la grande partie du charme du Marathon des Sables c’est aussi cela : l’aventure humaine.

Texte et photos Marc Louboutin

Etape du jour
Etape 2 : 35.5 km

Classement provisoire de l’étape :
1) Mohamad Ahansal (D 1 - MAR): 02h 49 mn 05 s
2) Michael Wardian (D 698-USA) : 02h 58 mn 10 s
3) Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) : 03h 01 mn 14 s

Classement général provisoire :
1) Mohamad Ahansal (D 1 - MAR) : 05h 00 mn 14 s
2) Michael Wardian (D 698-USA) : 05h 17 mn 49 s
3) Salameh Al Aqra (D 391 -JOR) : 05 h 21 mn 32 s

Classement féminin provisoire de l’étape :
1) Monica Viladomiu Aguilera (D 1020-ESP) : 03h 57 mn 33 s
2) Didi Touda (D3-MAR) : 04h 00 mn 58 s
3) Jolanda Linshooten (D 90-NDL) : 04h 12 mn 14 s

Classement général provisoire féminin :
1) Monica Viladomiu Aguilera (D 1020-ESP) : 06h 58 mn 45 s
2) Didi Touda (D3-MAR) : 07h 05 mn 02 s
3) Jolanda Linshooten (D 90-NDL) : 07h 16 mn 13 s

Découvrez le Marathon des Sables en vues satellites :
Reconstituez l’itinéraire de l’étape 2 grâce aux points GPS, en les reportant facilement par simples copiés -collés sur la fenêtre de recherche sur des sites Internet comme Google Maps ou Google Earth
Bivouac 2 : N31 00.677 W4 21.309
Point de contrôle 1 : N30 55.425 W4 23.191
Point de contrôle 2 : N30 54.978 W4 27.361
Point de contrôle 3 : N30 53.290 W4 32.138
Bivouac 3 : N30 51.162 W4 34.239