Les Trails des Neiges

trail des neiges une
Le

Au fil des ans, le calendrier des Trails des Neiges s’est considérablement rempli. Entre course à pied et raquette à neige, une variante ô combien intéressante, partez à la découverte des paysages hivernaux…

Il n’y a plus de saisons ! Dire qu’il y a seulement trois ans, la saison s’ouvrait par le Trail des Gabariers fin mars... Le réchauffement de la planète serait-il aussi la cause de l’élargissement du calendrier des Trails du 11 janvier au 14 décembre sans interruption ? Que diable non, dans ces courses hivernales nous recherchons au contraire la neige, le froid, et la beauté des paysages engourdis par l’hiver.
Les conditions de courses plus rigoureuses font que les distances sont raccourcies par rapport à l’été, pour une moyenne de trente cinq kilomètres. Les risques en montagne étant nettement accrus par la neige, les courses épousent par contre beaucoup plus les fonds de vallées et comportent moins de dénivelée que l’été.

  • Premier conseil : prendre la météo

S’il est bien un facteur primordial à étudier avant la course c’est la météo locale : température extérieure, précipitations prévues, et risque de vent. Les risques de gelures ou d’hypothermie sont réelles en hiver, et le vent accentue nettement la sensation de froid (cela s’appelle l’effet WindChill : par exemple, à 0 °C de température, et 30 km/h de vent, la sensation est de -20 °C !). Il est donc primordial de se couvrir en conséquence. Bonnet ou bandeau polaire, et collants seront quasiment toujours de mise. La veste coupe-vent et imperméable est à envisager dans la plupart des cas.

  • Deuxième conseil : se chausser selon le terrain

Tous les parcours n’ont pas nécessairement de parties enneigées (souvent au désespoir des organisateurs), rares sont ceux qui sont exclusivement dans la neige. Quel plaisir que ces courses mixtes comme le Trail de Vulcain ou le Trail du Ventoux qui démarrent sur des chemins secs pour nous emmener sur les sommets enneigés. Que ce soit de la boue ou de la neige, il est important de partir bien chaussé. Tout d’abord pour bien cramponner, les modèles trails sont quasiment indispensables. Pour la neige, il faut veiller à protéger les tendons d’Achille de la formation de glaçons très douloureux, au minimum par des chaussettes épaisses, voire par des chaussettes étanches ou par des mini-guêtres.

  • Troisième conseil : gérer la course et s’alimenter

En fonction de la difficulté du terrain, les distances peuvent se révéler très trompeuses, telle la course de l’Aubrac l’an dernier en pleine poudreuse pendant la moitié du parcours… Aussi il faut savoir s’économiser, attendre son heure patiemment, et garder des réserves pour passer les derniers tronçons techniques sereinement (neige, côtes, sols gelés, verglas…). S’alimenter et boire régulièrement sontt bien sûr indispensables comme ailleurs, pour alimenter les jambes en carburant. Cela est évident, mais on boit généralement trop peu dans le froid, à moins de bien y penser, voire de se forcer. Une bonne boisson chaude sera aussi bénéfique en cours de route, le vin chaud n’étant à réserver que pour l’arrivée…