Tour de l’Europe de Serge Girard Malgré les intempéries, plus de 5000 km au compteur

Sur le Pont qui traverse le Tage
Le

Serge Girard a quitté Paris le 17 octobre dernier pour tenter de battre le record du monde de la plus grande distance parcourue en courant en un an. Objectif annoncé : 25 000 km, soit l’équivalent d’environ de 600 marathons.

L’Europe est dans le froid et la neige, Serge Girard aussi. Fin novembre, alors qu’il était en Espagne, il est ainsi passé de l’été à l’hiver et d’un climat océanique à un rude climat continental avec -1°C au milieu de l’après-midi en quatre petits jours.
Le 30 novembre, il a ainsi gravit le col de Puerto del Ponto (1280m), montée de 47 km à 3% de pente positive de moyenne sachant que les 15 derniers kilomètres sont plus proche des 6%. Il terminera son ascension sous la neige, fatigué mais enthousiaste ! Le lendemain, le froid sera tel que Serge renoncera à son short fétiche pour passer au fuseau long tandis que la balise qui permet la géolocalisation a aussi pris l’eau. Une nouvelle devra lui être envoyée. Au fil des jours, Serge se fait de moins en moins loquace et reste très concentré. De nouveau il ne s’octroie plus qu’une seule pause de 5mn (entre le 40e et le 50e) par jour et a repris la manie de se ravitailler en marchant alors qu’il avait pris l’habitude, sur la première partie française, de s’arrêter au fourgon et de prendre un peu de temps pour manger. Au niveau du timing de course, il part doucement le matin et répète que les 5 premiers kilomètres sont les plus difficiles, ensuite le corps se met en marche… tout comme la tête. Le moral semble se maintenir au beau fixe. Comme il se doit sur ce genre d’effort, quelques douleurs sont là notamment entre la malléole interne et la voûte plantaire, côté droit, identiques à celles vécues en France mais rien ne semble d’invalidant. Alors, Serge continue de courir et suivre son petit bonhomme de chemin. Après l’Espagne, il est passé par le Portugal où il a parcourus 936,80 km : le premier pays européen traversé dans son intégralité !
« La population y est accueillante. Ce qui nous a également marqué, c’est le coût de la vie qui est assez chère, tant les campings, que la nourriture, que le gazole (1,079€ de moyenne). La vie nous a semblé plus chère qu’en Espagne. Les TVA sont nombreuses : 5% - 12% et 19% en fonction des produits sur votre liste de course, en Espagne, la TVA unique est de 7%. », explique sa femme Laure.

Serge Girard

Après le Portugal, retour logique en Espagne, en Andalousie plus exactement. Après avoir contourné Séville (trop de monde) sous la pluie. Moments difficiles car depuis quelques jours Serge est fatigué: « je dors mal, me dit il depuis une semaine et de plus en plus mal chaque nuit qui passe. Outre le fait de se lever 3 fois pour uriner il ne se rendort pas car il entend tout et n’importe quoi, comme si ses sens étaient en éveil, même la nuit. Il a le sentiment que la course d’endurance au quotidien, met en exergue l’acuité de tous ses sens. Après avoir retrouvé la forme il doit durant plusieurs jours affronter les éléments. Pluie, vent, rien n’est fait pour lui faciliter la tâche. Une météo qui ne se calmera pas le 24 décembre (jour où il fêtera ces 5000 km parcourus) mais qui n’empêchera pas la fine équipe de se confectionner un petit réveillon. Au menu pas de dinde ou de bûche de Noël mais des toasts au foie gras et saumon fumé, des haricots blancs à la mode Asturienne et enfin une viennoise avec du chocolat fondu entre 2 tranches, le tout arrosé de vin pétillant d’Angoulème et d’un Bordeaux Supérieur de Le Fieu. Et les jours s’enchaînent sous la pluie jusqu’aux premiers rayons de soleil le dimanche 27 décembre. Jour choisi par trois coureurs, Julio, José et Pepe, pour venir se joindre aux foulées de Serge. Durant le journée, Miguel-Angel dit « El Russo » sera aussi de la partie. Les coureurs sont de vrais adeptes de la course à pied. Julio a terminé 10ème du marathon des sables (dont une place de 8ème de la grande étape de 91km devant des marocains) vaut 2H28 au marathon, Jose 2H43 au marathon… « Pas des gamins », comment Serge ! Des membres du club de Corricollano se joindront aussi à la fête au fil des kilomètres. A l’arrivée à Puertollano (ville de 50 0000 habitants), ils étaient 19 sans compter la police locale qui leur a facilité le passage. Ce sera ensuite d’autres coureurs de la région qui seront présents et en cette journée ensoleillé Serge n’aura été seul que sur les 6 derniers kilomètres.
C’est ainsi que sur cette fin d’année, toute l’équipe fera de belles rencontres. Le soleil revenant de la partie le plaisir de cette aventure en est décuplé. Serge attaque donc l’année 2010 en pleine forme.

Pour suivre Serge Girard :
Sur son site, vous pouvez le localiser en temps réel mais aussi consulter ses données cardiaques, les vitesses et distances parcourus étapes par étapes…. www.sergegirard.com

Le road book depuis le 26 novembre
J76 - Jeudi 31 décembre : Madrid (Quartier de Carabanchel) – Olmeda de las Fuentes (Espagne) - 64,93km 9H05
J75 - Mercredi 30 décembre : 4km après Torrijos – Madrid (Espagne) - 76,87km 10H32’
J74 - Mardi 29 décembre : Estacion de Molinillo – 4km après Torrijos (Espagne) - 74,29km 9H44
J73 - Lundi 28 décembre : Ciudad Real – Estacion de Molinillo (Espagne) - 73,3km 9H45
J72 - Dimanche 27 décembre : 4km après le col de Nuefla (Borne 125 N420) – Ciudad Real (Espagne) - 75,83km 9H15
J71 - Samedi 26 décembre : Montoro – 4km après le col de Niefla (Espagne) - 72,47km 9H59
J70 - Vendredi 25 décembre : Luque – Montoro (Espagne) - 73,29km – 9H49
J69 - Jeudi 24 décembre : Borne 30,5km sur A335 (9km avant Montefrio)- Luque (Espagne) - 72,77km – 10H13
J68 - Mercredi 23 décembre : 7km après Antequera – Borne 30,5km sur A335 (9km avant Montefrio) (Espagne) - 74,09km – 9H59
J67 - Mardi 22 décembre : Coin – 7km après Antequera (Espagne) - 74,20km – 10H34
J66 - Lundi 21 décembre : 9km après Ronda sur la N 397 – Coin (Espagne) - 74,96km – 10H10
J65 - Dimanche 20 décembre : Borne 14 de la A 8126– 9km après Ronda sur la N 397 (Espagne) - 76,07km – 10H27
J64 - Samedi 19 décembre : Borne 15 de la N462 – Borne 14 de la A 8126 (Espagne) - 76,36km – 9H56
J63 - Vendredi 18 décembre : Borne 62 de la N433 - Borne 15 de la N462 (Espagne) - 76,15km – 9H41
J62 - Jeudi 17 décembre : Encinasola – Borne 62 de la N433 (Espagne) - 76,23km – 10H16
J61 - Mercredi 16 décembre : 5km avant Alqueva (Portugal) – Encinasola (Espagne) - 77,74km – 10H24
J60 - Mardi 15 décembre : Casa Branca (Portugal) – 5km avant Alqueva (Portugal) 75,31km – 9H54
J59 - Lundi 14 décembre : Au milieu de nulle part ou presque (Portugal) – Casa Branc (Portugal) - 75,91km – 10H00
J58 - Dimanche 13 décembre : Lisbonne : Tour de Belèm (Portugal) – Au milieu de nulle part ou presque = +1 km du rond point de Infantado - 73,98km – 9H31
J57 - Samedi 12 décembre : Sortie de Serra da Villa (Portugal) – Lisbonne :Tour de Belèm (Portugal) - 61,54km – 8H36
J56 - Vendredi 11 décembre : Quinta Nova (Portugal) – Sortie de Serra da Villa (Portugal) - 74,61km – 9H52
J55 - Jeudi 10 décembre : 10km au sud de Figueira Da Foz (Portugal) – Quinta Nova (Portugal) - 76,37km – 9H44
J54 - Mercredi 9 décembre : Aveiro (Portugal) – 10km au sud de Figueira Da Foz (Portugal) - 78,18km – 10H09
J53 - Mardi 8 décembre : Rio Mau (Portugal) – Aveiro (Portugal) - 80,4km – 9H50
J52 - Lundi 7 décembre : Mesao Frio (Portugal) – Rio Mau (Portugal) - 75,9km – 9H31
J51 - Dimanche 6 décembre : Populo (Portugal) – Mesao Frio (Portugal) - 68,3km – 9H05
J50 - Samedi 5 décembre : Quintela de Lampaças (Portugal) – Populo (Portugal) - 75km – 9H46
J49 - Vendredi 4 décembre : Puebla de Sanabria (Espagne) – Quintela de Lampaças (Portugal) - 75,5km – 9H13
J48 - Jeudi 3 décembre : La Bañeza (Espagne) – Puebla de Sanabria (Espagne) - 75,3km – 9H23
J47 - Mercredi 2 décembre : Sahechores (Espagne) – La Bañeza (Espagne) - 75,5km – 9H28
J46 - Mardi 1er décembre : 500m après le col de Puerto de Ponto (Espagne) – Sahechores (Espagne) - 76,6km – 9H23
J45 - Lundi 30 novembre : Los Arenas de Calabres (Espagne) – 500m après le col de Puerto de Ponto (Espagne) - 79km – 10H10
J44 - Dimanche 29 novembre : Cabezon de la Sal (Espagne) – Los Arenas de Calabres (Espagne) - 63,1km – 7H52
J43 - Samedi 28 novembre : Adal Treto (Espagne) – Cabezon de la Sal (Espagne) - 77,8km – 9H53
J42 - Vendredi 27 novembre : Sondika (Espagne) – Adal Treto (Espagne) -75,8km – 9H22
J41 - Jeudi 26 novembre : Mutriku (Espagne) – Sondika (Espagne) - 72km – 9H05

Voir la présentation du tour de l'Europe en courant
Le road book du 17 octobre au 9 novembre
Le road book du 10 au 26 novembre