3 320 kilomètres en courant : L'arrivée est proche

Patrick 2
Le

Depuis le 6 juin dernier, Patrick Malandain tente de rejoindre la mer Noire en courant.

Découvrir

La présentation
Après 10 jour de course
1 000 km parcourus !
1 400 km parcourus
Patrick Malandain à mi-chemin
Plus que 600 et quelques kilomètres"

Patrick Malandain

L’exploit est en passe d’être réalisé : Patrick n’est plus qu’à 120 km d’Istanbul, à Faray précisément, en ce 27 juillet 2009. ! Il a atteint les 3 000 km le samedi 25 juillet après 50 jours, 5 heures et 20 minutes de course… !

Aujourd’hui est aussi un jour spécial pour lui puisqu’il a… 49 ans ! Il explique en plaisantant que "ce sont certes mes 49 ans mais c’est avant tout une journée comme les 51 précédentes : je cours !".
On commence à sentir chez Patrick, non pas de la lassitude, mais une envie de plus en plus pressante d’arriver ; et à cela, il y a une raison bien précise : "je suis heureux d’en voir le bout pour revoir mes proches. Leur absence commence sérieusement à me peser, surtout celle de mon fils".

En revanche, il est reparti le moral gonflé après une visite surprise :

Patrick Malandain

" des amis ont une maison en Bulgarie et y viennent régulièrement ; ce sont des amis qui font également du jogging comme moi. Il y a quelques jours, sans que je le sache, ils sont venus à ma rencontre ; et j’ai eu l’agréable surprise de voir mon ami Eric me rejoindre sur la route, en short et basket. C’était vraiment une belle surprise, une très agréable surprise". On sent de l’émotion dans la voix de Patrick qui ajoute : "ça fait un bien fou de voir des gens que l’on connaît, on se sent tout d’un coup beaucoup moins isolé".

D’autres rencontres l’ont également beaucoup ému : "l’autre jour, une famille en charrette m’a proposé de monter à bord pour que je limite mes efforts. Le lendemain, nous avons croisé plusieurs villageois qui nous ont offert des fruits et des légumes. Le soir, des fermiers nous ont prêté un bout de leur terrain pour le camping-car et nous ont apporté tomates, cornichons, lait et fromage. Toutes ces rencontres humaines sont très très touchantes ".

Patrick Malandain

Physiquement, tout va toujours pour le mieux même si quelques douleurs rejaillissent :
" j’ai un peu mal à une cuisse et à un mollet " dit-il ; et d’après lui, ces petits bobos ont une raison : " Je pense que je commence à me relâcher dans la tête, je sais que j’arrive à la fin de l’aventure et je suis peut-être moins concentré.
Je dois impérativement resté vigilant ".

La Turquie offre de beaux paysages très vallonnés. Patrick a récemment traversé un " village magnifique et très typique " où les maisons restaurées étaient en partie en bois et en pierre.
Plus que jamais, Istanbul est à portée de mollets.