3 320 kilomètres en courant : 1 400 km parcourus !

Patrick Malandain 1
Le

Depuis le 6 juin dernier, Patrick Malandain tente de rejoindre la mer Noire en courant.

Découvrir
La présentation
Après 10 jour de course
1 000 km parcourus !

« Je me sens bien mentalement, le corps va mieux également » affirme Patrick après 24 jours de course. Il faut dire qu’une douleur à la cheville l’handicapait depuis quelques jours la journée mais aussi la nuit : « ma cheville me lançait, cela me réveillait ». Il a donc fallu passer par des massages à l’arnica le matin et des poches de glace le soir.
Son expérience lui permet de gérer ces moments un peu plus délicats : « j’écoute beaucoup mon corps, j’arrive à contenir la douleur lorsqu’elle est présente. Mes expériences passées m’aident énormément » insiste-t-il.

Mardi soir 30 juin, il a dormi à Zwettl, à environ 2-3 jours de course de la frontière slovaque. Vivement qu’il y arrive car le temps est déplorable en République Tchèque : « il y a de gros orages et quand il pleut, ce sont des cordes ! ». D’ailleurs, lui et son épouse Fabienne en ont fait les frais puisque son camping-car est resté embourbé lorsqu’ils ont voulu repartir le matin. Résultat des courses : 2 heures de perdu, « ce n’est pas facile d’expliquer en tchèque que l’on cherche un tracteur pour tirer un camping-car ! » rigole Patrick.

Patrick Malandain

Les journées sont toujours aussi chargées.
Le matin : lever à 5h30 pour un petit déj’ copieux : riz au lait, fruits (kiwis, pêches…), céréales, pain avec beurre et confiture, miel, œufs au plat avec bacon, jus d’orange… ! « C’est hyper important de bien manger le matin en quantité et équilibré, pour passer une bonne journée sur la route ».

S’en suit un brin de toilette, l’application de crème anti-frottement au pied et c’est parti… pour 8-9 h de course à pieds !
En journée, il s’arrête pour manger le midi, prend un potage aux alentours du 30ème km et mange régulièrement des biscuits chocolatés.
Il a évidemment un gros appétit durant le repas du soir, au cours duquel il dévore pâtes, riz, féculents… « J’ai l’impression de passer plus de temps à manger qu’à courir » plaisante –t-il !

Patrick Malandain

Une consommation toutefois justifiée car Patrick dépense 4500 calories/jour quand un homme ayant une « activité normale » en dépense environ 2000.

Le soir, il se couche à 20h, maxi 20h30, passe des chaussettes de contention et dort les pieds en l’air « pour améliorer et fluidifier la circulation sanguine »

Il a parcouru pour l’instant 1400 km, encore 1900 km…