Dimanche 7 juin, Lyon Urban Trail : Magique

Le pont toujours
Le

2000 coureurs ont participé à la deuxième édition de l'Urban Trail de Lyon, une épreuve ni route ni trail permettant de découvrir la cité Lyonnaise.

Samedi 6 juin, la principale crainte des organisateurs concernait les conditions climatiques. Les averses violentes se succédaient et les bulletins météos ne laissaient rien augurer de bon pour le lendemain. Or comme par miracle, une main invisible maintiendra à distance les intempéries et épargnera les 2000 coureurs rassemblés Place des Terreaux, au pied de l’hôtel de ville et impatients de partir à la découverte de la Capitale des Gaules, hors des sentiers battus.

D’où l’appellation fort appropriée de cet événement, qualifié de trail urbain. Si l’épreuve-phare demeurait le LUT (Lyon Urban Trail), d’une distance de 42 km, étaient également proposés un 21 km et la possibilité d’accomplir le marathon en relais de 4, ceci à dessein de toucher un large panel de pratiquants.

500 s’inscriront sur la distance-reine, 1300 sur les 21 km et 50 relais compléteront l’effectif.

Les adeptes de l’effort long cumuleront 1300 mètres de dénivelé positif afin de bénéficier d’une vision panoramique de l’agglomération lyonnaise. Soit, outre le Vieux-Lyon, de progresser vers la Colline de la Croix-Rousse, la Cour des Voraces, les traboules des pentes, l’Amphithéâtre des 3 Gaules, la villa Gilet, le Fort Saint Jean, les Quais de Saône, la Colline de Fourvière, l’Amphithéâtre gallo-romain, le Parc des Hauteurs, la piste de la Sarra, Sainte-Foy et Caluire.

Un tel programme se mérite et impose l’ascension de 22 bosses, de plus de 8000 marches, l’emprunt de single tracks et de chemins de traverse. Un parcours « Difficile et cassant, mais génial et effectué dans la convivialité » : commenteront à l’arrivée, nombre de participants pourtant coutumiers de trails classiques.

Urban Trail de Lyon

Ainsi, loin du bruit et de la fureur des artères tentaculaires de la cité, ce mix de bitume et de sentiers, où se mêlent patrimoine architectural exceptionnel et nature préservée est apparu magique aux yeux des concurrents, envoûtés par ce tracé aux allures de manège enchanté. De la sorte, ce concept devrait se pérenniser et essaimer.

En l’absence d’athlètes d’envergure nationale, en pleine préparation de trails comptant pour le Trail Tour National (TTN), la victoire reviendra au local Benoît Goiset, à l’issue de 3h09mn25s d’effort et après un cavalier seul. Il devance Marc Picout, 3h15mn28s et Olivier Alfano, 3h15mn05s. Tous les trois de Villeurbanne.

Plus loin, mais tout de même 16ième au classement général, la Savoyarde Maud Giraud spécialiste du trail l’emportera en 3h38mn20s. Elle précède Martine Volay, 3h55mn20s, du Rhône et la Parisienne Isabelle Morice, 4h52mn29s.

Texte et photos Christophe Rochotte

Voir la fiche de l'Urban Trail de Lyon