La huitième Salicorne affole les compteurs

La Salicorne
Le

Avec près de 1700 participants, la Salicorne, course de pleine nature reliant Camiers-Sainte-Cécile au port d'Etaples s'est définitivement inscrite comme la course de pleine nature majeure en Pas-de-Calais.

Prenez une dose de sable dur, une autre de sable mou, une bonne pincée de vase, quelques giclées d'eau, le tout arrosé de passages épiques en roselière ou sur un filet tendu à sept mètres de haut. Une épreuve née de l'imagination de Marc Devins, ingénieur des courses de pleine nature.
Cette année, André Valentin a survolé les obstacles et s'est imposé facilement en 1h02. Derrière lui, ils furent nombreux à éprouver quelques difficultés à surmonter les obstacles du parcours et à terminer avec de la vase sur tout le corps, parfois jusqu'au menton. A en voir les sourires accrochés aux lèvres, on devinait aisément que le plaisir était bien là.

La Salicorne

Deux parcours leur étaient proposés « la douce » de 10km et « la salée » de 15km. Le choix du parcours, non imposé au départ, se faisant sen cours de route selon sa condition physique au Km 9.5. Près des deux tiers des coureurs ont opté pour le parcours long.

Pour ce cru 2009, Marc Devins espérait un bon millier de participants, avec près de 1700 inscrits dont près de 500 marcheurs, la Salicorne se positionne désormais comme une référence cataloguée comme une des épreuves à faire une fois dans sa vie de sportif.

Cette année, la Canche, le cours d'eau servant de pierre angulaire à l'épreuve, en raison d’un déficit de pluie ces deux derniers mois, affichait un niveau propice à toutes les facéties. Assez pour laisser libre cours à l'imaginaire de l’organisateur, dont les idées fusent aussi vite qu'une foulée de kenyans. "C'est assurément l'épreuve la mieux aboutie que j'ai pu mettre sur pied. Les nouveautés apportées ont, dans un premier temps intriguées mais à l’issue de la course visiblement contentées tout le monde" expliquait Marc Devins. Les nouveautés ? Des passages le long des quais dans l'eau, descente d’un filet à grimper (référence à la cité des pécheurs), vase à gogo et échappatoire dans une allée de roseaux...

La Salicorne

Les jalons des contours d'une future course de "Ouf" que Marc Devins, en infatigable homme orchestre, souhaite mettre sur pied dès septembre 2010, à l'image de la Tough Guy en Angleterre ou de la Strongman Run en Allemagne. Je souhaite monter cette épreuve au goût nouveau, un véritable parcours du combattant, avec une multitude d'ateliers et de passages d'anthologie. Une course où le chrono n'a plus son importance, mais celle-ci ne pourra se faire que si nous avons l'assurance d'avoir au moins 1000 pré inscrits. « Originalité et assurance de réaliser : la mise en place d’une souscription par le biais d’un site internet où chaque sportif pourra déposer gratuitement son engagement moral à participer est envisagée. En effet une telle organisation demande des moyens financiers très conséquents. « Une fois les 1000 engagements obtenus, je m’engagerai à fond dans son organisation» avance encore Marc Devins.

En attendant ce futur événement, les coureurs seront très certainement encore plus nombreux à attendre l'an prochain, le jeudi de l'Ascension, afin d'affronter les éléments et les obstacles proposés par un organisateur hors du commun.

Voir la fiche de la Salicorne

Les résultats
10 km
Hommes
1. Franck MARCHANDISE, 42mn14s
2, Benoit RAMET, 43mn45s
3. Mathieu CALOIN, 44mn55s

Femmes
1. Mylène RAMET, 51mn38s
2. Anne GREMONT, 1h01mn11s
3, Virginie CHOQUET, 1h02mn34s

355 coureurs classés

15 km
Hommes
1.Valentin ANDRE, 1h07mn09s
2. Christophe MARQUANT, 1h07mn45s
3. Cedric RETAUX, 1h08mn41s

Femmes
1. Karine BAILLET, 1h17mn44s
2. Constance LAMBERT, 1h28mn06s
3. Nathalie DUFLOS, 1h28mn34s

623 coureurs classés