19 mai - Marathon du Mont Saint Michel : Du vent sur la Baie

Le Mont Saint Michel
Le

Retour à une course dominicale et matinale, pour le marathon du Mont St Michel, qui s’était essayé trois ans de suite à un horaire en soirée le samedi. Rappelons qu’après avoir connu quelques éditions caniculaires, ce marathon avait opté pour la course du soir, mais sans connaître de réel succès auprès des coureurs. Du coup, retour au matin, mais à une date avancée dans le calendrier, qui évite désormais les risques lés à une chaleur excessive.

Et déjà un premier succès avec le chiffre de 5 000 inscrits sur l’épreuve. Ceux là n’auront pas eu à gamberger sur les risques de chaleur. Ce qui faisait débat depuis la veille au village à St Malo, et jusqu’à l’heure du départ, c’était plutôt les risques de pluie, finalement absente, et le sens du vent, finalement bien présent, et dans le mauvais sens. Sud Sud Est, c'est-à-dire le plus souvent de trois quart face, par rapport au peloton, et ne facilitant donc pas la tache des marathoniens.

Mais une fois partis de Cancale, il fallait bien avancer, et viser cet objectif de Mont St Michel, qu’on aperçoit tout petit et perdu dans l’horizon, au détour d’un pont quelques hectomètres après le départ. Sur la chaussée encore mouillée des averses du matin, le peloton s’étire au fil des villages côtiers. St Benoit des Ondes, Vildé la Marine, Hirel, Le Vivier, Cherrueix, La Chapelle Ste Anne…

Des jalons sur le parcours où le public est venu nombreux encourager les courageux du jour. Autant de points d’animation qui donnent du cœur à ceux qui luttent contre le chrono et contre le vent. Puis, au bout de la route côtière, c’est l’entrée dans les polders, et ces lignes droites qui semblent d’autant plus interminables que la fatigue fait déjà son œuvre.

La mi course est passée, les kilomètres paraissent plus longs. 25, 30, 35… Bientôt un virage à angle droit et le Mont apparait, soudain grandi, presque à portée de main, sur cette ligne droite qu’on voudrait être la dernière. Mais il faut encore patienter. Nouveau virage, le Mont disparâit de la vue, jusqu’au 38è kilo et le fameux Pont de Beauvoir, sur la rivière Couesnon. Encore plus gros, plus majestueux, l’objectif est quasiment atteint. Plus que quatre bornes à effacer, dans ce sillon de bitume entre une double haie de spectateurs, qui crient votre prénom au moindre signe de faiblesse. Ça y est ? On y est enfin.

Tapis rouge sur une centaine de mètres avant la ligne finale. Le Mont est vaincu. Par 4032 gagnants, dont l’acteur Clovis Cornillac qui réalisait là sa première expérience de marathonien. Bravo à lui, Bravo à tous.

Les podiums
Hommes
1. Jacob Kitur (Kenya) 2h15mn 12s
2. Ahmed Ezzobari (France) 2h17mn 37s
3. Khalid EN'GUADI (Maroc) - 02h20m52s
Femmes
1. Elena KOZHEVNIKHOVA (Russie) - 02h47m47s
2. Murielle BRIONNE (Endurance 72) - 02h54m57s
3. Tatiana TESLENKO (Russie) - 02hm55m12s

4032 arrivants (3543 hommes ; 489 femmes)

Prochaine édition : 9 mai 2010