Schneider Electric Marathon de Paris

Jogging International
Le
  • Date de la course : 09/04/2017
  • Région : Île-de-France
  • Commune : Paris (75007)
  • Lieu de départ : Champs-Elysées

Les épreuves

42,195  km - Schneider Electric Marathon de Paris 2017 (1) Course qualificative FFA
  • Départ : 08h45
  • Participants : 56000
  • Nombre partants : 41500
  • Nombre arrivants : 40200

Contacts

  • Contact : Amaury Sport Organisation -
  • Tél : 01 41 33 15 68
  • Email : parismarathon@aso.fr
405 avis de coureurs pour Schneider Electric Marathon de Paris

Les notes

Cette course a été notée par 300 coureurs

  • Intérêt sportif de la course Parcours permettant des performances
  • Intérêt sportif du parcours Beauté et variété des sites et paysages, éléments ou monuments remarquables
  • Qualité de l'accueil et organisation
  • Ambiance, convivialité, animation
carbone14 - édition 2014 - marathon de paris

Beaucoup de témoignages dits et écrits sur cette course donc je vais être bref. bien sur il y a le prix d'inscription qui fait tache . Ensuite la seule fausse note pour moi a été le pack sms payé (1.99 € ) mais qui n'a servi a rien. Sinon le reste frise la perfection. Acceuil au salon top, supers bénévoles que je remercie ici pour tout ce qu'ils ont fait . ravitaillement copieux et bien disposé . tres , tres bonne organisation . Je fais partie d'une infime partie des coureurs a ne pas aimer la médaille ( certe elle est belle mais pour moi " trop moderne " par rapport aux autres ) . un parcourt de reve. Un public qui nous porte jusque la ligne d'arrivée . En un mot..le Bonheur . je me souviendrais toute ma vie de cette course. J'invite vraiment tout les courreurs a faire ce marathon une fois dans leur vie ( et qu'importe le temps )

le 08/04/2014
jmirun - édition 2012 - Mon premier Marathon de Paris

Voilà, je suis désormais Marathonien(s) avec un s, car j'ai désormais 2 Marathons à mon actif : Le premier fut Nice-Cannes en novembre 2011 que j'ai terminé en 4h19 après avoir connu le fameux "mur" entre le 35ème et le 40ème kilo; même si j'en ai bavé en me demandant ce que je faisait là, cela ne m'a pas empêché de m'inscrire au Marathon de Paris 2012...bien au contraire. Afin de me préparer au mieux pour le 15 avril, j'ai mis à profit les mois d'hiver pour lire et relire tous les articles de votre Hors Série 2012 MARATHON. En tant qu'amateur V1H qui ne court que depuis 18 mois, j'ai beaucoup appris grâce à vous sur la préparation de course, la nutrition, la gestion du jour J... Hélas, je n'ai pas réussi à suivre un de vos plans d'entraînement (mon job ne me permettant que d'effectuer 2 sorties par semaine durant le week-end : une avec mon épouse que j'ai convertie aux joies du running, et l'autre destinée à ma sortie longue hebdo). En préparant mon sac ce matin avant de me rendre sur les Champs Elysées pour le départ, je n'ai pas réssisté au plaisir d'y glisser mon Hors Série 2012 MARATHON, avec la ferme intention une fois la ligne d'arrivée franchie de vous rendre hommage pour ce receuil si cher à de très nombreux runners. Objectif atteint, j'ai passé la ligne d'arrivée de mon 2ème Marathon, et même si je n'ai pas amélioré mon temps (j'ai mis 4h21 aujourd'hui), je n'ai pas connu de défaillance, ni de crampe...ce qui est déjà pour moi une petite victoire. Allez, il me reste à appliquer un de vos derniers conseils : récupérer en lisant tranquillement ma revue préférée JOGGING International de mai que j'avais gardée pour l'occasion. Jean-Michel FRUGIER

le 15/04/2012
nicobynight57 - édition 2009 - premier marathon

Premier marathon est expérience inoubliable... J'ai suivi un plan de 4H et je fini à 3H48 avec des sensations au top... L'organisation est top et le parcours super surtout les bords de seine et l'arrivé mythique...Même avec 42 bornes dans les jambes on trouve la force de finir à fond sur la ligne droite des champs pleine de monde... En gros même si on cherche on peu trouver des défauts car il y aura toujours des mécontents, ce marathon est un des plus beau du monde... I LOVE PARIS

le 18/05/2010
nanard59 - édition 2009 - MARATHON DE PARIS

PREMIER MARATHON AVEC 2 COPAINS TRES BELLE AVENTURE J AI SUIVI UN PLAN D ENTRAINEMENT 3H45 AVEC LE HS JOGGING ET J AI REALISE 3H50 MERCI A JOGGING MEME SI J AVOUE AVOIR EU PEUR DU PLAN QUI CONSEILLE DE NE FAIRE QUE DES SORTIES DE 2H15 AU MAX ET DONC ENVIRON 25KM ALORS QUE JE DEVAIS EN FAIRE 42KM ET QUASI 4H J AI SUIVI LE PLAN A LA LETTRE ET JE N'AI EU AUCUNE DOULEUR PARTICULIERE APRES COMME AVANT

le 16/06/2009
pygargue - édition 2009 - marathon paris

Premier marathon, avec 6 copains, dont personne n'avait encore fait de marathon. Tout le monde a fini le parcours, sans aucun problème. Le parcours est beau, surtout le premier semi. Ensuite, vers le 34eme km, près de la porte d'Auteuil, cela commence à devenir un peu monotone, mais peut etre parce que les jambes sont très lourdes. C'est l'occasion de passer un super WE à paris. Un petit conseil: participez à la Pasta Party, cela permet d'avoir de bons conseils pour le lendemain. Un petit bémol: le prix élevé, et le t-shirt qui est vraiment l'un des plus moches que j'ai recu lors d'une course, même des courses à moins de 10 euros.

le 26/05/2009
bubulle - édition 2009 - marathon de paris

Première expérience sur le marathon de Paris avec une ambiance extraordinaire. Le parcours est très bien conçu. J'avais seulement à peine un mois d'entrainement en raison d'une invitation de dernière minute. D'où le chrono très moyen de 3h 24. J'y retournerais très volontiers. C'est aussi l'occasion de passer un week-end très sympa à Paris.

le 19/05/2009
stef.aline - édition 2009 - Presque parfait.....

Bonsoir, Superbe course sans difficultées majeures ( pas rapport a un trail dont je suis adepte...) avec de l'ambiance du spectacle et du monde et encore du monde et peut etre trop... c'est le seul bémol pour ma part surtout aprés le 30 éme ou beaucoup de coureurs marchent deja et il devient difficle de de se frayer un chemin lorque l'on court encore.. ( 4h28 derriere mon ballon rose tout le long ou presque...) que faire? prévoir un coté de la route pour ceux qui marchent ? ) Sinon rien à redire je serais de retour bientôt....

le 13/05/2009
FRDEL360 - édition 2009 - Marathon PARIS 2009

Néophyte dans la course à pied, j'ai participé à mon premier marathon avec pour objectif de le terminer, si possible aux alentours des 4H15 / 4h30. Objectif ppresque atteint puisque j'ai fini en 4H40. Malgré quelques diificultés personnelles (ah, ce fameux mur des 30 km !!) et organisationnelle (en fait ce bouchon de la Bastille, près de 10 mn à piétinner pour ravitailler ..), j'en garde un très très bon souvenir et n'ai qu'une envie : revenir en 2010 pour le refaire mieux préparé. Parmi les points positifs, je retiens ce parcours merveilleux (un vrai plaisir de descendre les Champs, de remonter la rue de Rivoli et la voie Georges Pompidou), l'ambiance , le soutien du public venu en masse , ainsi que la participation des bénévoles, toujours là pour vous soutenir dans cet effort. Bref, un bilan très positif

le 13/05/2009
frédo76000 - édition 2009 - marathon de Paris

C'était mon premier marathon, je m'étais préparé pour être au top et mon objectif était comme beaucoup, le finir! nous étions 7 dont 4 néophytes et nous avons tous passé la ligne d'arrivée. Je garde du marathon de Paris de grosses émotions, descendre les Champs-Elysées c'est quelque chose, les millers de gens qui vous encourage, et que Paris est une belle ville!!! Au niveau organisation j'ai trouvé le "bouchon" de Bastille gênant, aux ravitaillements, le sol super glissant avec les peaux de banane et l'eau stagnante, j'ai trouvé ça dangereux. Malgré tout ces soucis ont été effacés par la gentillesse des bénévoles que je remercie, l'ambiance pendant la course, la disponibilité des meneurs d'allure. Je reviendrai à Paris l'an prochain, ne serait ce que pour retrouver l'émotion que j'ai découvert sur la ligne d'arrivée accompagnée une petite larme de fierté d'avoir réussi. Vivement 2010!!!

le 09/05/2009
stef28 - édition 2009 - marathon de paris

Je n'ai pas aimé. 5ème fois pour ma part et je ne vois pas forcément d'évolution. Pour un marathon qui se veut dans un esprit de développement durable des efforts sont encore à faire. On parle des bouchons des bouteilles plastiques récupérés et quid de l'eau qui reste dans les bouteilles jetées à terre? Gaspillage énorme et inadmissible. Je préfère l'esprit des courses natures où je n'ai pas l'impression de dégrader. Malheureusement je n'ai pas la solution.

le 02/05/2009
lujumi - édition 2009 - Marathon de Paris

Mon premier marathon... donc tres bon souvenir Mais je n'ai pas aimé du tout - le bouchon de la bastille... honteux pour une épreuve de ce niveau - les tunnels sont désagréables et pénibles (pas la difficulté). On est pas des taupes. - Courir à côté des voitures en marche (avenue des Etats Unis) - Le tee shirt à 2 francs remis aux participants (Bouuuuuuuuuuuuuuuuuuh) J'ai aimé: - L'ambiance - la première partie du parcours - la gentillesse et la disponibilité des bénévoles

le 06/04/2009
Nicolas G - édition 2008 - Le Marathon de Paris

3h04min06s de bonheur. J'ai fait une course prudente, car mon objectif était de terminer (TFL douloureux !). À partir du 10 kilo, une douleur aux deux TFL était présente, mais supportable. Après deux petites pauses KK et pipi, respectivement au 17 ème et 19 ème kilos, j'ai accéléré à partir du 25ème, car je savais que je terminerai... À 4OO m de l'arrivée (presque dans la ligne droite finale), j'ai eu une crampe à l'abdomen qui m'a contraint de m'arrêter pendant une bonne minute !!! J'ai rallié l'arrivée en trottinant ... Voilà tous cela est un peu frustrant, mais bon, j'ai réussit mon objectif : TERMINER. Donc je suis très satisfait !

le 31/12/2007
Marianne A - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Mon premier marathon! Un moment inoubliable, après de longues heures d'entrainement. Une lecture attentive de jogging international et une bonne dose de courage et me voila sur la ligne de départ sur les Champs Elysées! Une aventure incroyable!

le 31/12/2006
Laurent M - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Quelle course! C'est mon premier marathon et quel spectacle !...Mais quelle chaleur :-( Mon obectif était 03h30 voir un peu moins mais les crampes auront eu le dernier mots . Elles se sont déclenchées réellement à l'arrivée mais j'ai courru depuis le 27 eme avec des jambes de + en + dures avec une souffrance croissante jusqu'à l'arrivée, j'en ai pleuré . Je me suis hydraté régulièrement pendant l'épreuve avec un ravitaillement en Overstim (kit Marathon). L'hydratation avant l'épreuve a été optimale. Je transpire beaucoup en tant mormal et je pense que j'ai perdu beaucoup de sel avec cette chaleur . Je ne doit pas être le seul vu l'écatombe dans le bois de Boulogne. J'espère , et j'en doute pas, que vous allez nous concocter un petit article sur ce phénomène. Bref, j'ai qu'une hatte : RE-CO-MEN-CER . NB Vos plans d'entrainement sont parfaits. Petit bémol à l'oraganisation pour le rationnment de l'eau à une petite bouteille à l'arrivée.

le 31/12/2006
Kehalerasse Z - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Habitué du marathon de Paris celui la m'a paru plus difficile que les autres à cause de la chaleur.Néanmoins il reste à mon avis le meilleur.Il est agréable de voir qu'il attire de plus en plus de public.Seule ombre au tableau:le prix de l'inscription!!! (à moins d'avoir un sponsor bien évidément!!Avis aux amateurs!!!). Toutefois je le recommande à tous ceux qui souhaitent faire leurs débuts sur marathon.

le 31/12/2006
Olivier R - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« Pour ce qui constitue mon 19e marathon, j’ai eu une baisse de régime vers le 36e kilomètre. Mon objectif était de réaliser 3 h 10 mn, c'est-à-dire égaler mon record. Mes meilleurs chronos, je les réalise toujours à Paris. Aujourd’hui, j’ai vraiment eu du mal à supporter la chaleur, ce ne sont pas les meilleures conditions pour courir. J’apprécie énormément les passages sur les quais : c’est magnifique. Il y a plus de monde pour nous supporter que d’habitude. J’espère qu’il en sera de même en 2008 car je compte bien revenir. »

le 31/12/2006
Florent P - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« C’est une grande émotion d’être ici ce matin, avec autant de personnes : c’est un véritable brassage ethnique et culturel. L’organisation est impressionnante, je tiens à leur tirer mon chapeau. Nous avons même pu nous garer sur le trottoir, les flics étaient d’accord. C’est presque une journée où tout est permis. Je suis venu pour faire 3 h, mais étant blessé au pied cela me paraît compliqué. Venir courir ici, c’est mon rêve de gosse. C’est un bonheur total ! »

le 31/12/2006
Claudia B - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Paris surement un des plus beaux marathons pour l'esthétique de l'architecture.Par contre zero pointé pour l'organisation.Un seul WC par sasor la polyurie de stress avant une course est bien connue.A partir du 2 eme ravitaillement,les coureurs qui devaient courir en 5 heures et plus ont du constater que les stocks en bouteilles d'eau étaient insuffisants ( pas d'eau à un ravitaillement ,eau proposée au verre et non à la bouteile à d'autres).Compte tenu des conditions météorologiques et de la necessité d'une bonne hydratation pour eviter de nombreux problèmes ,cela me semble difficilement tolérable . Par contre coup de chapeau aux pompiers ,bénévoles de la Croix Rouge qui ont été très souvent sollicités.Courant mon septième marathon,je n'avais encore jamais vu autant de personnes en grande difficulté.

le 31/12/2006
Christophe P - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Un marathon de folie, une chaleur exceptionnelle qui a fait d'énormes dégats. Pour mon deuxième marathon, je suis assez content de mon temps et de mon classement, une superbe expérience, quelle ambiance extraordinaire, et un grand coup de chapeau à l'organisation : 100 % satisfait.

le 31/12/2006
Hamadi R - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« Les conditions climatiques ne sont pas idéales. J’étais parti sur 3 h 45 mn, je suis à 4 h 10 mn : la chaleur joue sur la performance. On doit prendre plus de ravitaillements que s’il faisait moins chaud et tout le monde les prend. Au niveau des sanitaires, c’est insuffisant. Le stress donne envie d’aller aux toilettes. Les organisateurs devraient s’inspirer du marathon de Londres où il ya une rangée de toilettes. Quand on arrive à la fin d’un marathon, on n’a plus envie de le refaire. Les moments où l’on souffre le plus, ce sont les moments que l’on retient : j’ai même pleuré en arrivant. »

le 31/12/2006
Jacques S - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« Quel plaisir d’être à Paris pour cet évènement ! Les conditions sont idéales en termes de météo. Voir 35 000 concurrents sur la ligne de départ ne laisse pas insensible. C’est la deuxième fois que j’y participe, je pense vivre des moments magique : je me sens privilégié d’être ici. Ce n’est que du bonheur comme on dit par chez moi. »

le 31/12/2006
Sabine D - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Que ce fut dur ! La météo n'était vraiment pas de notre côté mais que ce fut beau aussi avec un public chaleureux, un peloton courageux et un parcours toujours aussi majestueux ! A faire et à refaire

le 31/12/2006
Cédric L - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« Je voulais passer sous la barre des 3 h 30 mn mais, avec des conditions climatiques pareilles, c’est parfaitement impossible. J’ai quand même battu mon record donc je ne vais pas me plaindre. Niveau ravitaillement, c’est irréprochable. Quant aux animations musicales, elles donnent la pêche. Les spectateurs étaient très motivés cette année : le beau temps les a encouragés à sortir. L’ambiance et le fait d’avoir battu mon record m’incitent à le refaire l’an prochain. L’avantage d’un marathon comme celui-ci, c’est qu’on n’est jamais seul. »

le 31/12/2006
Jean-claude T - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Le marathon de Paris à tous les atouts pour rester une épreuve de prestige, l'organisation et l'encadrement sont au top niveau et malgré des conditions météo un peu exceptionnelles pour ce mois d'avril, je suis heureux d'avoir participer à cette 31ème Edition, je resterai fidèle au plan d'entraînement de Jogging pour rester au contact des fameux ballons rouges. Sportivement votre.

le 31/12/2006
Arnaud B - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« C’est le 1er marathon de ma vie. Il est réputé pour son ambiance et je n’ai pas été déçu. Avec la chaleur, on a tendance à vite se déshydrater. J’ai du consommer une bouteille d’eau tous les cinq kilomètres. A partir du 30 e, j’ai senti une pente mais j’ai pu garder le contrôle. Le 40e kilomètre, lors du passage dans le bois de Boulogne, c’est un peu le no man’s land : peu de spectateurs nous encouragent, c’est difficile à vivre. Heureusement que j’ai aperçu deux personnes que je connais : j’ai entendu mon prénom, ce qui m’a permis de terminer efficacement. La dernière ligne droite est plus longue que ce à quoi l’on peut s’attendre. »

le 31/12/2006
Brigitte D - édition 2007 - Le Marathon de Paris

On en a rêvé souvent, on en a parlé cent fois, on se voyait déjà... Paris, dimanche matin, 8h00. Les embouteillages de la veille au soir ont laissé place à un calme presque inquiétant. Les boutiques ont éteint leur enseigne. Parisiens et parisiens ont disparus de la ville. Aucune difficulté à se déplacer le long des avenues et boulevards. Aucun stress. Et pourtant... Comme poussé par une montée d'adrénaline, encore ignorée, le cœur bat plus vite, l'angoisse se révèle plus poignante de minutes en secondes. On approche. Étonnamment de la gare de l'est à l'Étoile il n'y a qu'un pas. Les rues sont plus animées, les passants plus nombreux. Changement de décor prévisible, des centaines de piétons ont envahi les lieux. Les véhicules ont investi les trottoirs sans crainte de procès. Les visages des coureurs se dévoilent peu à peu, crispés ou sereins. Reculer ? Il est encore temps. Oui mais que dire à tous ceux qui savent et qui attendent. L'abandon, la chute, l'arrivée. Il est trop tard pour reculer. Les Champs Elysées ne forment plus qu'un long flot humain bariolé de couleurs chamarrées. Impressionnant cortège d'hommes et de femmes de toutes tailles, tous âges, de toutes nationalités. On cherche le sas, celui qui permettra d'accéder au temps annoncé. Les couleurs des drapeaux flottant faiblement dans les airs nous guident. Rose, 4h30 et plus, j'y suis. Quelques minutes encore, interminables. 8h45 le départ. Impossible d'entendre le coup d'envoi, la masse humain fait bloc tel un mur infranchissable. On s'élance, on ralentit, on s'arrête, on s'élance de nouveau, on oublie tout, soi, les autres. Plus rien ne compte que cette longue course prévue, 42,195 km, le 31e Marathon de Paris vient de débuter. Au début, c'est facile, on prend son rythme, on se rassure. Les premiers kilomètres, un vrai plaisir. Les spectateurs sont déjà présents, vous encouragent. On rit, on blague, on oublie la peur. Place de la Concorde, rue de Rivoli, la Bastille, une autre façon d'appréhender la ville. St Antoine, Nation, on est déjà au 10e kilomètre, second ravitaillement. Ca râle un peu chez les sportifs de fin de course, l'eau a manqué au 5e et toujours rien. Ceux qui n'étaient pas autonomes se voient contraints de réclamer de l'eau aux cafetiers. Un comble face à la sobriété des coureurs. Tant pis, on continue, il fait trop beau pour être de mauvaise humeur. Trop beau c'est peu dire. Le manque d'eau se fait rapidement sentir, on n'avait pas prévu une telle température, plus de 20°. 10h00, il fait déjà chaud. Le bois de Vincennes, chic de l'ombre. Quelques participants s'essoufflent. Le pas ralenti pour certains. La course au bois est plus longue que ce que l'on avait imaginé. Les arbres succèdent aux arbres, on se lasse, on n'en voit pas le bout et puis c'est le 20e. Le semi n'est plus très loin. La fatigue se fait doucement sentir. Sortie du bois, le semi, ouf, première étape franchie. On fait le bilan. Rien à dire jusqu'ici, c'est gérable. On s'arrête pour s'arroser, on boit ce que l'on trouve. On repart. Les animations rythment la course, les curieux vous encouragent. Le soleil darde ses rayons, décidément il fait très chaud. Les quais de Seine, plus difficiles. Les jambes se font lourdes, dures. 26e, on commence à souffrir, on compte, 26 plus 16, encore 16 kilomètres, pourvu que je tienne. Les coureurs ralentissent. Les rangs se dispersent. On s'encourage. Sorties de tunnels en forme de montées, l'allure est plus lente. Des jambes s'arrêtent pour s'étirer, se masser, marcher. 30e, encore supportable mais difficile, pas la fatigue non, juste les jambes. Il fait de plus en plus chaud, on s'arrête de plus en plus souvent pour boire, se mouiller. Les jets d'eau apportent une fraîcheur bienfaitrice. C'est reparti. Allez, encore 10. On compte chaque kilomètre, on anticipe. 10 kilomètres, c'est le tour que je fais, celui du petit bois, c'est bon. 8 kilomètres c'est celui près de la ferme. 6 kilomètres, c'est la marche du dimanche... Certains se découragent, beaucoup marchent, seuls quelques-uns courent encore mais à faible allure. Et puis c'est les 5 derniers. Les pires, c'est presque terminé, mais ce Presque n'est pas la fin et ça c'est terrible. Si l'on pouvait compter les mètres, on le ferait. 4, 3 et là je m'arrête. Trop mal, je ne peux plus avancer, mes jambes sont raides comme des morceaux de bois, elles ne répondent plus. Je me couche sur le sol, m'étire, me redresse, étire à nouveau mes jambes, chacune leur tour, je m'applique. Je reprends ma marche. 2,5km, c'est quasiment fini. Je décide de courir à nouveau, au petit trot et je repars pour la dernière ligne droite, celle qui mène à l'arrivée. Là c'est facile, la douleur s'efface pour quelques instants. Je franchis la ligne... J'ai réussi! Je suis une marathonienne!

le 31/12/2006
Thiem S - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« C’est mon 20e marathon, j’ai l’habitude. Je dois veiller à boire très régulièrement. Mon genou et ma cheville me font mal, j’ai peur d’avoir des crampes. Je me doute que je vais souffrir étant donné la chaleur étouffante qui règne. L’ambiance est magique ici : on se tutoie tous alors que nous ne nous connaissons pas. Nous sommes solidaires dans la douleur, on anticipe la souffrance. Ce qui est sûr, c’est que je n’abandonnerai pas, quitte à marcher. Quand on abandonne une fois sur marathon, on en prend l’habitude ensuite. J’ai un challenge à relever : je ne vais pas me défiler, ce n’est pas dans mes habitudes. »

le 31/12/2006
Cedric H - édition 2007 - Le Marathon de Paris

Paris ville incontournable,course magnifique,ambiance superbe public orchestre.2007 est une année ou il a fait très chaud donc meme bien préparé, nous sommes beaucoup a avoir fait une contre performance.2008 sera mieux.

le 31/12/2006
Stéphane G - édition 2007 - Le Marathon de Paris

« Je suis excité, j’ai un peu le trac. C’est ma 3e participation, je suis très enthousiaste, j’ai hâte que la course soit lancée. C’est assez envoûtant de descendre les Champs Elysées. Vais-je parvenir à faire le temps que je me suis fixé ? C’est ma grande interrogation. Quoiqu’il arrive, je suis déjà très heureux d’être là. Que la fête commence ! »

le 31/12/2006
Jean-pierre R - édition 2006 - Le Marathon de Paris

Si l'accueil, le parcours et les services sont très corrects, il n'en va pas de même de l'accueil à l'arrivée : les coureurs ne sont pas, au contraire d'autres grands marathons (New York par exemple), accueillis, félicités et c'est à peine si on vous tend votre médaille (quand il en reste encore !!!). C'est sur ce point là que l'effort doit porter d'autant que c'était déjà un point délicat l'an dernier. Allez, encore un effort et Paris rentrera dans le peloton de tête.

le 31/12/2005
Bruno C - édition 2006 - Le Marathon de Paris

Je participe pour la 4ème fois au marathon de Paris. L'organisation y est globalement toujours aussi performante avec à la clé un beau parcours, vraiment sympa, qui manque malgré tout sérieusement de spectateurs sur certaines portions mais heureusement présents en grand nombre sur d'autres, en particulier le passage du semi et l'arrivée où l'on se sent pousser des ailes. Seul bémol: la sortie, véritable goulot d'étranglement, anonyme et sans animations. L'impression d'ensemble en est un peu gâché. Quel dommage! Pour le reste, c'est du bon boulot. Bravo à tout le monde. De plus la météo, idéale cette année, favorisait les performances. Course qui mérite incontestablement d'être inscite sur toutes les tablettes d'un marathonien qui se respecte. Félicitation à David Ramard, meilleur coureur élite français qui a affiché un bel esprit sportif.

le 31/12/2005
Angèle B - édition 2006 - Le Marathon de Paris

Je garderai un souvenir magnifique de ce premier marathon que j'ai réalisé avec mon mari. Les conditions météo étaient parfaites, l'organisation géniale et le public, fabuleux. ce public qui m'a donné des ailes jusqu'au bout ! Ce 30ème anniversaire, nous l'avons soufflé ensemble avec mon époux qui a fait la belle performance de 2h58 (préférentiel maintenant) et moi qui franchit la ligne d'arrivée 1h pile poil après lui!

le 31/12/2005
Frederique R - édition 2006 - Le Marathon de Paris

C'était mon premier marathon...Une bonne préparation grace aux conseils scrupuleusement suivis de mon magazine préféré : Jogging mais quand même beaucoup de stress au départ avec un seul objectif : arriver au bout. Tout le monde m'avait dit "Ne pars pas trop vite" c'est donc ce que j'ai fait et ce fut un vrai bonheur tout au long des 42.195 kms. Je me suis régalée du début à la fin, l'organisation était au top et le parcours super chouette, le beau temps était de la partie, les nombreuses animations et les encouragements des spectateurs et des nombreux bénévoles m'ont fait oublier la distance. Enfin la ligne d'arrivée et la joie de "l'avoir fait". Quel bonheur...ce fut pour moi une vraie fête pendant 42.195 kms. Prête à recommencer avec cette fois-ci un objectif temps.

le 31/12/2005
Gérald L - édition 2006 - Le Marathon de Paris

Premier marathon sans trop d'objectif pour voir. Inscrit en 3h30, j’ai fait 3h40 avec une déchirure à la cuisse gauche en glissant sur une bouteille au 7e km. Ne pouvant plus accélérer, impressionné par la masse sur les bords de Seine sous les ponts c'était très sympa avec les slogans : on n’est pas fatigués.... Seule mauvaise note après l'arrivée pour pouvoir sortir autrement je reviendrai sur un autre marathon salut à tous les participants. Pour moi qu'importe le temps réalisé, le terminé je dis bravo à toute les personnes arrêtées sur le coté ou qui s'étiraient pour pouvoir en terminer. Je crois qu’il faut avoir du moral pour être marathonien, moi je me suis préparé en 4 semaine avant j'avais "la flemme" bye bye.

le 31/12/2005
Philippe H - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Depuis 2ans dans un club ,j'ai franchi bien des étapes .Plusieurs fois, on m'a dit : "Pour un premier marathon,il faut faire celui de PARIS.Tu ne seras jamais seul! " Je l'ai fait et ma surprise a été de le finir en 3h38mn39s,et de plus avec encore des réserves.Bravo pour l'organisation et l'ambiance tout au long du parcours. Une petite observation : comme tout,les tarifs sont un peu élevés. Bravo aux handisports et peut-être à l'année prochaîne.

le 31/12/2004
Saceda P - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Grand merci aux bénévoles, félicitations aux organisateurs pour avoir considérablement améliorer le sas de sortie et l'arrivée des coureurs; sinon, la partie dans Boulogne est toujours aussi triste et les spectateurs toujours un peu "discret" tout le long du parcours; cela manque un peu de ferveur populaire. Enfin, Paris demeure une formidable expérience humaine.

le 31/12/2004
Didier D - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Dix ans auparavant j'ai participé au Marathon de Paris avec un temps de 4h11mn. Aujourd'hui j'ai voulu relever le défi avec une amie pour qui c'était son premier. Nous avons franchis la ligne d'arrivée ensemble. Je n'avais jamais ressentie une telle joie que de voir cette personne pleurer à chaudes larmes et du coup j'en ai fait autant . Quel bonheur d'avoir pû réaliser le rêve de celle-ci. Les conditions climatiques étaient réunies pour profiter de cette journée exeptionnelle et nous avons pû visiter Paris sous les acclamations d'une foule de plus en plus présente tout au long de la course . Merci a Jogging International pour les plans d'entrainements qui m'ont été utiles. Merci à tous les bénévoles présents sur le marathon sans qui cette course n'existerait peut-être pas.

le 31/12/2004
Antoine M - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Un super premier marathon, un très bon accueil, une ambiance enivrante, un public et des participants qui vous poussent et vous encourage tout au long du parcourt! Un seul reproche, trop peu de métro pour permettre aux supporters une pleine possibilité de suivi.

le 31/12/2004
Joachim R - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Magnifique course,cadre hors pair,encouragement sur tout le parcours,animation sur tout les lieux stratégiques,exellente ambiance en tout points.Pour mon premier marathon aucun regrets, si ce n'est la douche à l'arrivée.

le 31/12/2004
Abdelaziz O - édition 2005 - Le Marathon de Paris

j'ai couru mon premier marathon et que dire de plus "magnifiquo" le seul probleme je n'ai pas suivie les conseil du magasine je n'ai pas mis de crème entre les jambes du coup irritation , saignement, et arrêt répétitif snifff!!! Merci à tous les bénévoles du marathon de paris et l'organisation ..

le 31/12/2004
Maurice M - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Bonjour, j'ai couru le marathon deux années de suite pour le plaisir. Même si je n'ai pas amélioré mon temps de 2004 ( 3h 17) à cause d'un problème d'amorti avant de mes chaussures qui m'a obligé à marcher et trotiner les 10 derniers Kms, je garde un très bon souvenir de ce marathon, d'autant plus que cette année nous sommes montés le vendredi avec mon club "Top courir Marseille" pour participer à la course de l'UNESCO . Les parisiens sont très sympatiques et l'ambiance le long du parcours est très chaleureuse. Température et temps idéaux. Très peu de temps perdu au départ. Aucun manque d'eau sur le parcours. Très bonne ambiance dans les coureurs. La traversée de Paris ,que demander de plus si ce n'est que pour éviter les tunels, on pourrait effectuer le retour de l'autre côté de la Seine avec ses monuments, ce serait chouet. Ce que je dis est peut-être utopiste ? enfin on peut toujours rêver. Merci en tout cas à tous les organisateurs et a tous les bénévoles pour votre dévouement et pour les sacrifices consenti. Un Marseillais bien content de ses amis Parisiens. Salut à tous et encore merci. Maurice

le 31/12/2004
Emmanuel S - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Trop de monde dans les sas. On perd beaucoup de jus dans les bousculades de début de course. J'ai été déçu de ne pas voir de ravitaillement power gel au 30ème kilomètre comme l'an passé. Cela m'aurait permis de mieux finir. Je vous donne rendez-vous sur le 1er marathon transpyrénéen à figueres le 23 octobre 2005. Salut à tous à l'année prochaine.

le 31/12/2004
Patrick B - édition 2005 - Le Marathon de Paris

mon premier marathon j ai gagne le dossard sur espritrunning fin janvier un peu juste pour avoir le foncier mais quelle joie de courir parmi tout ce monde dans ce beau decor je reniendrais avec plus d entrainement pour un meilleur resultat seul point noir pour moi plus de poncho a l arrivee c est assez dur car on a assez froid

le 31/12/2004
Tounssi H - édition 2005 - Le Marathon de Paris

1° MARATHON.Ce fut INOUBLIABLE, mille merci : à la météo, au public, à l'organisation (attention au dégagement des coureurs après le franchissement de la ligne, c'est trop long). Le mur du 35° n'est pas une illusion, et sans mon pote RENE, la fin aurait été différente...encore merci. Un pass RATP pour la famille suiveuse sur le parcours est à étudier. Expérience à conseiller avec un bon plan d'entraînement, de la diététique et du sommeil... Peut être à l'année prochaine.

le 31/12/2004
Yann D - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Bravo à tous les bénévoles et aux organisateurs de cette magifique course, qui m'a enchantée, même si j'ai eu beaucoup de mal sur la fin, d'ou un temps plus que moyen !!! Beau temps, beau parcours, belle ambiance, que du bonheur !! Juste un point noir, dont certains coureurs se feront également l'écho, ce fût l'arrivée des plus de 5h, ou il n'y avait : - plus de médailles ! - plus de sac ravitaillement ! - plus de ponchos ! c'est vraiment dommage car ca fiche un peu le blues; on a l'impresssion d'être considéré comme des trainards et des moins que rien. Passe la médaille, on n'en fait pas un drame, mais le poncho quand on a froid à l'arrivée, et rien à manger alors qu'on est limite hypoglycémie, c'est pas un trés bon point, surtout pour une course de ce miveau et de cette renommée. Alors que nous sommes parmi ceux qui avons souffert le plus pour terminer coûte que coûte la course. On mériterait un autre acceuil !!! J'aimerai avoir le Sentiment d'autres coureurs arrivés comme moi dans ces eaux là.... Ceci dit, pas d'esclandre; je suis prêt à recommencer l'an prochain. Amitiés sportives

le 31/12/2004
Joël M - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Bonjour, Ce marathon du 10 avril 2005 était très bien. Ce fut une réussite pour l’organisation contrairement à l'année dernière. Un seul reproche : la médaille toujours traditionnelle, il faudrait quand même la changer mais surtout l'affreux t-shirt que l'on a reçu, d'un gris vraiment catastrophique et laid.

le 31/12/2004
Joel T - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Un grand merci aux bénévoles et à Jogging International pour le plan entraînement et diététique. Parti pour 4h00, le mur au 35km... très très dure ! C'était mon premier et je suis prêt à recommencer pour 3h 30 cette fois!

le 31/12/2004
Christophe P - édition 2005 - Le Marathon de Paris

premier marathon,une sorte d'étalon,p Pour envisager la suite... J'avais suivi le plan de "jogging inter"avec un objectif:3h45 et je suis tres fier de l'avoir terminé d'abord, puis d'avoir atteint mon but ensuite. La masse des participants, considérable une fois la ligne d'arrivée franchie, rendait la sortie tres longue et pénible, Je trouve! Et je ne parle pas de la remise des médailles mais de cette lente et interminable remontée avec ses bouchons et ses goulets d'etranglement...sinon,pour la course elle même, j'ai trouvé ça génial! la météo excellente,le public présent en nombre pour nous encourager. J'ai très envie de faire un deuxième marathon, mais plus modeste. Peut être dans une ville de province cette fois là,,, à VANNES par exemple, pour voir la différence.

le 31/12/2004
Emmanuelle M - édition 2005 - Le Marathon de Paris

BRAVO et MERCI Bravo aux organisateurs, je n'ai pas trouvé un bémol Merci aux personnes des ravitos qui en plus nous encourageaient Merci au public Merci à Jogging pour le plan d'entrainement Merci et encore bravo parce que pour moi, c'était le premier marathon et qu'en plus vous m'avez donné l'envie de recommencer

le 31/12/2004
Jean c - édition 2005 - Le Marathon de Paris

POUR MA 4EME PARTICIPATION CONSECUTIVE J'AI VECU A NOUVEAU DES MOMENTS EXCEP TIONNELS:PARCOURS MAGNIFIQUE,PUBLIC EXCEPTIONNEL ORGANISATION FORMIDABLE DES MILLIERS D'ATHLETES VENUS DE FRANCE ET DU MONDE ENTIER ET UN TEMPS IDEAL POUR COURIR J'AI REALISE 3H 04MN AVEC FACILITE JOIES IMMENSES ET BONHEUR MERCI A TOUS

le 31/12/2004
Marc A - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Je viens de finir cette édition du marathon de Paris et je peux dire que les 20 premiers kilo n'était pas plaisant tant il y avais du monde. Passage du semi en marchant, c'était la m####. Après, sur les quais ça allait à peu prés et le must fut à l'arrivée pour sortir de la zone coureur. Il y a de gros progrés à effectuer de ce coté là. C'est dommage de faire la course au marathon avec le plus de coureur, le plus de ceci et de cela. tchao. Marc

le 31/12/2004
Alain S - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Bonjour Course sympa, temps sec couvert au début, et quelques rayons pour chauffer l'arrivée. Pas de douche à l'arrivée, des toilettes fermés HS sur une grande partie. Un public plutôt atone, surtout après avoir connu le Marathon de NY.

le 31/12/2004
Roland C - édition 2005 - Le Marathon de Paris

C'était mon premier marathon de Paris et j'y suis arrivé. Merci à Jogging International et Bernard Faure pour les conseils et le plan d'entrainement. Un nouveau challenge s'impose. Faire mieux l'année prochaine avec toujours les mêmes conseillers. Tout était parfait au niveau de l'organisation pour les derniers !... peut-être un peu moins pour les "costauds" d'après ce que j'ai pu lire. Vive le 30ème, peut-être avec des surprises.

le 31/12/2004
Olivier R - édition 2005 - Le Marathon de Paris

J'ai commencé la course à pied en novembre 2003. Deuxième marathon après Lyon l'an dernier (en 3h55mn) et une participation à la SaintéLyon en décembre (en relai à 2 sur 38km). J'avais suivi le plan de "Jogging" avec un objectif : 3h30 et je suis très fier de l'avoir quasi atteint car depuis la SaintéLyon le 5 décembre j'avais stoppé tout entraînement. Pour pallier à celà j'ai commencé mon entraînement par les 2 premières semaines du plan pour 3h45 suivis des 8 semaines pour 3h30. La période d'entrainement à été particulièrement corsée cette année avec la neige et le froid. Pour le jour J, J'ai craint les précipitations annoncées la veille, mais finalement le temps à été idéal (l'année dernière à Lyon j'avais souffert de la chaleur et des crampes). Pour atteindre mon objectif, j'ai voulu suivre les ballons bleus les plus avancés, qui sont partis très vite et n'ont pas eu un rythme très régulier. Résultat un chrono en avance de 2 à 3 minutes sur les temps intermédiaires qui mon fait imaginer qu'ils visaient 3h25. J'ai beaucoup apprécié l'ambiance du groupe des bleus, notamment dans les passages sous les tunnels. Le parcours était très sympas. Les rues les plus étroites ont cependant occasionné des bouchons qui ne se sont résorbés que vers le 30ème km, où la grappe de coureurs suivants les meneurs d'allure à commencer à maigrir. J'ai moi aussi souffert du mur lorsque j'ai commencé à sentir des signes de crampes au 35eme km et j'ai alors préféré m'étirer 2-3 minutes pour pouvoir continuer à courir et finir. C'est un Marathon que je conseil. Mais il semble dommage que de nombreuses personnes insuffisament préparées aient pris le départ sans pouvoir terminer alors que beaucoup d'autres non pas pu avoir de dossard. Il faut croire que le prix n'est pas assez dissuasif (c'est plus du double d'une inscription marathon en Province) et qu'il serait plus judicieux de réserver une partie des dossards à des personnes pouvant justifier d'un resultat sur Marathon dans les 2 ou 3 ans passés. Il faudra peut-être peût-être revoir l'organisation de la zone d'arrivée l'an prochain avec une ouverture des voies de sortie plus larges. Merci Paris et peut-être rendez-vous l'an prochain pour la Périféerique mais je laisse la place à d'autres candidats pour le Marathon de Paris 2006.

le 31/12/2004
Reto I - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Je suis Suisse et je suis venu pour la première fois à Paris. Le parcours était très sympas. Courir sur l' avenue des Champs Elysée, c'est super. J'avais suivi le plan de "Jogging" avec objectif 3:15. J' avais déjà fait un Marathon en 3:29. Mais j'ai eu un accident 10 jours avant le marathon et mes genoux sont venus blessés. J'ai voulu courir dans la capitale de France. Je suis fier de l'avoir fini ce marathon ! Dans le Bois de Boulogne, j' ai mangé le Salami chez "le Marathon de Beaujolais" et je savais… Il faut aussi s'amuser dans un cours et pas seulement courir pour un meilleur temps personnel.

le 31/12/2004
Christian G - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Premier marathon (4h15). Je pense etre parti trop prudemment car j'ai terminé relativement frais hormis des douleurs aux jambes des le 30eme kilo.En effet je n'ai pas arreté de doubler sur les 10 derniers kilometres.Je suis passé de la 23335eme place au semi à la 19478 à l'arrivée. Le parcours est superbe,le bois de boulogne est interminable.Il faudrait revoir la dispersion après la ligne d'arrivée.

le 31/12/2004
Richard L - édition 2005 - Le Marathon de Paris

Quelle accueil au marathon expo vraiment super pas d'attente tout est vraiment bien organiser pour ce samedi 9 avril .Le dimanche jour j le reve: un parcours superbe, ambiance et ravitaillement tout et ok .le 38ème km est déja là j'ai suivis de bout en bout le coureur avec son ballon rose un grand merci a lui au 40eme j'ai les larmes au yeux je sais que je vais y arriver rien ne peut m'arreter meme pas les douleur au jambes que je sent en fin de course .c'est l'arrivée je realise 03:00:02 pour mon premier marathon et ma premiere visite de la capital.Encore un grand merci a toute les personnes qui etaient le long du parcour ,à l'organisation ,au bénévoles etc..VRAIMENT SUPER a l'année prochaine

le 31/12/2004
Charles M - édition 2005 - Le Marathon de Paris

c'est mon 4ème marathon de Paris et j'ai apprécié cette année le peu d'attente aussi bien au départ qu'à l'arrivée cette année.Le site d'arrivée n'était pas ouvert au public,ce qui permettait aux coureurs de sortir rapidement. Paris est toujours aussi magique à traverser! Sportivement!!!

le 31/12/2004
Guy L - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Très beau parcours, un public en or, une belle organisation compte tenu du nombre mais un bémol qui pour moi était de taille (car depuis plusieurs kms je me battais par des étirements contre une crampe que je sentais venir): il n'y avait plus d'eau au 35ème kilomètre où je suis passé en 4h, et je me suis vu contraint de boire, 2 kms après, un (très) bon vin de Bougogne pour me faire un peu de liquide. A l'année prochaine!

le 31/12/2003
Jonathan L - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Hé voila! ha peine passé la ligne d'arrivée, et on a qu'une idée: recommencer !! Bravo de tout coeur pour le travail de tous les anonymes présents pour nous soutenir. Au niveau de la course, pour un premier marathon, j'était dans l'ensemble satisfait malgrés le manque de coffre. Petite anecdote car le ridicule ne tue pas : après le 28ème kilo, ne voyant pas arriver le panneau du 29 kilo, je me suis posé la question suivante: qui a volé le panneau?? Un homme à côté de moi se pose la même question, ce qui nous conforte dans l'idée de la disparition de ce fichu panneau. Mais il aurait voir nos tronches lorsque nous sommes tombés nez à nez avec ce panneau de malheur, à partir de là, c'était le début des ennuis! Mais vraiment, malgré la fatigue, le stress, la folie (et un manque d'eau au 35ème kilo) ; le marathon c'est le pied! J'ai la chance de recommencer l'entraînement, avec le club de triathon de Metz que je salue de tout coeur, afin de concrétiser mon plus gros rêve: courir le 7 Novembre prochain, le Marathon de New York. Je salut chaleureusement tous les amoureux de la course, du marathon, de la fraternité et en un seul mots, LA VIE !

le 31/12/2003
Alain P - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Quelques remarques suite au marathon de Paris 2004 : organisation légérement défaillante : 1) notamment au départ, impossible d'accéder aux différents sas sauf à se lever à 4 heures du matin pour pouvoir se mettre en place 2 heures avant le départ, 2) concernant l'heure de départ c'est bien gentil de faire plaisir à TF3 mais un départ à 9h30 me conviendrait mieux 3) mon épouse participait à son premier marathon a été surprise de devoir ramasser au 35° kilo une bouteille d'eau par terre afin d'étancher sa soif, surprenant pour un marathon international 4) où étaient passés les panneaux alphabétiques pour les émouvantes retrouvailles de fin de marathon 5) une note positive tout de même, les encouragements du public , merci aux milliers de spectateurs parisiens 5) tout le monde le sait...nul n'est parfait, merci tout de même à tous les bénévoles signé : grincheux

le 31/12/2003
Martine L - édition 2004 - Le Marathon de Paris

La course est bien rodée. Seul petit bémol, plus de Power barre au 30 km pour les coureurs peu rapide. Mais le plus gros problème était à l'arrivée. Il était stipulé qu'il fallait se mettre d'accord avec les personnes qui nous attendaient à l'arrivée, et pour faciliter les choses il devait y avoir des lettres à l'arrivée, pour se retrouver facilement. Hélas les organisateurs ont oublié de les installer, ce qui a posé quelques problèmes pour se retrouver. Sinon rien à dire même le temps était de la partie.

le 31/12/2003
Roméo P - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Première participation à un marathon. Bonne organisation pour la récup des dossards. Moins bien pour les SAS de départs sur les champs Elysées, véritable cohue pour s'engoufrer dans la foule des partants à moins peut-être d'arriver sur la ligne quelques heures avant ! (Peut-être trop de partant ?). Sinon super ambiance à tous les niveaux, immense joie de franchir la ligne. Manque de repères pour le RDV de fin de course avec les accompagnants. Merci à tous les bénévoles. A l'an prochain certainement !

le 31/12/2003
Eric B - édition 2004 - Le Marathon de Paris

C'était mon premier marathon et je n'ai pas été déçu, que d'émotions ! A commencer par le départ, bien que présent 20 mn avant le coup de pistolet j'ai dû patienter sur le trottoir car mon SAS était plein et à quelques secondes près j'ai failli franchir la ligne de départ à côté et non sous l'arche de départ, pas évident de commencer une course en se demandant si on a bien déclenché votre puce. Passons sur l'absence de gels au 30ème km dont il était pourtant fait état à grand renfort de pub dans la lettre d'information, le clou étant l'absence d'eau au 35ème km malgré les crampes mais la présence de cidre, de vin et de charcuterie bretonne, est-ce bien raisonnable pour un marathon qui se proclame "international" ? Et puis attendre debout une demi-heure serrés comme des sardines dans la foule pour pouvoir récupérer ses affaires, j'ai regretté le peu de considération qu'il a été fait à ceux qui ont terminé en plus de 4 heures mais le parcours est à couper le souffle, du monde et de l'animation partout, le fait que vous ne courrez jamais isolé, les Champs Elysées, le tunnel interminable sous les Tuileries, il n'y a que Paris pour vous apporter ça. Je reviendrai !

le 31/12/2003
Stéphane C - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Mon 1er marathon... et un super souvenir avec un seul but: le terminer en maintenant un effort constant sur l'ensemble du parcours. Les + : l'ambiance conviviale et décontractée, le public, le départ sur les Champs Elysées (grandiose). Les - : le parcours avec les boucles dans le Parc de Vincennes (un peu monotone)et celle du Bois de Boulogne où à partir du 35ème kilomètre, on se sent un peu seul... le public n'est pas au rdv... dommage... Un grand bravo pour ma part à l'organisation que ce soit pour retirer les dossards et les SAS de départ qui n'ont pas posé de problème (bien au contraire).

le 31/12/2003
Laurent M - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Je suis ravi de ma première participation à ce marathon. Je regrette simplement que les coureurs de plus de 4 heures doivent faire dix km sans eau (pas de ravitaillement au km 35). Même chose pour les produits énergétiques; rien pour nous ! Je reviendrai quand même pour le prochain.

le 31/12/2003
Laurent C - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Coureur depuis toujours, je voulais réaliser l'objectif de tous : courir un MARATHON. Voilà, c'est chose faite depuis PARIS. Quoi dire ? Pour commencer un Marathon, c'est celui ci qu'il faut faire. Une foule très nombreuse, des coureurs qui vous aident tout au long du parcours, des musiciens qui vous font oublier la souffrance des derniers kilomètres et une organisation super rodée.En prime cette année, une météo qui passe du déluge à un temps estival sur la ligne de départ et jusqu'à l'arrivée...Quoi de mieux !!! MERCI à Tous et sûrement à bientôt.

le 31/12/2003
Stephanie D - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Ok le marathon de Paris est une belle course, c'etait mon premier marathon et je suis hyper contente de l'avoir fait. Mais quel manque d'organisation : bousculades au niveau des sas de depart et quasi-impossibilite d'y rentrer, plus de Power Bar au 30eme km, plus d'eau au 35eme : est-ce que les organisateurs ne tiennent compte que des coureurs en moins de 3h30 ? Je trouve ca franchement inadmissible, nous n'avons pas eu d'eau pdt 10kms, entre le 30eme et le 40eme. C'est choquant, des gens auront pu se trouver mal. Cerise sur le gateau, les points de RV avec des lettres a l'arrivee n'etaient nulle part .... Je suis contente de ma course mais franchement tout le monde a droit aux ravitaillements, meme ceux qui courent en plus de 3h30 ....

le 31/12/2003
Sylvette B - édition 2004 - Le Marathon de Paris

Expérience que je souhaite renouveler ! C'était mon premier marathon. C'est tout simplement génial ! J'étais dans le sas des ballons roses, et ai suivi scrupuleusement le plan d'entraînement de Jogging International, tous mes temps de passage correspondent, j'ai fléchi après le 35ème kms, il faut dire qu'il n'y avait plus d'eau au ravitaillement, par contre je n'ai pas souffert du "mur". Sincèrement, c'est une expérience à vivre au moins une fois.

le 31/12/2003
Florian S - édition 2004 - Le Marathon de Paris

J'ai participé deux fois au marathon de Paris, en 1999 avec 18000 amateurs et cette année où le chiffre est passé à 34500. Je ne crois pas que le doublement de participants soit une bonne chose, j'ai trouvé cette édition moins conviviale, on est obligé de faire attention en permanence à ne pas être bousculé, les gens ne s'excusent pas, les ravitaillements sont de véritables galères jusqu'à la fin, en 1999 à partir du 10e km c'était "vivable". Les goulets d'étranglements au 20e et 35e km cassent le rythme, je ne pense pas que cela soit intéressant à Paris de ne pas pouvoir lever le nez et regarder les monuments de peur d'être bousculé. Les organisateurs peuvent se targuer d'avoir le marathon le plus populaire du monde mais j'irais voir du côté de Rotterdam l'an prochain si cela n'est pas plus humain.

le 31/12/2003
René V - édition 2004 - Le Marathon de Paris

1° participation au marathon de Paris !! un mot fort, Gigantesque !!! Faut le vivre au moins une fois, mais ce succès grandissant ne va t il pas en décourager certains; j'avoue que pour avoir accès au sas de départ faut vraiment se lever très tôt, au coup de pistolet, j'étais encore sur les trottoirs des Champs Elysées, comme quelques centaines, nous avons du patienter 5 mn environ pour accéder à l'avenue !! Si ce n'est cet inconvénient que je qualifierai de majeur, rien à dire d'autre de négatif sur l'épreuve, une ambiance extraordinaire où l'on côtoie le peuple du jogging, c'est formidable !!! Je pense y revenir mais en attendant 3 ou 4 ans !!! Bravo et merci aux organisateurs, on ne les salue jamais assez !!! René

le 31/12/2003
Oddny R - édition 2004 - Le Marathon de Paris

First: The route itself is absolutely superb. But a few negative issues will prevent me from recommending it to others: It seems as if the Paris Marathon has not adjusted to the heavy increase in the number of participants. There should have been many more toilets in the starting area, also outside the closed areas. At the Place de l'Etoile, which was anyway blocked for traffic, there had been room for many more, people would have finished that part before they entered, and we would have avoided some of the chaos in the starting areas. On some depots, there were desks on both sides of the road, on other not. It would be easier it if was always on both sides. There was a lack of water and power bars for those who came later. Annoncing a meeting point and not setting it up after all, meant additional chaos in the finish area. We trusted this and it took me one hour (while freezing) to find my mates in the crowded area. This could have been fized there and then with some fairly normal stationery. The non-participating people were let too far into the finishing area, making it hard and time consuming to get through and to find other people. All these issues are easy to fix and it will make the Marathon great.

le 31/12/2003
Martin D - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Mon premier marathon et quel marathon! La descente des Champs Elysées a été pour moi très forte émotionnellement. Ce marathon restera pour moi un souvenir énorme! Le parcours grandiose, le public formidable à la sortie du bois de Vincennes au semi, les pompiers de Paris sur leurs échelles déployées par dessus les rues,... des images fortes et sympatiques gravées pour toujours dans ma tête. De plus je réalise un meilleur temps que mon objectif (J'ai suivi scrupuleusement le plan d'entraînement "objectif 3H15" de Jogging International sur 8 semaines). J'ai découvert avec ce marathon le bonheur de se surpasser surtout lors du "mini-mur" rencontré au 35° Km.Les vraies douleurs et souffrances se sont réveillées brutalement après la ligne d'arrivée, mais quel bonheur de récupérer sur l'avenue Foch drapé d'une couverture de survie. Cette expérience fabuleuse a été une révélation pour moi, j'ai le sentiment de faire partie d'une famille exceptionnelle: les marathoniens ! Une semaine après cet évènement, je le savoure encore pleinement. Pour moi l'organisation était impeccable, j'éspère revenir l'an prochain (ou alors Londres ?).

le 31/12/2002
Sylvie C - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Tout simplement GENIALE, comme course. À faire au moins une fois dans sa vie. On est tellement nombreux, qu'on est portés du début à la fin (si on veut faire un chrono, c'est l'endroit idéal). Par contre, prévoir son propre ravitaillement "en barres énergétiques" because, y'a plein de pub sur les barres "machin-muches"... mais sur le parcours, les barres se font un peu RARES... Alors si on compte dessus pour se donner un "p'tit coup de fouet" c'est raté... A part cela, tout est parfait. (Cette année, il y avait aussi un peu à redire sur la Pasta Party... léger, voire très léger le repas, mais...) Paris, merci quand même pour ton super marathon. Et à l'année prochaine !

le 31/12/2002
Patrick L - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Les + ( plus ): Magnifique, Sublime, Merci à tous les bénévoles. Les - ( moins ): La pasta-party : RADINS : 1 banane et 1 assiette de pâtes, c'est pas folichon LE GEL power... 1er ravitaillement ok, 2eme ravitaillement PLUS RIEN , et je termine en 4h 04' 44" , les derniers ont du mourir de faim. Sans doute cette potion magique est-elle réservée une fois de plus à l' Elite... L' arrivée trop longue... Mais je reviendrais l'année prochaine, en espérant que les remarques faites ici seront prisent en compte.

le 31/12/2002
Thomas H - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Il y a encore 1 ans, je ne faisais pas plus de 10 km en compétition, j'étais même plus specialisé dans le demi fond. Avec les études, l'entraînement devient moins regulier, moins de compet, courir est juste une "drogue", un besoin assouvi quelques fois par semaine. Et puis à côté, il y a le père qui court avec des plans d'entraînement de plus en plus precis et qui fait un puis deux marathons et qui chaque année raconte sa course avec plaisir. Alors cette année j'ai decidé de l'accompagner et j'ai couru le marathon avec toutes ses sensations dans le sas : l'apprehension, la peur de l inconnu ( la distance, le parcours, la réaction de mon corps) et puis le départ est donné, les jambes tremblent on passe la ligne on commence a courir et là le plaisir commence. Il va durer 30 km : le public et les coureurs vous poussent, vous êtes en avance sur vos temps de passage, vous vous dites que c 'est pas grave mais c'est un erreur qui se paye chère. Les 12 derniers km sont ceux de la souffrance mais aussi la sensation de faire partie dorénavant d'une grande famille celle du marathon. On ne se connait pas mais tous on s'encourage. Et puis enfin l'avenue Foch et la c'est 200 m les yeux embrumés par la souffrance mais aussi la joie d avoir fini. Une fois la douche prise, je jurais que jamais je serai de nouveau sur la ligne de départ. Mais après, quand on en parle, on a envie de revivre ce bonheur et je serai au départ d un marathon très prochainement pour faire les 3h15 souhaité. Certes il y a Paris l'année prochaine mais avant il y aura le marathon de la Côte d'Amour en octobre du Croisic à la Baule qui sera mon prochain à coup sûr. Arrivée sur la plus belle plage d'Europe, ça vaut un départ sur la plus belle avenue du monde ! À bientôt.

le 31/12/2002
Yannick I - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Je voulais vous exprimer ma déception concernant le nombre, à mon goût trop élevé, de participants au Marathon de Paris 2003. Je me suis fait "écrasé" avec d'autres coureurs, dans mon sas de départ (bleu), il était 8h45 et les organisateurs laissaient encore entrer d'autres participants... La peur a commencé à envahir la plus part d'entre nous... Pendant la course, idem, trop de bousculades aux ravitaillements... Je pense sincérement que Paris est et restera une superbe course mais que le parcours (rétrécissement, virages à angle droit, etc...) ne se prête pas à recevoir près de 35000 coureurs... Si ce nombre est maintenu en 2004, je ne reviendrai pas...dommage. Joël Lainé fait du beau travail... Sportivement vôtre Yannick

le 31/12/2002
Philippe D - édition 2003 - Le Marathon de Paris

J'ai réalisé le temps que j'avais espéré (4h00) après deux ans d'arrêt sur cette distance. Je ne peux donc qu'être satisfait de ce week end. Néanmoins, l'organisation a semble t-il sous estimé la taille des aires de départs tout le monde n'a pas pu entrer dedans avant celui-ci. Très sympa l'initiative des SMS même s'ils ne sont pas tous arrivés voire partis. Les animations musicales m'ont semblées plus nombreuses. Les stands sur la course des autres marathons ont aussi contribué à l'ambiance ainsi que le solitaire du marathon de Chicago qui du samedi au dimanche n'a pas cessé d'encourager les coureurs.

le 31/12/2002
Antoine S - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Samedi soir à 18h15, parc des expositions, il n'y a plus de tee-shirt pour les coureurs qui viennent retirer leur dossard. A côté de nous, 3 coureurs allemands qui font grise mine. Aucune information n'est disponible : l'organisation prévoit-elle d'adresser un tee-shirt à ceux qui en ont été privés ?

le 31/12/2002
Laurent M - édition 2003 - Le Marathon de Paris

C'était mon 1er Marathon. L'ambiance qui régnait déjà sur la ligne de départ était super, mais alors pendant la course c'était carrément génial, avec le public qui vous porte littéralement sur la plupart des secteurs. Pour ma part j'ai connu le fameux "mur" au 31ème kilomètre, çe fut très dur à partir de là. Heureusement que la motivation et la foule sont présents dans ces moments-là. Le souvenir de la ligne droite d'arrivée restera à jamais gravé dans ma mémoire je crois, tellement l'émotion est forte à cet instant. Je recommande à tous les coureurs à pied de faire cette course au moins une fois dans leur vie. Pour ma part je reviendrai sûrement l'année prochaine.

le 31/12/2002
Alain M - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Quelle mouche m'a piqué ? Le 6 avril était le jour de mon premier marathon. J'ai 42 ans et ai toujours aimé courir mais n'avais jamais envisagé, avant novembre 2002, m'inscrire à une compétition pareille, réputée si éprouvante. Je n'ai d'ailleurs découvert que tardivement - il y a deux mois seulement, mi-février 2003 - l'existence de revues spécialisées comme Jogging International et de programmes d'entraînement. Sans parler de tous ces concepts barbares comme FCM, VO2 Max, et même « glycogènes ». J'ai subitement découvert tout un monde : un monde que je croisais forcément, dans les allées du bois de Vincennes ou ailleurs, mais que je ne fréquentais pas et dont je me défiais même un peu. Un monde de gens bizarrement vêtus, bizarrement sérieux quand ils courent, bizarrement penchés sur leur montre bizarre. Mon inscription au marathon m'a peu à peu fait pénétrer dans ce monde. Il m'a d'abord fallu, dès novembre, choisir un objectif de temps (j'ai opté pour 3 h 45, car 11-12 km à l'heure me paraissait un rythme plutôt tranquille, quand je courais près de deux heures chaque dimanche avec un copain). À partir de février 2003, je me suis dit que pour tenir 42 km, il me faudrait peut-être m'acheter de meilleures chaussures et augmenter mon volume d'entraînement ; une collègue marathonienne de ma femme lui parle alors de revues, de programmes : toutes choses que je découvre avec un peu d'effroi. Je me dis que je n'appartiens décidément pas à cette famille de moines-coureurs prêts à de grands sacrifices quotidiens pour réaliser leur « temps », et en même temps je crains d'avoir à rougir d'une contre-performance devant mes copains et moi-même. Un peu paniqué, je me raccroche à la 9e semaine (sur 12) d'un programme basé sur 3h 30 comprenant 4 séances hebdomadaires. Programme que je ne suis que très approximativement car je n'ai pas accès à une piste, mais je cours tout de même beaucoup en mars, et je fais même quelques difficiles efforts pour "hygiéniser" mon quotidien (un peu moins d'alcool et de sandwichs, un peu plus de sucres lents...). Des efforts, j'en fais même peut-être trop : à 9 jours du marathon, une douleur s'empare de mon mollet. À J-6, un ostéopathe me conseille de renoncer si je ressens encore la moindre douleur à J-1. Le repos total, la glace et les anti-inflammatoires font merveille, et j'y ajoute le sel d'une tardive mais parfaite ascèse alimentaire : à J-1, je crois que je pourrai prendre le départ et je le prends en effet le lendemain. Je passe sur les détails et souffrances de cette course, ils valent ceux de milliers de participants. J'ai énormément apprécié l'organisation et le travail des bénévoles (que certains coureurs, la chose m'a choqué, ne remerciaient pas au ravitaillement !). Mon bilan est le suivant : j'ai fait 3h 29 et ma tête aujourd'hui s'emballe : si j'étais parti plus haut dans le peloton et n'avais pas eu à doubler près de 10000 personnes / Si je m'étais entraîné plus tôt et plus sérieusement / Ah ! si j'avais commencé le marathon à 20 ans ! / Quelle est exactement la date de ma prochaine compétition ? / Le semi en 1h 30 est à ma portée ! / Ne devrais-je pas acheter un cardio ? Un monde, je vous dis.

le 31/12/2002
Pierrick C - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Encore et toujours une des plus belles courses à faire. Toujours merci aux bénévoles à tous les ravitaillements. Un marathon à faire et à refaire, c'était mon 5ème, je fais la pause pour quelques années cause départ à la REUNION mais promis je reviendrai. Seul détail qui m a déçu c'est encore une fois de ne pas avoir de couverture de survie à l'arrivée, comme je l'ai déjà fait remarquer à l'édition précédente. Mrs les organisateurs pensez aux derniers et prévoyez large.

le 31/12/2002
Ouaamar D - édition 2003 - Le Marathon de Paris

C'était mon premier marathon et je suis content de l'avoir terminé. Merci aux meneurs d'allure plus précisement aux 3h45, à savoir Florence et Bruno, qui ont assumé leur travail parfaitement. L'ambiance : superbe. Merci au public. Dommage que tous les ravitaillements n'étaient pas des 2 côtés et la qualité devrait être meilleure. Merci à tous les benevoles. J'espère revenir l'an prochain.

le 31/12/2002
Jean_marc G - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Ce Marathon est fantastique. L'organisation est en très gros progrès cette année. Le seul petit bémol est un trop long" chemin de croix" entre l'arrivée et la récupération des sacs pour se changer (45 minutes). Merci à tous les bénévoles et au public de plus en plus nombreux et chaleureux : mention spéciale à tous les pompiers et notamment à ceux de l'avenue Daumesnil. A l'année prochaine!

le 31/12/2002
Fabien M - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Cette course ne restera pas gravée comme un succès puisque j'ai été malade. Néanmoins cela ne m'empeche pas de la noter. Si le parcours est splendide (malgré la partie dans le bois de Vincennes que je trouve monotonne), l'organisation devrait faire un choix entre ''avoir beaucoup de participants'' et ''s'occuper du confort de chacun''. En effet, elle se félicite d'avoir 34000 inscrits, mais elle ne peut gérer un tel nombre. Les sas de départ sont trop étroits et nombre de coureurs restent sur les trotoirs des Champs, il y a des passages où l'on piétine du fait du rétrécissement de la chaussée, et la zone d'arrivée est un calvaire (attente, piétinement, bousculade). Sinon en ce qui me concerne, le reste du marathon s'est bien passé. Marathon expo est vraiment sympa, mais le coût d'inscription est bien trop important.

le 31/12/2002
Aldo C - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Bonjour!! C'était mon 3eme Marathon de Paris après 1992 et 1998. Je voulais faire 3h45... mais c'est pas grave... Il y a 7 ans, j'étais opéré du coeur... Donc pour moi c'est déjà une belle victoire ainsi ! Si je devais faire une remarque négative, ça serait concernant les innombrables bouteilles que l'on trouve sur la chaussée tout de suite après le depart... Et qu'on rencontre encore parfois jusqu'au fond des Champs... On pourrait pas interdire d'introduire des bouteilles dans les sas de depart?? Pour le reste, tout était SUPER ! J'ai aussi une question... technique : les 42.195 km sont calculés à partir de la ligne ideale??? J'ai couru avec une montre Nike avec capteur de vitesse et de distance que j'avais calibrée sur piste quelques jours avant le marathon et, à l'arrivée, la montre donnait 43,190. Tout en sachant que c'est pas precis a 100%... Je me demande si le fait de ne pas suivre tout le temps la ligne idéale peut influencer la distance parcourue. Merci!!!... Et à l'année prochaine !

le 31/12/2002
Joel M - édition 2003 - Le Marathon de Paris

J'ai couru mon premier marathon en 2001 en 3h14mn a paris et en 2003 en 2h48mn. J'ai beau me dire que l'on ne m'y reprendra pas, à chaque fois que je passe la ligne d'arrivée : à chaque marathon correspond une aventure differente. Ceci va de l'entraînement , à l'ambiance du départ et pendant la course et bien sûr à la ligne d'arrivée! Et je pense que l'année prochaine je serai encore là si tout va bien avec de nouveaux objectifs. Alors si vous pensez en avoir fini avec votre premier marathon, vous êtes fatigués et courbatus, ceci n'est que le début d'une longue aventure avec vos limites physiques et mentales. Alors courage même si parfois on vous prend pour un fou! Et peut-être à l'année prochaine sur la ligne de départ !

le 31/12/2002
Eric C - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Mon seul parcours de marathon à ce jour, découvert avec bonheur l'an dernier et couru avec un peu plus de douleur cette année. Une course formidable dans l'ensemble, avec des bénévoles aux petits soins, un public qui pousse au c... comme personne, une solidarité magnifique entre coureurs et cette arrivée inoubliable. Deux petits points à surveiller toutefois : quelques goulets d'étranglements devenus dangereux vu le nombre de coureurs (Concorde/Rivoli au départ, Bastille au 6ème et autour du 30ème avec l'animation gel énergétique...) et l'eau trop froide des ravitaillements. Le reste, ça ne se raconte pas, ça se court !

le 31/12/2002
Dubots D - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Je m'appele benoit "d" Tout d'abord, je tiens à dire bravo à nos deux champions (Benoît et Driss ) pour leur prestation et le magnifique final du marathon (si Windsor était éloigné de Buckingham de cent mètres de plus, Benoît aurait realisé le doublé). Bravo à nos champions, aux organisateurs, pour avoir reuni un plateau national ausssi somptueux, tant pour les hommes, que pour les femmes. Bravo au public present malgré la fraîcheur, public que j'ai trouvé plus nombreux que les années précédentes. Bravo aux coureurs pour leurs performances . Merci aux bénévoles pour leurs soutiens, leurs encouragements, pour la reussite de cette fête annuelle. Pour ma part, c'est ma quatrième participation et l'organisation est de mieux en mieux: + :les sas au départ les wc dans les sas (il en faudrait davantage) - : l'arrivée devrait être fermée jusqu'en haut de l'avenue Foch et reservée aux coureurs comme à Berlin ou N-Y le manque de femmes ; elles sont devant, elles nous manquent...

le 31/12/2002
Jean l - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Pour mon premier marathon, il fallait que ce soit PARIS. Quel parcours ! Quelle organisation ! Quelle ambiance ! C'est avec un bonheur immense que j'ai franchi la ligne d'arrivée, avec la satisfaction d'avoir pu le faire et, cerise sur le gateau, sous les 4 heures. Les souffrances s'effacent rapidement et l'envie d'en refaire un trotte vite à nouveau dans la tete. Bravo à tous, merci Paris, merci le Sport, merci la Vie.

le 31/12/2002
Gerard D - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Un peu de bousculade au départ, j'ai eu du mal à rejoindre le sas des ballons verts 4 heures. Les meneurs de rythme ont claqué leur ballon et nous avions du mal à les retrouver bien qu'ils étaient 4 dont une fille, ce qui est trés sympa. Sinon, course superbe, ambiance en progression continue chaque année, trés bonne organisation. Le temps frais et couvert a permis à chacun de battre son record. J'ai la satisfaction d'avoir réussi à emmener deux amis à rejoindre la grande famille des marathoniens et pour moi, c'était les 10 ans de mon premier marathon de Paris en 1993. Que de progrés en ces dix ans. C'était tout simplement formidable.

le 31/12/2002
Olivier B - édition 2003 - Le Marathon de Paris

Le marathon de Paris vaut le coup d'être fait une fois car c'est une très belle course qui fait voir tous les principaux monuments de la capitale. Cependant, plus ca va et plus le prix de l'inscription devient exorbitant ! surtout au regard du tee-shirt et de la médaille qui sont loin d'être superbe !... Enfin, seul le vainqueur pourra se réjouir que les participants paient autant...

le 31/12/2002
Thierry S - édition 2002 - Le Marathon de Paris

Pour mon premier 42.195 km, j'ai ressentis une grande émotion lorsqu'arrivé place de la Concorde, j'ai pu voir les Champs Elysées remplies de coureurs. Ce fut une grande fête, et un parcours magnifique. J'ai des souvenirs plein la tête. Je reviendrai !

le 31/12/2001
Pierrick C - édition 2002 - Le Marathon de Paris

PARIS. QUEL PLAISIR DE DESCENDRE LES CHAMPS ELYSEES ET DE LES VOIR REMPLIS DE COUREURS. BEAU PARCOURS DANS PARIS. BELLE MEDAILLE. C'ETAIT MA QUATRIEME EDITION ET JE CONTINUERAI. MERCI AUX BENEVOLES. SEUL PROBLEME QUI SE REPETE TOUS LES ANS : MONSIEURS LES ORGANISATEURS PREVOYEZ PLUS DE COUVERTURES DE SURVIE SURTOUT POUR LES DERNIERS ARRIVANTS.

le 31/12/2001
Thierry B - édition 2002 - Le Marathon de Paris

Bonne organisation ,système des sas très bien. Ballons : attention à ne pas partir trop vite. Prévoir des vestiaires car se changer dehors ce n'est pas terrible pour une telle course. Plus de wc au départ et sur le parcours. Course à faire au moins une fois dans sa vie de coureur.

le 31/12/2001