Les 100 km de Belves en Périgord Noir

Jogging International
Le
  • Date de la course : 22/04/2017 - 23/04/2017
  • Description : Course dans le cadre splendide de la vallée de la Dordogne, avec ses châteaux, ses fermes fortifiées, ses villes et villages médiévaux. Le parcours est vallonné par endroits et présente à l'aller la traversée de Belvès, de Siorac, de Saint-Cyprien, de Beynac, de la Roque-Gageac, de Montfort, de Carsac et de Sarlat. Au retour, traversée, entre autre, du port de Vitrac, de Castelnaud, des Milandes, d'Allas-les-Mines.

Les épreuves

100  km - 50 Km de Belvès Course qualificative FFA
  • Départ : 08h00
  • Prix inscription : 40 €
  • Prix inscription sur place : 50 €
  • Participants : 516
  • Nombre partants : 502
  • Nombre arrivants : 375
  • Description : Course dans le cadre splendide de la vallée de la Dordogne, avec ses châteaux, ses fermes fortifiées, ses villes et villages médiévaux. Le parcours est vallonné par endroits et présente à l'aller la traversée de Belvès, de Siorac, de Saint-Cyprien, de Beynac, de la Roque-Gageac, de Montfort, de Carsac et de Sarlat. Au retour, traversée, entre autre, du port de Vitrac, de Castelnaud, des Milandes, d'Allas-les-Mines.
50  km - 50 Km de Belvès
  • Départ : 09h00
  • Prix inscription : 35 €
  • Prix inscription sur place : 45 €

Services

  • Service : Parking, Douche, Kinés, Massage, Navette, Transport Sac, Vestiaire
  • Récompenses : Tee-shirt à tous les participants, coupe aux 3 premiers de chaque catégorie.
  • Animation : Groupes de bandas et folkloriques, orchestres. Pasta-party le vendredi 24/04 et repas après la course.

Contacts

  • Contact : 100 km du Périgord Noir - C.A.B.
  • Tél : 05 53 28 87 54
  • Email : clubathletiquebelvesois@gmail.com
33 avis de coureurs pour Les 100 km de Belves en Périgord Noir

Les notes

Cette course a été notée par 32 coureurs

  • Intérêt sportif de la course Parcours permettant des performances
  • Intérêt sportif du parcours Beauté et variété des sites et paysages, éléments ou monuments remarquables
  • Qualité de l'accueil et organisation
  • Ambiance, convivialité, animation
MARC78300 - édition 2009 - 100 km de BELVES

Les 100km de Belvès – Editions du 25/04/2009 Par quel bout commencer ? Quels sentiments faire transparaître ? Joie, gâchis, amertume, doutes ??? Ce long week-end fut fort réussi mais l’élément déclencheur, que sont les 100km de Belvès, en furent tout autrement … Arrivés vendredi sous un magnifique soleil et 22°, et malgré l’annonce d’un temps très médiocre le lendemain pour la course, on avait peine à croire, une telle dégradation climatique en une seule nuit … et pourtant … Le pasta-party fut fort sympathique, l’occasion de retrouver CLO et CentBornard pour quelques photos !!! J’y vais, j’y vais pas ?? Lever 5h30 du mat, le samedi, pour un petit dèj à 6h00. La banderole DEPART est accrochée à la gouttière de l’hôtel où je suis, donc pas de stress … sauf pour la météo !!! Il tombe des cordes et 6° … et c’est prévu comme cela pour toute la journée. Pffffff … je fais quoi ??? Je coure pour le plaisir, pas pour galérer et puis emmener une accompagnatrice dans cette même galère … Dans ce cas il ne vaut mieux pas réfléchir, on fonce !!! 7h00 : montage du vélo et des accessoires. 7h20 : départ des accompagnateurs et « trices » en vélo, pour un rendez-vous à environ 10km … Je termine de me préparer … 1 couche ? 2 couches ? 3 couches ? X couches ? Option 2 couches : un tee-shirt moulant et mon tee-shirt PCaP … option soleil et 20° … Qu’est ce que je fais dans cette galère ? Départ 8h00 !!! Pan, c’est parti !! Il pleut … Une petite boucle dans le joli village médiéval de Belvès et ensuite c’est la grande descente (1,6km à 4%), belle côte au sommet de laquelle sera jugée l’arrivée au retour. Il pleut de plus en plus fort … Comme à mon habitude, je suis parti un peu trop vite. La jonction avec les « vélos » aux km9-10 est en vue … et là j’ai beau scruter, je ne voit pas Fanou !!??!! Bon je suis à 5’42’’/km, je ne ralentis pas, mais je m’inquiète … J’ai pris l’option « I-Pod » sur les oreilles pour la course, compte tenu des conditions, je ne suis pas très enclin à discuter. Fanou me rejoint au km15 après avoir galéré et pédalé comme une dératée durant 5km !!! Je l’ai accueilli, je l’avoue, plutôt froidement … Il pleut très fort … Je vais trop vite … je le sais … mais je suis à peine parti que je me dis, si c’est comme ça toute la course, j’ai déjà hâte d’en finir. Les paysages sont superbes même sous la pluie, et je n’ose même pas les imaginer sous un beau soleil … Malheureusement, il y a un gros hic : les véhicules. Nous empruntons des « grands axes » touristiques, direction Sarlat et la circulation n’est pas arrêtée. Les voitures se croisent à côté de nous, dans les 2 sens, à nous frôler, parfois nous obligeant à courir sur les bas côtés car la route n’est pas assez large. Beaucoup trop dangereux à notre goût ! Nous approchons de Sarlat et de la mi-course. Et il pleut sans arrêt … Plusieurs fois CLO me double en vélo pour rejoindre CentBornard, loin devant, elle a toujours un grand sourire et un gentil mot d’encouragement que j’essaye désespérément de lui rendre car maintenant … Il pleut toujours et je commence à avoir froid … Et c’est reparti dans l’autre sens … Nous suivons la Dordogne par des routes beaucoup plus petites maintenant (Appelées cingles), puis une longue piste cyclable abritée. Je passe le marathon en 4h12mn. Là c’est carrément beaucoup trop rapide, je le sais … mais j’en ai déjà marre. Aucun plaisir à courir avec ce temps de m …… Tiens il ne fait plus que bruiner … Fanou me suit sans mot dire, le nez dans le guidon, transit de froid malgré ses 5 ou 6 couches de vêtements. Je l’admire car je n’ai quasiment pas décoincé un mot depuis le départ. Je suis redescendu à 5’58’’/km … j’ai les jambes lourdes et je commence à être tétanisé par le froid, je n’arrive pas à me réchauffer, je suis trempé, que dis-je … imbibé !!! J’envie tous ceux qui ont pris la précaution de partir avec plusieurs épaisseurs ou d’emporter des rechanges. D’autant plus que j’avais 2 amies, Christine et Marie-Christine, qui nous ont suivi en voiture sur notre périple. Je les en remercie aussi car ce n’était pas facile pour elles et à chaque fois qu’elles m’encourageaient, je passais le nez sur les running, la musique dans les oreilles, sans rien voir autour de moi … Plaine de jeux de Sarlat … Arrivée du 50km … Certains bifurquent sur la droite et lèvent les bras, ils en ont fini avec cette galère … Moi je continue tout droit, après avoir bu et mangé au ravito. Fanou s’arrêtera plus longuement pour aller aux toilettes. Je regarde mon GPS qui délire grave avec la pluie, il passe tous les écrans en revue, mais les indications sont heureusement justes : 5h02mn pour les 50 premiers km … Je confirme, je suis allé trop vite !!! La bruine laisse place à de grosses gouttes de pluie … Nous reprenons de petites routes fort jolies, fort vallonnées mais toujours fort arrosées … Fanou me rejoint après 20mn de pédalage effréné … quel courage !!! Nous continuons notre périple, trempés jusqu’aux os, c’est le cas de la dire … Au km60 mon GPS « rend l’âme » … plus de batterie après plus de 6h00 de course … Maintenant je vais courir au feeling … J’aurais pu demander à Fanou de me donner régulièrement les indications du compteur du vélo, mais j’ai toujours ma musique sur les oreilles. Je sais, pas sympa, mais j’ai l’impression d’avoir un souffle de bœuf, comme si je courais un 10km et ça aussi, je ne le supporte plus. Avec ma musique, je suis dans mon monde … Exit tout espoir de battre un record … Bon, sur un pur 100km, mon meilleur temps est 12h04 (100km de Vendée), je vais au moins essayer de faire un chouia mieux … Les kilomètres se succèdent … Les cuisses se font de plus en plus dures, j’ai de plus en plus froid, et pire que tout, je coure n’importe comment !!!! Parfois à 9km/h, parfois à 10,5-11km/h … je ne maîtrise plus rien. Je n’ai qu’une envie : ÊTRE AU SEC ET AU CHAUD !!!!!!!! Parfois le ciel nous donne un espoir d’éclaircies, vite mis au rencard par une pluie pénétrante. Les bornes kilométriques se succèdent … lentement … de plus en plus lentement … km65 … km70 … km75 … km80 … Km 81 … ravitaillement dans une salle de sport à Allias les Mines … Il fait bon … je bois un thé, je mange … mon estomac ne sait plus où il en est, salé … sucré !!??!! Première erreur, je m’assois. 2ème erreur, je discute avec mon voisin assis avec une couverture sur le dos, il abandonne et attend un ami qui vient en voiture le chercher. 3ème erreur et bien … j’ai des envies de tout plaquer, d’appeler Christine et de rentrer me mettre au chaud. Je dis à Fanou : « Si je m’écoutais, j’appelle Christine et j’arrête ! » et Fanou me répond : « Et bien tu ne vas pas t’écouter ! » … Un pompier passe et me demande si ça va … Non pas vraiment … il me propose d’aller me faire masser et parait-il que j’ai répondu très sèchement : « OK mais seulement si c’est tout de suite parce que j’attends pas !!! » 4ème erreur … je me retrouve sur la table de massage : 1 masseur sur une cuisse, une masseuse sur l’autre et moi emmitouflé dans une couverture et en me relevant, impossible de marcher et je suis tel un esquimau géant avec le bâton en prime: congelé !!! Et le pompier pas rancunier de la réponse sèche que je lui ai donné, me voyant repartir, me tape dans la main et me souhaite bon courage et bonne fin de course !!! Je sors de la salle en marchant et en croisant les bras … je suis mort de froid … Il bruine continuellement … 150m après la salle, Christine et Marie –Christine sont là. Je me dirige vers la voiture en disant que j’arrête, j’ai trop froid et je n’en peux plus. Toutes les 2 en cœur avec Fanou : « Non tu continues ». Christine me donne sa veste Adidas Rouge (si rouge hein Christine moi je la voyais rose !!!). Je repars et Ô miracle, après 10mn je revis, enfin … façon de parler … mais mon corps a atteint une température beaucoup plus raisonnable … Petite pluie fine et transperçante … Nous empruntons un super GR, au bord de la Dordogne, très agréable ! Km85 …. Ma jolie veste rouge commence à être imbibée et pèse une tonne … Au ravitaillement une bonne crêpe chaude au Nutella pour Fanou, moi je ramasse les morceaux de crêpes froids pour ne pas attendre trop longtemps. Km90 … je m’arrête … ravito … je mange, je bois et j’en profite pour me mettre 5mn à l’abri et changer de chaussures et chaussettes, histoire d’essayer de finir avec les pieds au sec. Nous repartons pour les 10 derniers kilomètres … Km94, après St Cyprien, ravitaillement, nous avalons quelques « Merveilles », spécialités du pays que je connaissais aussi sous le nom de « Bugnes » dans une autre région. Et là … des trombes d’eau … et ce n’est rien de le dire … De nouveau, j’ai les pieds et chaussettes trempées. Les pieds au sec n’auront duré que 4km, mieux que rien !!! Et à 500m du km98 … dernier ravitaillement, en bas de la fameuse côte descendue à l’aller, il se met à tomber du grésil, on se regarde avec Fanou, et on éclate de rire, nerveusement !!! Et un bénévole au ravitaillement me dit : « Et dans la côte, c’est la neige !!! ». Allez, bas de la côte, un speaker nous nomme et nous encourage pour les derniers 1,6km de cette montée à 4%. Je l’attaque bille en tête … Fanou est en proie à une crampe à la cuisse … elle descend du vélo et me dit de finir tout seul … je fais 50m puis, demi-tour, je redescends lui donner mes 5kg de veste imbibée (autant que moi) et repars pour finir cette satanée côte et cette non moins « satanée » course … La pluie ruisselle sur la route en faisant des minis vagues … Je ne m’arrêterais plus jusqu’en haut. Enfin …. La ligne d’arrivée !!! Je franchis la ligne en 11h46’36’’. Fanou me suit à 2mn, elle a vaincu sa crampe et est remontée sur le vélo pour en terminer … Et comme malheureusement TOUS les 100km de France et Navarre (Enfin … ceux que j’ai fait), l’accompagnateur (trice) arrive dans l’anonymat le plus complet. C’est vraiment dommage, car sans eux, beaucoup de CentBornards ne finiraient pas … À ce niveau, les organisateurs, devraient tous revoir leur copie. Voilà … terminé … quasiment personne en haut, à l’arrivée … une médaille vite fait autour du cou, et un bravo rapide … Christine et Marie-Christine se sont partagées les tâches. Christine s’occupe de Françoise, direction l’hôtel … Marie-Christine m’offre une grosse couette bien chaude. Je m’attarde un peu à l’arrivée, histoire d’avoir ma dose de pluie et d’acheter la photo officielle de la course … La soupe offerte aux coureurs et accompagnateurs profitera à d’autres !! Enfin … la douche et la chaleur dont j’ai rêvé depuis le km60 … j’y serais avant 20h00 … Quelques chiffres en bref : Mon classement : 246ème en 11h46mn36s Nombre d’inscrits : 682 Nombre de partants : 658 Nombre d’arrivants : 475 (le dernier en 17h59) Nombre d’abandons : 183

le 06/05/2009